La pandémie est un portail : Arundhati Roy (Situation de l'Inde)

Publié le 7 Avril 2020

Qui peut aujourd'hui utiliser le terme "devenu viral" sans trembler un peu ? Qui peut regarder quelque chose : une poignée de porte, un carton, un sac de légumes, sans imaginer qu'il est plein de ces bulles invisibles, non pas mortes mais sans vie, parsemées de ventouses attendant de se coller à nos poumons ?

Qui peut penser à embrasser un étranger, à monter dans un bus ou à envoyer son enfant à l'école sans ressentir une réelle peur ? Qui peut penser à un plaisir ordinaire sans en évaluer le risque ? Qui parmi nous n'est pas devenu  épidémiologiste, virologue, statisticien ou prophète ? Quel scientifique ou médecin ne prie pas secrètement pour un miracle ? Quel prêtre ne se soumet pas, au moins secrètement, à la science ?

Mais alors même que le virus prolifère, qui n'est pas ému par la vague de chants d'oiseaux dans les villes, les paons qui dansent aux passages à niveau et le silence dans le ciel ?

Le nombre de cas dans le monde entier a augmenté de plus d'un million cette semaine. Plus de 50 000 personnes sont mortes. Selon les prévisions, ce nombre devrait atteindre des centaines de milliers, voire plus. Le virus a circulé librement sur les routes du commerce international et du capital, et la terrible maladie qu'il a entraînée dans son sillage a enfermé les humains dans leurs pays, leurs villes et leurs foyers.

Mais contrairement au flux de capitaux, ce virus cherche la prolifération et non le profit, et donc, sans s'en rendre compte, il a dans une certaine mesure inversé le sens du flux. Il s'est moqué des contrôles d'immigration, de la biométrie, de la surveillance numérique et de toute autre forme d'analyse de données, et a frappé durement, jusqu'à présent, les nations les plus riches et les plus puissantes du monde, arrêtant le moteur du capitalisme. Peut-être temporairement, mais au moins assez longtemps pour que nous puissions examiner ses parties, faire une évaluation et décider si nous voulons aider à le réparer ou à chercher un meilleur moteur.

Les mandarins qui conduisent cette pandémie aiment parler de guerre. Ils n'utilisent même pas la guerre comme une métaphore, ils l'utilisent littéralement. Mais si c'était vraiment une guerre, qui serait mieux préparé que les États-Unis ? Si les soldats en première ligne n'avaient pas besoin de masques et de gants, mais d'armes, de bombes intelligentes, de bunkers, de sous-marins, d'avions de chasse et de bombes nucléaires, y aurait-il une pénurie ?

Nuit après nuit, depuis l'autre bout du monde, certains d'entre nous regardent les conférences de presse du gouverneur de New York avec une fascination difficile à expliquer. Nous suivons les statistiques et entendons les récits des hôpitaux débordés aux États-Unis. Des histoires d'infirmières sous-payées, surchargées de travail, qui doivent faire des masques avec des sacs poubelles et de vieux imperméables, risquant tout pour aider les malades. Des histoires sur les États qui sont obligés de se faire concurrence pour les respirateurs, sur les dilemmes des médecins quant à savoir quel patient doit en recevoir un et qui doit mourir. Et on se dit : "Mon Dieu ! C'est l'Amérique !"

La tragédie est immédiate, réelle, épique et se déroule sous nos yeux. Mais ce n'est pas quelque chose de nouveau. Ce sont les restes d'un train qui roule sur la même voie depuis des années. Qui ne se souvient pas des vidéos d'"abandon de patients" : des malades, toujours en blouse d'hôpital, nus, jetés subrepticement dans les coins ? Les portes des hôpitaux ont été trop souvent fermées aux citoyens américains les moins fortunés. Peu importe qu'ils aient été malades ou qu'ils aient beaucoup souffert.

