Comment l’État a laissé tomber son usine de production de masques, l’une des plus importantes au monde

Publié le 14 Avril 2020

Le gouvernement prétend qu’il était impossible de prévoir le besoin en masques. C’est faux. Pour parer au risque de pandémie, une usine bretonne, près de Saint-Brieuc, était chargée de produire des dizaines de millions de masques FFP2. Abandonnée sous le quinquennat Hollande, l’usine est définitivement fermée en 2018. Ses machines sont vendues au prix de la ferraille, puis détruites.

« Il ne reste que les murs : tout a été détruit », souffle un ancien salarié de l’usine de Plaintel en Côtes-d’Armor. Avec sa production montée à 200 millions de masques FFP2 [1] par an, destinée à l’État français, « on était le plus gros producteur d’Europe », affirme-t-il. L’usine a fermé ses portes en 2018. Aujourd’hui, face au nouveau coronavirus, la France manque de masques. C’est en catastrophe qu’Emmanuel Macron annonce l’augmentation de la production française de 15 à 40 millions (chirurgicaux et FFP2) d’ici au mois de mai. Mais l’immense majorité des stocks – 2 milliards – doit en fait arriver de Chine, « par pont aérien d’ici la fin juin », selon le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. La France est dépendante des aléas du marché mondial en crise. « On ne peut pas demander aux gens de l’avoir prévu il y a dix ans », a lancé le président de la République, agacé par les critiques. Et pourtant, l’État l’avait prévu. Il y a quinze ans.

la suite

Rédigé par caroleone

Publié dans #Santé, #Coronavirus, #Capitalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article