Colombie - Grande Minga pour la défense de la vie, du territoire et pour l'unité

Publié le 13 Août 2019

Les autorités ancestrales, les gardes indigènes millénaires et les communautés sont le fruit d'un long processus de résistance des peuples indigènes, qui partent de notre dynamique ancestrale et organisationnelle, et qui constituent le grand patrimoine social érigé pour la conservation de nos territoires, notre culture et nos expressions de la vie.

En ce sens, les derniers événements violents démontrent une attaque directe non seulement contre les dirigeants, mais aussi contre les gardes indigènes et les communautés en général, ce qui représente un obstacle aux intérêts du trafic de drogue et aux pouvoirs traditionnels de l'oligarchie colombienne. Face à cela, nous sommes les mêmes communautés réunies en MINGA, appelant à défendre et à réaffirmer la mission de préserver l'intégrité et l'autonomie du territoire, de la famille et des êtres spirituels qui nous guident. 

Pour cette raison, les autorités autochtones ancestrales du Conseil Régional du Cauca, en état d'urgence et en assemblée permanente convoquons : 

  • Toutes les communautés indigènes, les autres secteurs populaires et les organisations sociales du pays, ainsi que la communauté internationale, à participer à cette grande minga de défense de la vie et du territoire, qui commencera par l'accompagnement à la plantation de nos compañeros Kiwe Thegnas, Kevin Mestizo Coicue et Eugenio Tenorio, nous allons nous réunir au siège du conseil du Resguardo de Sanfrancisco, municipalité de Toribio à 9 heures, le 13 août 2019.
  • Que nous soyons présents avec la force de la chonta, ainsi que les couleurs et les insignes distinctifs qui représentent l'esprit de notre processus, avec des affiches et des messages faisant allusion à la défense de la vie ; et contre les acteurs armés qui cherchent à intimider et à générer le désaccord avec leur voix de mort, mais qui n'ont pas réussi.
  • Dans le respect de la vie, défendre les droits des peuples, faire prévaloir le respect de nos propres autorités (politiques et culturelles), soutenir le progrès des communautés dans la construction de leurs projets de vie, et ne pas tomber dans le piège de la guerre ou du trafic de drogue.

Nous tenons le gouvernement national responsable et l'exhortons à respecter les multiples accords conclus dans la minga, chapitres 1, 4 et le chapitre ethnique des accords de paix, en précisant que nous subissons actuellement sur nos territoires les conséquences d'un modèle politique et économique d'exclusion, à la tête de ce gouvernement et du précédent. Visible dans le manque de terres productives pour nos communautés, les accords de libre-échange, le manque d'infrastructures et la complicité de la force publique avec les structures mafieuses du trafic de drogue, dans une stratégie sale contre les mouvements sociaux du pays.

Nous appelons les différentes organisations nationales et internationales, les collectifs qui garantissent les droits de l'homme et les médias à être attentifs aux actions de contrôle territorial que nous allons développer dans les prochains jours dans le cadre de l'action humanitaire, ainsi qu'au développement de cette minga pour qu'ils continuent à rendre visible, dénoncer et accompagner les processus territoriaux du peuple de Nasa du Norte du Cauca et nous tous en Colombie qui souffrons encore les violences.

La minga est l'unité pour la vie, la dignité et le territoire.

traduction carolita d'un communiqué paru sur le site du CRIC le 12 août 2019

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #Peuples originaires, #Minga, #Nasa paez

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article