Du moins pas jusqu'à présent, car aujourd'hui, à l'ère du virus, la maladie d'une personne pauvre peut affecter la santé de toute la société riche. Et pourtant, même aujourd'hui, Bernie Sanders, le sénateur qui a fait campagne en faveur des soins de santé pour tous, est considéré comme un cas particulier dans sa candidature à la Maison Blanche, même par son propre parti.

Et qu'en est-il de mon pays, mon pays pauvre et riche, l'Inde, suspendu quelque part entre féodalisme et fondamentalisme religieux, entre caste et capitalisme, dirigé par des nationalistes hindous d'extrême droite ?

En décembre, alors que la Chine luttait contre l'apparition du virus à Wuhan, le gouvernement indien était confronté à un soulèvement massif de centaines de milliers de ses citoyens, qui protestaient contre la loi sur la citoyenneté, ouvertement discriminatoire et anti-musulmane, qui venait d'être adoptée au Parlement.

Le premier cas de Covid-19 a été signalé en Inde le 30 janvier, quelques jours seulement après le départ de Delhi de l'invité d'honneur de notre parade du jour de la République, le dévoreur de la forêt amazonienne et négationniste du coronavirus, Jair Bolsonaro. Mais il y avait beaucoup à faire en février pour que le virus soit inscrit au calendrier du parti au pouvoir. Une visite officielle du président Donald Trump était prévue pour la dernière semaine du mois. Il avait été attiré par la promesse d'une audience d'un million de personnes dans un stade sportif de l'État du Gujarat. Tout cela a demandé beaucoup d'argent et beaucoup de temps.

Puis il y a eu l'élection de l'Assemblée de Delhi que le parti Bharatiya Janata avait prévu de perdre à moins d'améliorer son jeu, ce qu'il a fait, déclenchant une campagne nationaliste hindoue vicieuse et effrénée, pleine de menaces de violence physique et d'accusations de "traîtres". Il a perdu, en tout cas. Puis il y a eu la punition des musulmans de Delhi, qui ont été accusés de l'humiliation. Des foules armées de justiciers hindous, soutenues par la police, ont attaqué des musulmans dans les quartiers populaires du nord-est de Delhi. Des maisons, des magasins, des mosquées et des écoles ont été brûlés. Les musulmans, qui attendaient l'attaque, ont riposté. Plus de cinquante personnes, dont des musulmans et quelques hindous, ont été tuées.

Des milliers de personnes se sont installées dans les camps de réfugiés dans les cimetières locaux. Les corps mutilés étaient encore en train d'être retirés du réseau d'égouts sale et puant lorsque les représentants du gouvernement ont eu leur première réunion au sujet du Covid-19 et que la plupart des indiens ont commencé à entendre parler de ce qu'on appelle le désinfectant pour les mains. Le mois de mars a également été très chargé. Les deux premières semaines ont été consacrées au renversement du gouvernement du Congrès dans l'État du Madhya Pradesh, au centre de l'Inde, et à l'installation d'un gouvernement BJP à sa place. Le 11 mars, l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré quele Covid-19 était une pandémie. Deux jours plus tard, le 13 mars, le ministère de la santé a déclaré que le coronavirus "n'est pas une urgence sanitaire".

Enfin, le 19 mars, le premier ministre indien s'est adressé à la nation. Il n'avait pas beaucoup fait ses devoirs. Il a emprunté le carnet d'ordonnances à la France et à l'Italie. Il a parlé de la nécessité de la "distanciation sociale" (facile à comprendre pour une société si immergée dans la pratique des castes) et a appelé à un "couvre-feu populaire" le 22 mars. Il n'a rien dit sur ce que son gouvernement allait faire pendant la crise, mais il a demandé aux gens de sortir sur leur balcon, de sonner les cloches et de taper sur leurs casseroles pour saluer les travailleurs de la santé.

Il n'a pas mentionné que, jusqu'à ce moment précis, l'Inde avait exporté des équipements de protection et des appareils respiratoires, au lieu de les garder pour les travailleurs de la santé et les hôpitaux du pays.

