La dengue frappe le cœur le plus vulnérable de l'Amazonie péruvienne

Publié le 4 Mars 2020

Le portail de recherche journalistique Ojo Público a réalisé un rapport sur l'épidémie de dengue en Amazonie péruvienne, révélant des chiffres et des données sur l'urgence sanitaire. Les rapports s'étendent à Madre de Dios, Tambopata étant le district de la selva péruvienne le plus touché par la dengue avec 2 224 cas ; Loreto et San Martin. Rien que dans ces trois régions, selon les médias, 7 857 cas ont été enregistrés au cours des deux premiers mois de l'année.

Servindi, 2 mars 2020 - "Alors que les cas de coronavirus se répandent dans plusieurs pays du monde, une autre maladie représente une urgence sanitaire au Pérou et touche les habitants les plus pauvres de l'Amazonie", cite le rapport Ojo Público.

Comme on le sait, la dengue, une maladie infectieuse produite par un virus transmis par le moustique Aedes aegypti, a mis trois régions du Pérou dans une situation d'urgence sanitaire : Madre de Dios, Loreto et San Martin.

En outre, elle a motivé le transfert de plus de 4 millions de soles pour la combattre et a mobilisé des inspecteurs qui prévoient de visiter personnellement plus de 24 000 maisons dans la région la plus touchée.

Jusqu'à présent cette année, selon Ojo Público, "six personnes à Madre de Dios sont mortes des suites de la dengue. Cinq des morts vivaient à Tambopata, un district qui compte 2 224 cas signalés, le nombre le plus élevé du pays à ce jour.

Selon le centre épidémiologique du ministère de la santé, cette croissance inhabituelle a commencé en octobre 2019, lorsque 919 cas ont commencé à être signalés chaque semaine dans toute la région.

"Les autres décès dus à la dengue se sont produits dans les régions de Loreto (8) et de San Martín (1), qui, avec Madre de Dios, ont été déclarées en urgence sanitaire depuis le 9 février, afin de lutter contre l'épidémie. Ces trois régions représentent 77 % des 10 228 cas signalés au Pérou entre janvier et le 25 février 2020", indique le rapport.

Le texte journalistique souligne également que "plusieurs études publiées par le ministère de la Santé soutiennent que la charge de morbidité due à la dengue est plus élevée chez les plus pauvres, parce qu'ils vivent souvent dans des communautés où les vecteurs sont abondants, parce qu'ils utilisent moins de protection (contre ces moustiques transmetteurs), et parce que les interventions ont tendance à être moins efficaces.

FUMIGATION.Le centre ville de La Joya, à Puerto Maldonado. En raison de la prolifération du vecteur qui transmet la maladie, les autorités ont fumigé plusieurs zones. (Photo : Óscar Rosario Ylataype)

Évolution des cas de dengue dans les régions amazoniennes


Eduardo Gotuzzo, médecin spécialiste des maladies infectieuses et chercheur à l'Institut de médecine tropicale de l'Université péruvienne Cayetano Heredia (UPCH), a expliqué à OjoPúblico les raisons possibles de l'augmentation soudaine de ces cas. 

"L'augmentation de la température favorise la population d'Aedes [aegypti]. Lorsque les pluies augmentent, il y a plus d'endroits où les moustiques peuvent se reproduire et lorsque la température augmente, les moustiques mûrissent plus vite. Au lieu de piquer pendant trois jours, ils piquent maintenant pendant six ou sept jours. Nous avons plus de moustiques et plus de temps pour qu'ils piquent. Malheureusement, c'est un facteur important pour comprendre la dynamique de ce qui se passe avec la dengue", a-t-il déclaré.

En Amazonie, les districts les plus touchés sont :

  • Tambopata (2 224) à Madre de Dios
  • San Juan Bautista (1.002), Iquitos (791) et Punchana (719) dans le Loreto
  • Morales (382) à San Martín.

Selon les données du Centre national d'épidémiologie, de prévention et de contrôle des maladies du ministère de la Santé (Minsa), depuis 2016, on observe une tendance croissante de ces cas dans ces cinq districts, le plus notable étant le cas de Tambopata, l'une des zones les plus touchées par la déforestation causée par l'exploitation minière illégale.

"La plupart des cas de dengue ont commencé dans les zones rurales, et les gens vont en ville pour se faire soigner. Ensuite, les Aedes piquent les personnes atteintes de la maladie et la transmettent à d'autres personnes en bonne santé. C'est ce qui s'est passé à Puerto Maldonado et aussi dans le Loreto", a déclaré M. Gotuzzo.
 

source d'origine Ojo Público, publicado el 1 de marzo de 2020 en: https://ojo-publico.com/1637/el-dengue-golpea-el-corazon-mas-vulnerable-de-la-amazonia

Reportage complet en espagnol  "El dengue golpea el corazón más vulnerable de la Amazonía del Perú" por Ojo Público.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 02/03/2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Santé, #Dengue, #Peuples originaires

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article