La Colombie en deuil et debout

Publié le 27 Novembre 2019

Les communautés indigènes du Conseil Régional Indigène du Cauca CRIC regrettent profondément la mort du jeune Dilan Cruz causée par la fusillade de l'ESMAD, avec des armes qui selon le gouvernement ne sont pas mortelles, pour dissoudre une mobilisation samedi dernier 23 novembre, dans le centre de la ville de Bogota. Ce jeune homme a été tué alors qu'il luttait pour le droit à l'éducation de sa génération et de celles à venir ; bien que personne ne doive être tué, il est triste de voir une génération qui commence à peine à vivre commencer à être mutilés.

La Colombie ne peut pas rester accoutumée à la mort, l'État ne peut pas traiter la mobilisation sociale comme s'il allait agir avec les ennemis de la guerre, il n'aurait jamais dû le faire ; c'est pourquoi nous avons dit au président Duque, aux membres de l'establishment qui ne veulent pas que la paix devienne réalité, aux dissidents, à l'ELN : cette guerre est terminée, elle doit cesser, la vie a droit à l'épanouissement.

L'ESMAD a été constituée d'une manière contraire à la démocratie à laquelle nous aspirons, elle s'est dotée d'une vision contre ceux d'entre nous qui manifestent et défendent nos droits, et ses membres semblent considérer qu'il est légitime de porter atteinte à notre vie et notre intégrité personnelle. Cependant, à partir d'un Etat qui gère formellement les conceptions du respect des droits de l'homme, l'ESMAD a été autorisée à agir contre ses protocoles publics.

Le ministre de l'Intérieur a dit à propos de la mort du jeune Dilan " L'ESMAD agit toujours dans le respect des droits de l'homme " ; mais nous clarifions : ici une personne a été assassinée, un jeune a été assassiné pour la simple mobilisation, et la vie comme la mobilisation sont des droits fondamentaux. Cela nous rappelle ce qui s'est passé dans les Minga de la résistance indigène, sociale et communautaire, en 2008, où un garde indigène a été assassiné par l'ESMAD avec une arme à feu, et le président Uribe a déclaré dans un discours public que par protocole cette police n'utilise pas d'armes à feu, ce qu'il a dû nier quelques jours après, également dans un discours public, où il était interpellé par une vidéo publiée sur des chaînes internationales, où on voit un de ses membres tirant à longue portée et dans la situation du sniper contre le Mingueros.

L'usage excessif et inconstitutionnel de la force par l'État et la stigmatisation et la criminalisation de la protestation sociale ont transformé nos mobilisations en tant qu'autochtones, paysans, afro-colombiens et étudiants en scénarios de violence, faisant ces dernières années dans le sud-ouest plus de 10 morts, des centaines de blessés et des dizaines de mutilés à vie par l'ESMAD, faits qui sont en restés en totale impunité. Pour cette raison, et pour bien d'autres choses qui sont arrivées au mouvement populaire dans le pays, il est clair pour nous qu'il ne s'agit pas d'erreurs policières mais de politiques étatiques contre la mobilisation et la protestation sociale.

Aujourd'hui, des jeunes sont assassinés en plein jour dans le centre de Bogota, tout comme hier et aujourd'hui, différents acteurs, y compris les forces publiques, des hommes et des femmes, des enfants aux personnes âgées, dans les quartiers pauvres des villes et dans la géographie rurale de la Colombie, ont été assassinés, personnes qui étaient et sont gênantes pour les propriétaires du capital et le modèle de mort qu'ils veulent nous imposer.

L'appel à la grève a reçu l'appui d'une grande majorité de la population colombienne qui réclame la vie, la paix, l'équité, le respect, nous, indigènes du Conseil Régional Indigène du Cauca CRIC avons appelé et faisons partie de cette mobilisation et, de la diversité de la Nation, avec un caractère différentiel, nous allons continuer avec elle jusqu'à ce que avec toutes les expressions mobilisées nous réalisions les changements que nous voulons pour notre pays, dont nous proposons :

  • Démanteler l'ESMAD et la conception qu'elle voit à travers les secteurs sociaux qui se  mobilisent en tant qu'ennemis internes du pays.
  • Démantèlement du paquetazo économique et garanties des droits économiques, sociaux, culturels, environnementaux et politiques de la population. En particulier, nous accompagnons la lutte des jeunes pour la non-privatisation de l'éducation, et celle du peuple colombien contre la santé mercantilisée ; ce sont des droits qui doivent être garantis par l'État et non placés comme des entreprises de personnes ou d'entités privées, avec des ressources publiques.
  • Respect des populations de leurs territoires et des figures territoriales telles que les resguardos  indigènes et les territoires ancestraux, les territoires afrodescendants, la territorialité paysanne et les secteurs de voisinage.
  • La fin du génocide autochtone et le démantèlement du barrage normatif contre les droits de nos peuples.
  • Inspection d'organisations internationales dans l'application et la garantie de justice dans le cas de Dilan Cruz et d'autres victimes dans le cadre de cette grève nationale et ses multiples expressions, telles que les casserolades. Nous n'acceptons pas que ces cas soient assumés par le système de justice pénale militaire.
  • De même, nous appelons les organisations nationales et internationales de défense des droits de l'homme à rester vigilantes et à assurer le suivi des garanties pour l'exercice des droits de l'homme, en particulier la protestation sociale.

En tant que communautés organisées, nous exprimons notre défense de la vie, du territoire, de la justice, de la démocratie et de la paix dans le sud-ouest de la Colombie, nous nous déclarons en état d'alerte, avec la possibilité d'actions dans les prochains jours.

Conseil Régional Indigène du Cauca

Popayán, le 26 novembre 2019

traduction carolita d'un article paru sur le site du CRIC le 26 novembre 2019

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #Peuples originaires, #CRIC, #Mobilisation, #Répression, #ESMAD

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article