Sans surprise, la demande de Narendra Modi a été reçue avec beaucoup d'enthousiasme. Il y avait des marches, des danses communautaires et des processions. Il n'y a pas eu beaucoup de distanciation sociale. Les jours suivants, les hommes sont allés chercher des barils de bouse de vache sacrée, et les partisans du BJP ont organisé des fêtes pour boire de l'urine de vache. Pour ne pas être en reste, de nombreuses organisations musulmanes ont déclaré que le Tout-Puissant était la réponse au virus et ont demandé aux fidèles de se rassembler en grand nombre dans les mosquées. Le 24 mars, à 20 heures, Modi est apparu à nouveau à la télévision pour annoncer qu'à partir de minuit, toute l'Inde serait isolée. Les marchés seraient fermés. Tous les transports, tant publics que privés, seraient annulés.

Qui d'autre que lui peut décider, sans consulter les gouvernements des États qui devront faire face aux conséquences de cette décision, qu'une nation de 1,38 milliard d'habitants doit être enfermée sans aucune préparation et avec un préavis de quatre heures ? Ses méthodes donnent certainement l'impression que le Premier ministre indien considère les citoyens comme une force hostile qui doit être prise en embuscade, prise par surprise, mais à laquelle il ne faut jamais faire confiance.

Nous étions enfermés. De nombreux professionnels de la santé et épidémiologistes ont applaudi cette initiative. Peut-être ont-ils raison en théorie. Mais aucun d'entre eux ne peut résister au manque calamiteux de planification ou de préparation qui a transformé le plus grand et le plus punitif isolement du monde en exactement le contraire de ce qu'il était censé accomplir.

L'homme qui aime le divertissement a créé la mère de tout divertissement.

En regardant un monde horrifié, l'Inde s'est révélée dans toute sa honte, sa brutalité structurelle et sociale, son inégalité économique, son indifférence impitoyable face à la souffrance.

L'isolement a fonctionné comme une expérience chimique qui a soudainement mis en lumière des choses cachées. Alors que les magasins, les restaurants, les usines et l'industrie de la construction fermaient, que les riches et les classes moyennes s'enfermaient dans des quartiers privés, nos villes et mégapoles ont commencé à expulser leurs citoyens de la classe ouvrière, leurs travailleurs migrants, comme une accumulation indésirable.

Beaucoup ont été expulsés par leurs employeurs et leurs propriétaires, des millions de pauvres, de personnes affamées et assoiffées, jeunes et vieux, hommes, femmes, enfants, malades, aveugles, handicapés, n'ayant nulle part où aller, aucun transport public en vue, ont entamé une longue marche vers leurs villages. Ils ont marché pendant des jours, jusqu'à Badaun, Agra, Azamgarh, Aligarh, Lucknow, Gorakhpur, à des centaines de kilomètres. Certains sont morts en chemin.

Ils savaient qu'ils allaient rentrer chez eux potentiellement pour freiner la faim. Ils savaient peut-être même qu'ils pouvaient emporter le virus avec eux et infecter leur famille, leurs parents et leurs grands-parents à la maison, mais ils avaient désespérément besoin d'un peu de familiarité, d'un abri et de dignité, ainsi que de nourriture, et aussi d'amour.

Alors qu'ils marchaient, certains ont été brutalement battus et humiliés par la police, qui a été accusée de faire respecter strictement le couvre-feu. Les jeunes hommes étaient obligés de se pencher et de faire des sauts de grenouille sur la route. A la périphérie de la ville de Bareilly, un groupe a été rassemblé et aspergé de produits chimiques.

Quelques jours plus tard, craignant que la population en fuite ne propage le virus dans les villages, le gouvernement a scellé les frontières de l'État, même pour les marcheurs. Des personnes qui avaient marché pendant des jours ont été arrêtées et forcées de retourner dans des camps dans les villes d'où elles venaient d'être forcées de partir.

