Pérou/Tía María - Contre l'agression minière

Publié le 12 Août 2019

Servindi, le 9 août 2019 - L'éditorial de la revue Lucha Indígena N° 156 intitulé "Contre l'agression minière", en référence à la résistance et au rejet des projets miniers Tía María et La Tapada.

La publication mensuelle du magazine contient des sujets d'actualité d'importance nationale et internationale. Son directeur est le leader social historique Hugo Blanco Galdós.

Dans ce numéro, vous trouverez des articles sur la Rencontre internationale de la communication autochtone 2019, qui se tiendra du 10 au 12 octobre dans la ville de Cusco.

Il convient également de noter la note sur la création de la Plate-forme climatique autochtone, l'une des onze propositions faites par les peuples autochtones dans le cadre de la consultation sur le Règlement d'application de la loi-cadre sur les changements climatiques.

Egalement, sur l'entrée de l'armée dans le terminal d'Islay, les protestations contre les déversements et les mesures correctives, l'analyse de la proposition d'une nouvelle loi minière, la grève mondiale contre le changement climatique, parmi d'autres questions.

Ceux qui souhaitent acheter la version imprimée peuvent la trouver dans les kiosques à journaux centraux. A la fin de cet article, vous pouvez télécharger l'édition virtuelle complète au format pdf.

L'éditorial est reproduit ci-dessous.

Contre l'agression minière


Nous protestons contre l'agression du projet minier Tia Maria et La Tapada de la compagnie Shoutern qui va détruire une vallée fertile.

Le gouvernement de Vizcarra est complice de cette agression pour lui avoir donné une licence.

Cela a été fait en connaissant l'agression et en sachant qu'il y a plus d'une décennie, les habitants d'Islay Arequipa-Pérou se sont prononcés contre le projet minier connu sous le nom de Tia Maria et La Tapada.

Combien d'autres gouvernements comme Vizcarra doivent-ils encore comprendre que Tia Maria et La Tapada ne seront pas ?

Le 1er juillet, le président de la Confédération Nationale des Institutions Privées d'Entreprises (CONFIEP) a présenté au gouvernement un document intitulé "Agenda Pays" qui contient 15 axes stratégiques qui, selon eux, vont réactiver l'économie nationale et produire une croissance économique durable.

En délivrant le document, ils ont demandé au président Vizcarra de donner deux signaux à l'association des entreprises, démontrant qu'ils ont les mêmes préoccupations pour l'économie, qui cette année aura une croissance inférieure à celle calculée.

D'une part, l'octroi du permis de construire pour le projet minier Tia Maria et, d'autre part, le maintien de l'exonération fiscale pour l'agriculture.

Pourquoi la Tía María et l'exonération fiscale pour l'agriculture ?


1) La lutte des paysans de la vallée d'El Tambo, contre le projet minier de Tía María du Sud, à Islay- Arequipa et le mouvement CONGA NO VA, à Cajamarca, sont les deux expressions les plus emblématiques de cette résistance pour défendre la Pachamama, l'eau, la vie.

2) Il y a 437 projets miniers estimés à 129 072 millions de dollars US pour la période 2018-2023, qui, selon la CONFIEP, relanceraient la croissance soutenue de l'économie aux niveaux antérieurs. La logique commerciale est que si la résistance au projet Tia Maria n'est pas vaincue aujourd'hui et la CONGA NO VA demain, l'application des projets programmés n'est pas garantie.

Dans le conflit d'Islay (il n'est pas exagéré de le dire), les possibilités de continuer à mettre fin au pillage des ressources minérales par les transnationales, comme l'exige la CONFIEP et comme l'applique Vizcarra, sont largement en jeu.

Il s'ensuit qu'il est urgent d'entourer de la plus grande solidarité possible la lutte développée aujourd'hui par les agriculteurs de Cocachacra-Islay-Arequipa.

Cela a été compris par la région Macro Sud du Pérou, Arequipa, Moquegua, Puno, Cusco, qui a appelé à une grève qui a eu pour résultat, outre la solidarité, de réactiver d'autres conflits socio-environnementaux latents dans d'autres régions du sud. De même, la grève indéfinie dans la région d'Arequipa, qui a commencé le 5 de ce mois, est une grève de conformité massive et une multitude de mobilisations.
Accédez à la publication complète du magazine en cliquant sur le lien suivant.

- Lutte indigène N° 156". (version PDF, espagnol, 16 pages)

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 9 août 2019

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article