Faire jaillir notre humanité

Publié le 14 Mars 2020

Faire jaillir notre humanité

….Et penser les uns aux autres

Y penser car les voir devient impossible et

Se retrancher derrière ses lunettes, son écran, son mental affecté

Ça met plus de barrières que les barrières officielles.

                           

Faire jaillir notre humanité

Et penser aux plus faibles :

Les plus faibles, question santé

Les plus faibles, question ressources

Les plus faibles, question isolement

Les plus faibles, question sécurité

Ici je pense à toi ma petite mère que je n’ai pas vue depuis le début de l’année

Ici je pense à mes petites que je n’ai pas vues depuis noël (Millah qui a fêté ses 2 ans sans nous et Kessy que je n’ai vue que 2 fois depuis sa naissance)

Ici je pense à mes enfants pour lesquels je suis inquiète malgré moi

Ici je pense à tous nos anciens et nos anciennes confinés dans leurs maisons de retraite

C’est difficile pour certains d’avoir des visites quand tout va bien

Alors maintenant !

Ici je pense à tous les anciens qui ne sont pas protégés par les consignes des hospices

Ils sont là dans la nature et si l’on ne prend pas soin d’eux en évitant de les contaminer

Eux n’y penseront pas poursuivant leur vie comme il se doit

Ici je pense aux personnes sans ressources

Aux personnes qui n’ont personne pour s’occuper d’elles

Et qui sont en quarantaine

Ici je pense aux démunis, en regroupements, sans soins

Ici je pense aux migrants, en regroupements, sans soins

Ici je pense aux personnes qui n’ont pas les moyens de faire l’école à la maison

Car sans ordis

Ici je pense à tous ceux qui se sentent dépassés

Ici je pense à tous les soignants que l’état envoie au casse-pipe avec une caresse dans le dos

Ici je pense à mes anciens amis et à mes proches

A tous ceux que ne vois plus depuis des années.

 

Ici je pense aux victimes de ce fléau dans le monde

A celles qui ont été sacrifiées faute de traitement

Faute de lits

Faute de personnel

Faute de connaissances.

 

L’isolement social est un malaise qui s’installe en catimini

On n’y prend garde

Il faut du courage pour le briser

L’isolement est une source de stress

Une source de désespoir

Une source de repli sur soit irrémédiable

Pour autant il ne faut pas en faire un problème

L’homme est adaptable

L’homme est créatif et sait toujours se tirer d’un mauvais pas

Quand la crise est là

Il faut avoir confiance en soit

Ne pas se focaliser sur le problème

Se changer les idées

Ressortir les vieilles coutumes

En profiter pour faire le point sur ses conditions de vie

Chercher des solutions pour reconstruire un monde nouveau

Tant de petites astuces simples et pas chères sont là à notre portée

Il faut réapprendre à vivre en simplicité

Les crises sont toujours des occasions pour rebondir

Se remettre en question.

 

Ici je pense à tous les êtres de la terre qui souffrent

Qui sont victimes de racisme et de harcèlement

Si penser qu’une personne atteinte d’un virus est un criminel

C’est nier la faiblesse de l’être face à la maladie

Le malade est une victime

Il n’est en aucun cas un coupable.

 

Faire jaillir son humanité

Évitant ainsi de tomber dans la névrose

Qui lève des nuées

Si sombres que des bottes de couleur brune

La haine est un virus qui circule très librement

Qui pousse dans le terreau propice des crises

Qui s’élève et croît véhiculée par l’essence de la peur.

 

Penser aux autres

C’est aussi penser à soi

C’est sentir que l’on a un cœur qui bat

C’est se sentir humain

Frère et sœur des hommes

Fils et fille de la terre-mère

Et sans sa main (virus oblige)

De toute ses forces

Avec sa pensée énergétique

Élever son humanité

Comme une flamme qui jamais ne s’éteint.

 

Carole Radureau (14/03/2020)

 

Merci de vous tenir toutes et tous forts, de garder le moral, de prendre soin de vous et des autres

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Beau poème d'empathie.
Pour les enfants sans ordi, je peux te dire que j'ai fait mes seconde, première et terminale par le cned . A l'époque il n'y avait pas d'ordi mais ça marchait très bien: envois des cours et des devoirs par voie postale.
C
Moi itou, mais depuis que les ordis se sont démocratisés dans les foyers, quand au collège mes aînés n'en avaient pas à la maison (par choix de ma part) j'ai toujours dénoncé auprès des enseignants l'inégalité de traitement que cela provoque dans le rendu des devoirs, et c'est toujours le cas. Facile de faire un copier coller d'un article par exemple comme ceux que je rédige sur les peuples quand on a un devoir maison et je sais que ça se fait car des commentaires ici me l'ont dit plusieurs fois. Alors que l'enfant ou le jeune qui doit rendre le même devoir en utilisant des encyclopédies fournit un travail bien plus profond qui n'est jamais récompensé par une meilleure note. Mais à côté de ça, je sais qu'apprendre en autodidacte c'est une bonne méthode quand on est motivé. Tu sais ma fille a eu son bac en candidate libre sans se rendre en cours ni en étudiant plus que à ça à la maison, perso, ça ne me gêne pas l'école à la maison, je crois bien que je préfère.