Les personnes âgées se sont souvenues du transfert de population en 1947, lorsque l'Inde a été divisée et que le Pakistan est né. Sauf que cet exode actuel est motivé par des divisions de classe, et non par la religion. Malgré cela, ces personnes n'étaient pas les plus pauvres de l'Inde. Il s'agissait de personnes qui avaient (au moins jusqu'à présent) travaillé en ville et devaient rentrer chez elles. Les chômeurs, les sans-abri et les désespérés sont restés là où ils étaient, dans les villes et dans les campagnes, où une profonde détresse s'est développée bien avant que cette tragédie ne se produise. Pendant ces horribles journées, le ministre de l'Intérieur, Amit Shah, était absent de l'attention du public. Lorsque la marche à Delhi a commencé, j'ai souvent utilisé une carte de presse d'un magazine pour lequel j'écris pour me rendre à Ghazipur, à la frontière entre Delhi et l'Uttar Pradesh.

La scène était biblique. Ou peut-être pas. La Bible ne pouvait pas connaître de tels chiffres. L'isolement pour forcer le détachement physique avait abouti au contraire : une compression physique à une échelle impensable. Cela est vrai même dans les villages et les villes de l'Inde. Les routes principales sont peut-être vides, mais les pauvres sont entassés dans les quartiers exigus des bidonvilles et des villes.

Tous les gens à qui j'ai parlé s'inquiétaient du virus. Mais il était moins réel, moins présent dans leur vie, que le chômage imminent, la faim et la violence policière. De toutes les personnes à qui j'ai parlé ce jour-là, y compris un groupe de tailleurs musulmans qui avaient survécu aux attaques anti-musulmanes quelques semaines auparavant, ce sont les paroles d'un homme qui m'ont particulièrement inquiété. C'était un charpentier du nom de Ramjeet, qui avait l'intention de se rendre à Gorakhpur, près de la frontière népalaise.

"Peut-être que lorsque Modiji a décidé de faire cela, personne ne lui a parlé de nous. Peut-être qu'il ne sait rien de nous", a-t-il dit. "Nous" signifie environ quatre cent soixante millions de personnes. Les gouvernements des États en Inde (comme aux États-Unis) ont fait preuve de plus de cœur et de compréhension pendant la crise. Les syndicats, les particuliers et d'autres acteurs distribuent des denrées alimentaires et des rations d'urgence. Le gouvernement central a été lent à répondre à leurs demandes désespérées de fonds. Il s'avère que le Fonds national de secours du Premier ministre n'a pas de liquidités disponibles. Au lieu de cela, l'argent des supporters se déverse dans le mystérieux nouveau fonds PM-CARES. Des repas préemballés portant le visage de Modi ont commencé à apparaître.

En outre, le Premier ministre a partagé ses vidéos de yoga nidra, dans lesquelles un Modi animé et transformé, avec un corps de rêve, montre des asanas de yoga pour aider les gens à gérer le stress de l'auto-isolement. Le narcissisme est profondément troublant. Peut-être que l'une des asanas pourrait être celle dans laquelle Modi demande au Premier ministre français de nous permettre de renoncer à l'accord très problématique sur l'avion de chasse Rafale et d'utiliser ces 7,8 milliards d'euros pour les mesures d'urgence qui sont désespérément nécessaires pour soutenir des millions de personnes affamées. Les français comprendront sûrement. Alors que le blocus entre dans sa deuxième semaine, les chaînes d'approvisionnement ont été rompues, les médicaments et les fournitures essentielles s'épuisent. Des milliers de camionneurs sont toujours abandonnés sur les routes, avec peu de nourriture et d'eau. Les cultures sur pied, prêtes à être récoltées, pourrissent lentement.

La crise économique est là. La crise politique est en cours. Les grands médias ont intégré l'histoire du Covid-19 dans leur campagne anti-musulmane. Une organisation appelée Tablighi Jamaat, qui a tenu une réunion à Delhi avant l'annonce de la fermeture, s'est révélée être un "super propagateur". Cela est utilisé pour stigmatiser et diaboliser les musulmans. Le ton général suggère que les musulmans ont inventé le virus et l'ont délibérément répandu comme une forme de djihad.

