A usted, señor, me dirijo

Publié le 7 Novembre 2019

A vous, monsieur, je m'adresse

(Eduardo Yáñez)


À vous, monsieur, je dis que vous êtes né sur ce sol,
A vous, monsieur, légitime fils de chienne et chien chilien.
A vous qui avez la fierté d'être le grand geôlier,
D'être le grand traître, grand traître et menteur.
A vous qui avez les mains souillées de sang humain,
A vous qui avez votre vie et votre âme condamnées.

Pourquoi avez-vous si peur
que le peuple soit dans la rue,
à rire, à marcher
à crier, à chanter ?

A vous qui prenez soin du trésor de vos maîtres industriels,
A vous qui vous êtes spécialisés dans les tortures infernales,
A vous qui, avec tant de mort, voulez être rempli de gloire,
A vous qui voulez arrêter la marche de l'histoire,
A vous qui serez après notre victoire finale
Un souvenir malheureux de pourriture et d'ordures.
A vous qui prendrez conscience de votre défaite imminente
Sachant que si ce n'est pas aujourd'hui, c'est comme si c'était demain.

 

A usted, señor, me dirijo

(Eduardo Yáñez)


A usted señor me dirijo que ha nacido en este suelo,
A usted legítimo hijo de perra y perro chileno.
A usted que tiene el orgullo de ser el gran carcelero,
De ser el gran traidor, gran traidor y embustero.
A usted que tiene las manos manchadas con sangre humana,
A usted que tiene su vida y su alma condenada.

¿Por qué le da tanto miedo
de que el pueblo esté en la calle,
de que ría, de que marche,
de que grite, de que cante?

A usted que cuida el tesoro de sus amos industriales,
A usted que es especialista en torturas infernales,
A usted que con tanta muerte quiere llenarse de gloria,
A usted que quiere atajar el caminar de la historia,
A usted que será después de nuestra final victoria
Un desgraciado recuerdo de putrefacción y escoria.
A usted que estará consciente de su derrota cercana
Que sabe que si no es hoy, bien pudiera ser mañana.

 

Traduction carolita

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde, #Chanson non crétinisante, #Chili, #Nueva canción

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article