Des indigènes cherchent à préserver leur biodiversité alimentaire

Publié le 2 Mars 2020

Lors d'un événement promu par l'organisation Slow Food, plus de 70 représentants des peuples indigènes du Mexique se sont rencontrés. La réunion visait à préserver la biodiversité alimentaire et les méthodes agricoles traditionnelles en réponse à l'incursion des aliments industrialisés.

Par José Díaz

Servindi, 26 février 2020 - La première rencontre internationale des peuples indigènes visant à revitaliser les aliments traditionnels s'est terminée ce lundi dans la ville mexicaine de Tlaola (Puebla). L'événement, promu par l'organisation Slow Food, visait à partager des expériences et à promouvoir des projets en faveur de la sécurité alimentaire traditionnelle des peuples indigènes.

Les deux thèmes principaux de cette réunion étaient la biodiversité alimentaire et la culture indigène. Elle a également cherché à promouvoir le rôle des femmes indigènes dans les projets d'autonomie et de consommation de produits traditionnels, qui devraient remplacer les aliments industrialisés qui ont pénétré dans le régime alimentaire des peuples indigènes ces dernières années.

"En raison d'une vague d'aliments industrialisés, nous déplaçons, oublions et arrêtons de manger ou de produire ces aliments traditionnels que la nature nous offre, liés à une bioculturalité d'une région, d'un territoire et d'une culture", a déclaré Alfonso Rocha Robles, conseiller Slow Food pour le Mexique et l'Amérique centrale.

L'objectif de l'événement est d'inculquer la biodiversité alimentaire et d'éviter l'homogénéisation des régimes alimentaires proposés par les sociétés transnationales et les distributeurs de produits industrialisés.

Projet en cours


Slow Food est une organisation née en Italie qui vise à créer des garanties pour les traditions gastronomiques régionales et la connaissance de leurs méthodes de culture. L'un de ses objectifs spécifiques, en ce qui concerne les peuples indigènes, est d'éviter la standardisation de la gastronomie proposée par l'industrie alimentaire mondiale, pour laquelle ils ont initié un travail de plaidoyer au sein des communautés.

"L'important est de faire un changement de l'intérieur de la communauté, à partir de là nous devons commencer à nous développer, parce que souvent nous voulons faire des choses à l'extérieur, voir le changement de l'extérieur et nous ne changeons pas. Pour commencer le développement, nous devons commencer à changer depuis nos maisons, depuis nos familles et depuis notre communauté", a commenté María Lucia Cruz de la Rosa, fondatrice du Réseau des organisations de femmes indigènes de Tlaola lors de l'événement.

Plus de 70 représentants des peuples indigènes ont participé à la réunion qui a eu lieu entre le 21 et le 24 février. Ils venaient de pays tels que l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, la Colombie, l'Équateur, le Mexique, Cuba, le Pérou et les États-Unis.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 26 février 2020

https://www.servindi.org/actualidad-noticias/26/02/2020/indigenas-busca-preservar-su-biodiversidad-alimentaria

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article