Pandémie de COVID-19 et peuples originaires du Canada - Dernières nouvelles

Publié le 23 Avril 2020

COVID-19 : 67 cas dans les communautés autochtones au pays

53 membres des Premières Nations et 14 Inuit ont été déclarés positifs à la COVID-19 en date du 20 avril au Canada. La plus récente éclosion a eu lieu sur l'île Cormorant, au large du nord de l'île de Vancouver.

Six à huit cas auraient été confirmés au cours des dernières heures sur cette petite île de 1500 habitants, selon la médecin en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry.

LA SUITE

Les Autochtones dans les grandes villes se sentent exclus de l'aide fédérale

L'Association nationale des centres d'amitié affirme que les Autochtones qui vivent en milieu urbain sont laissés pour compte dans les programmes d'aide du gouvernement fédéral face à la pandémie de COVID-19.

L'organisme a déclaré mardi au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes que ses centres avaient été submergés de demandes d'aide. Mais ces centres locaux, comme Montréal Autochtone, ont du mal à fournir des services avec des fonds limités et un soutien insuffisant du gouvernement fédéral, a-t-il soutenu.

LA SUITE

COVID-19 : l’anxiété augmente chez les Autochtones

La ligne “d’écoute d’espoir” accessible 24 heures 7 jours sur 7 pour les communautés autochtones a reçu trois fois plus d’appels au cours des derniers jours. 

Ce service mis sur pied par Ottawa soit le 1-855-242-3310 vise à apporter une aide immédiate à tous les peuples autochtones au Canada. Elle recevait depuis le début de la crise une centaine d’appels, en moyenne, par semaine. 

Nous avons vu une augmentation au niveau des contacts donc approximativement 346 contacts, en date du 12 avril (...) alors qu’on recevait approximativement 100 contacts par semaine durant les dernières semaines, a indiqué mercredi Valérie Gideon, sous-ministre adjointe principale de Services aux Autochtones Canada lors d’un point de presse technique. 

LA SUITE

Ça va bien aller, nous chantent les Atikamekw

Diverses initiatives ont vu le jour depuis le début de la pandémie pour nous sortir de l’isolement imposé par le sournois virus. Et les artistes autochtones ne manquent pas d’imagination et de ressources pour nous changer les idées.

L’Atikamekw Sakay Ottawa a ouvert la porte de son studio d’artiste, tout en poursuivant son travail à la direction de l'école secondaire Otapi à Manawan. Et il s'est plongé dans la composition.

Il y a eu Ekuan pua, cette chanson de Philippe McKenzie reprise par un groupe d’artistes des Premières Nations sur YouTube.

Il y a maintenant Kata iti miroparin (ça va bien aller).

LA SUITE

Des Premières Nations adaptent leurs rites funéraires dans les T.N.-O.

Un grand nombre de personnes aurait rendu hommage à Fred Simba, un pêcheur respecté à Kakisa, dans les Territoires du Nord-Ouest, s’il n’était pas question du coronavirus.

En effet, Fred Simba est décédé au cours du mois d'avril, mais sa famille a dû publier une déclaration pour restreindre ses funérailles à ses proches immédiats en raison de la COVID-19.

Nous sommes vraiment désolés [...] comme notre oncle a beaucoup de famille et d'amis, cela nous brise le cœur, mais c'est obligatoire pour le moment, a écrit la famille Simba dans un communiqué.

LA SUITE

La réouverture de la mine Raglan soulève de vives critiques au Nunavik

La mine Raglan a repris ses activités au Nunavik, après les avoir interrompues en raison de la pandémie, une décision qui soulève de vives réactions dans cette région située à l'extrême nord du Québec.

La compagnie Glencore, à qui appartient la mine, dit avoir repris progressivement ses activités le 18 avril, après que le gouvernement Legault eut donné le feu vert aux entreprises minières de la province.

LA SUITE

Des restrictions pour la COVID-19 pendant encore un mois aux Territoires du Nord-Ouest

 

Les restrictions pour freiner la pandémie de COVID-19 resteront en place encore au moins un mois dans les Territoires du Nord-Ouest. Toutefois, la médecin en chef du territoire, Kami Kandola, a expliqué aux députés les critères qui serviront à déterminer quand elles pourront être assouplies puis levées.

Le territoire a mis en place des mesures strictes pour protéger ses résidents de la COVID-19, incluant la fermeture de ses frontières et l'interdiction de se rassembler. Ces restrictions portent fruit, estime la Dre Kami Kandola, puisque seulement cinq personnes ont été atteintes de la COVID-19 et elles sont maintenant rétablies.

LA SUITE

COVID-19 : des couturières du Nunavut confectionneront 5000 masques non médicaux

Pour répondre à la directive fédérale du port du masque en avion, le gouvernement du Nunavut a fait appel à des couturières du territoire pour la fabrication de 5000 masques non médicaux en tissus.

Le ministère territorial du Développement économique et des Transports a alloué une somme d’environ 35 000 $ à la Corporation de développement du Nunavut pour qu’elle mobilise des couturières un peu partout au territoire et leur achemine le matériel nécessaire à la confection de masques de coton.

Ces masques ne sont pas conçus pour remplacer d’autres mesures, comme la distanciation sociale et le lavage de mains, mais ils nous donnent une protection supplémentaire, a affirmé mercredi le premier ministre Joe Savikataaq, en point de presse.

LA SUITE

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Canada, #Peuples originaires, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article