La crise du coronavirus n'est pas encore arrivée. Ou pas. Nous n'en savons rien. Si c'est le cas, et c'est possible, nous pouvons être sûrs qu'elle sera traitée, avec tous les préjugés dominants de religion, de caste et de classe complètement en place.

Aujourd'hui (2 avril), en Inde, il y a près de 2 000 cas confirmés et 58 décès. Ces chiffres ne sont certainement pas fiables, car ils reposent sur des preuves peu nombreuses. Les avis des experts sont très variés. Certains prédisent des millions de cas. D'autres pensent que le coût sera beaucoup moins élevé. Nous ne connaîtrons peut-être jamais les véritables contours de la crise, même lorsqu'elle nous frappera. Tout ce que nous savons, c'est que la course dans les hôpitaux n'a pas encore commencé.

Les hôpitaux et cliniques publics indiens, incapables de faire face au million d'enfants qui meurent chaque année de diarrhée, de malnutrition et d'autres problèmes de santé, aux centaines de milliers de tuberculeux (un quart des cas dans le monde), à la vaste anémie et à la population mal nourrie, vulnérable à un certain nombre de maladies mineures qui leur sont fatales, ne pourront pas faire face à une crise comme celle à laquelle l'Europe et les États-Unis sont actuellement confrontés.

Tous les soins médicaux sont plus ou moins en attente car les hôpitaux ont été mis au service du virus. Le centre de traumatologie du légendaire All India Institute of Medical Sciences à Delhi est fermé, les centaines de patients atteints de cancer, appelés réfugiés du cancer, vivent sur les routes à l'extérieur de cet immense hôpital, conduits comme du bétail.

Les gens vont tomber malades et mourir chez eux. Nous ne connaîtrons peut-être jamais leur histoire. Il se peut même qu'ils ne deviennent pas des statistiques. On ne peut qu'espérer que les études qui affirment que le virus n'aime pas le temps chaud soient correctes (bien que d'autres chercheurs aient remis cela en question). Jamais un peuple n'a aspiré de façon aussi irrationnelle et aussi forte à un été indien chaud et éprouvant.

Qu'est-ce qui nous est arrivé ? C'est un virus, oui. En soi, il n'a pas de résumé moral. Mais c'est certainement plus qu'un virus. Certains croient que c'est la façon dont Dieu nous vient à l'esprit. D'autres disent que c'est une conspiration chinoise pour dominer le monde. Quoi qu'il en soit, le coronavirus a mis les puissants à genoux et a arrêté le monde comme rien d'autre ne pouvait le faire. Nos esprits sont toujours en mouvement, aspirant à un retour à la "normalité", essayant de relier notre avenir à notre passé et refusant de reconnaître la rupture. Mais la rupture existe. Et au milieu de ce terrible désespoir, elle nous offre l'occasion de repenser la machine de fin du monde que nous nous sommes construite. Rien ne pourrait être pire que le retour à la normale.

Historiquement, les pandémies ont forcé les humains à rompre avec le passé et à imaginer leur monde à nouveau. Celle-ci n'est pas différent. C'est un portail, une passerelle entre un monde et le suivant. Nous pouvons choisir de la traverser en traînant derrière nous les corps de nos préjugés et de notre haine, de notre avidité, de nos bases de données et de nos idées mortes, de nos rivières mortes et de nos cieux fumants. Ou bien nous pouvons marcher à la légère, avec peu de bagages, prêts à imaginer un autre monde. Et prêt à se battre pour cela.

Arundhati Roy, le 4 avril 2020

Source originale en anglais : FT

Traduction en espagnol pour comunizar : Catrina Jaramillo.

source d'origine : comunizar

traduction en français carolita

Rédigé par caroleone

Publié dans #Inde, #Réflexions, #Coronavirus, #Santé

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :