Peuple Hixkaryana - Localisation et histoire de contact

Publié le 19 Octobre 2019

Hixkaryana, rio Mapuera, Terra Indígena Nhamundá-Mapuera. Foto: Protásio Frikel, 1951

Actuellement, la plupart des Hixkaryana vivent sur les rives du cours moyen du rio Nhamundá, le cours d'eau qui établit la frontière entre les états de l'Amazonas et du Pará. Il y a dix villages du côté amazonien et un village du côté du Pará. Il y a encore deux villages situés le l'ong d'un autre fleuve, au milieu du Jatapu, dans l'état d'Amazonas. Il y a beaucoup de familles Hixkaryana mélangées à d'autres groupes (en particulier Katuena, Waiwai et Xereu) et résidant dans d'autres localités, en particulier celles situées sur la rivière Mapuera, dans l'État du Pará. Enfin, il convient de noter que quelques familles Hixkaryana résident temporairement dans les villes de Nhamundá, Parintins et Manaus.

Les discours des chefs Hixkaryana sur le droit à la terre qu'ils occupaient traditionnellement trouvent un point de confirmation dans l'historiographie de la région.

Selon Protásio Frikel (1958), entre 1725 et 1759, il y avait une mission catholique sur le cours inférieur du rio Nhamundá, près du fleuve Amazone, parmi les Indiens Wabui, qui, à leur tour, avaient été "descendus" des rives du rio Trombetas par Francisco de São Manços. Très probablement, les Hixkaryana, ainsi que leurs contemporains - qui résident dans les villages du rioe Nhamundá - sont les descendants des Wabui transférés du rio Trombetas et mélangés avec des groupes autochtones du rio Nhamundá même. A partir des brèves biographies et des récits de vie des Hixkaryana, ainsi que des témoignages des voyageurs, de la Funai et des missionnaires, nous pouvons retracer un résumé de la conformation et de la dispersion des différents groupes indigènes dans les vallées des rivières Nhamundá et Jatapu.

Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, des informations sur les indiens vivant dans la région du cours inférieur du rio Nhamundá, dans la région où se trouve actuellement la ville de Faro, sont enregistrées. Fuyant les conflits avec les colonisateurs, ces indiens ont commencé à remonter le rio Nhamundá, se retrouvant à mi-chemin avec d'autres groupes déjà installés. Au XIXe et au début du XXe siècle, les groupes autochtones de la région se limitaient à occuper les sources des cours d'eau, généralement des lieux d'accès difficile (passage des cascades, cours d'eau ou intérieur de la jungle), fuyant les fronts de la colonisation non-autochtone

Selon le projet Funai/Radam (Funai, 1976 : 11-14), sur la rive droite du cours moyen du rio Jatapu, et jusqu'en 1960, un village de trente à quarante Hixkaryana et Xowyana existait toujours, à proximité du site du poste d'attraction autochtone Jatapu aux chutes Santa Maria.

Selon les informations contenues dans les documents de la Funai (proc. 3115/81) et dans le document de l'indigène Sebastião Amâncio da Costa (1982), en 1962, un groupe d'hommes engagés dans la collecte de la sève du balata (balateiros) a trouvé un groupe d'indiens sur le cours supérieur du Jatapu, le Cidade Velha. Quelques survivants de ce contact ont été attirés et emmenés au poste autochtone (PIN) de Jatapu, où ils ont vécu jusqu'en 1982. D'après les informations du groupe autochtone attiré au poste indigène de Jatapu, on savait qu'à cette occasion un grand nombre d'Indiens Karara résidaient sur la rivière Cidade Velha, le ruisseau Pedras (affluent de la rive droite du cours supérieur du Jatapu), l'Encantada Cidade (affluent de la rive gauche du haut Jatapu) et sur les rios Novo, Jatapuzinho et Baracuxi.

De même, vers 1960, une société d'extraction minière, Companhia Siderúrgica da Amazônia (Siderama), a été installée près du Poste indigène Jatapu sur la rive gauche du rio Jatapu. Un an plus tard, selon les récits oraux des Hixkaryana de Nhamundá, une épidémie a frappé les habitants des villages du Jatapu, plusieurs sont morts et les survivants ont émigré vers le village de Kassauá sur le rio Nhamundá. Au poste de Jatapu, il ne restait qu'une seule famille Karara, composée du père et d'un couple d'enfants adultes, vivant parmi les blancs de la région. Vers 1975, le poste indigène de Jatapu a été désactivé et, plus tard, cette famille a également émigré vers le rio Nhamundá.

A partir de 1972, les Indiens concentrés autour de la Mission de Kanashen en Guyane ont commencé un processus de dispersion. Un groupe a émigré dans la région du rio Anauá, dans l'État de Roraima ; un autre a émigré dans le village d'Araraparu, dans le sud du Suriname ; un troisième dans la région du rio Mapuera, dans l'État du Pará. Les familles Hixkaryana restées à proximité du rio Nhamundá ont ensuite soutenu le retour des "parents" dans la région de Mapuera en leur fournissant de la farine et de jeunes plants pour l'ouverture de nouveaux champs de manioc, banane, canne à sucre, ananas, entre autres. En outre, le réseau de mariages et d'échanges rituels entre les Hixkaryana du village de Kassauá et les autres groupes autochtones nouvellement arrivés dans le nouveau village de Mapuera a été élargi et renforcé.

En 1970, la Funai s'installe à Cachoeira Porteira (sur le rio Nhamundá) et, en 1971, dans le village de Kassauá (également sur le rio Nhamundá). En 1977, le SIL a quitté la région. La Funai, sous l'administration du chef du poste de Kassauá, Raimundo Nonato, a assumé les services de santé et d'éducation. En outre, la Funai a commencé à fournir aux indiens une cantine pour les produits industrialisés (sel, sucre, munitions, outils de travail des champs, etc.) et, en échange, a commercialisé dans la ville des produits indigènes comme la farine, l'artisanat et, surtout, les noix du Brésil. Dans cette logique politique et administrative de la Funai, les indiens devaient éviter autant que possible tout contact avec les Blancs dans les villes (y compris en ce qui concerne la gestion de l'argent), dans le but de préserver leur langue et leurs coutumes et d'empêcher leur accès aux habitudes non indigènes, ainsi que d'éviter les maladies. Cette philosophie, implantée dans la région, a duré jusqu'à la fin des années 1980.

Au début des années 80, avec la régularisation des terres et la démarcation des terres autochtones Nhamundá/Mapuera, les habitants du village de Kassauá ont commencé à se disperser et de nouveaux villages ont été créés en aval : Cachoeirinha, Cachoeira Porteira, Jutaí, Riozinho et Cafezal.

A partir des années 1990, avec l'absence du SIL et la faible présence de la Funai dans la région, les Hixkaryana ont commencé à visiter plus fréquemment les villes de la région (Nhamundá, Parintins et Manaus), soit pour obtenir des ressources financières par la vente de leurs biens (artisanat, farine et châtaignes du Pará), soit pour rechercher de l'aide en matière de santé et d'éducation. Beaucoup de jeunes Hixkaryana sont allés étudier dans la ville de Nhamundá. Vers la fin des années 1990, le Conseil Général du Peuple Hexkaryana-CGPH (Conselho Geral dos Povos Hexkaryana-CGPH) fut créé.

Dans les années 2000, il y a eu un mouvement de dispersion encore plus important à partir du village de Kassauá. De nouveaux villages ont été fondés en dehors de la terre indigène Nhamundá/Mapuera et en dehors de la terre indigène Trombetas/Mapuera, dans un mouvement de rapprochement des villages avec les villes et leurs bénéfices ainsi qu'avec les politiques publiques d'assistance et de biens de consommation. En même temps, ce mouvement, mené par les Hixkaryana, visait la réoccupation des terres traditionnelles dans la région du cours moyen du fleuve Nhamundá. En commençant par le secteur supérieur et en descendant, les nouveaux villages sont : Matrinxã, Gavião, Torre, Areia et Belontra.

En 2002, le siège d poste indigène Nhamundá , dans le village de Kassauá, a été transféré à la ville de Nhamundá. La même année, sous la direction de Yereyere et de son gendre, Wayarafan, une partie des Hixkaryana est retournée sur la rio Jatapu, ouvrant deux nouveaux villages, l'un appelé Santa Maria (où le poste indigène Jatapu fonctionnait jusqu'au début des années 70) et, en amont, un autre appelé Bacaba.

Début 2010, après un conflit interne dans le village de Santa Maria, le groupe local s'est séparé. Il y a eu un désaccord entre Wayarafan et son beau-père, et la famille du premier, y compris son père, sa mère et ses enfants mariés et non mariés, il a quitté Santa Maria et fondé un nouveau village sur le rio Nhamundá, appelé Cupiúba.

traduction carolita d'un extrait de l'article sur le peuple Hixkaryana du site pib.socioambiental.org

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Brésil, #Hixkaryana

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article