Pérou - Le peuple Cashibo-Cacataibo

Publié le 28 Juin 2019

image

Peuple autochtone sylvicole, vivant en Amazonie péruvienne, établis le long des rives des rivières Aguaytia, San Alejandro, Shamboyacu, Sungaroyacu et les affluents de la Pachitea.

Autodésignation  : uni

Langue :  de la famille des langues pano

Population : 1661 personnes

Répartition géographique

Département de Huánuco, province de Puerto Inca, disctrict de Codo del Pozuzo

Département d'Ucayali, province de Coronel Portillo, districts de Ccampoverde

Département d'Ucayali, province de Padre Abad, districts d'Irazola et de Padre Abad.

Département d'Ucayali, province d'Ucayali, district de Padre Marquez.

Ils forment des groupes patrilinéaires à résidence patrilocale. L'idéal de mariage pour ce peuples est celui représenté par les cousins croisés, où l'on échange 2 soeurs, ce qui permet d'échanger des femmes. Le mari doit se mettre au service de son beau-père les deux premières années après son mariage, ensuite il peut s'installer avec son épouse et fonder son foyer.

Organisations indigènes

FENACOCA - Fédération des Communautés Indigènes de Cacataibo
FENACASAA - Fédération des Nationalités Cacataibo de San Alejandro

 

Selon Frank, les premières estimations de la population cashibo ont été faites par Von Hassel à la fin du siècle dernier, la considérant entre 3000 et 3500 individus, alors que Gray, au début du siècle, l'estimait à 5000 personnes. Pour sa part, Reifsneider, à la fin de la troisième décennie, considérait qu'il y avait encore environ 4000 individus (Frank 1994:151).

Selon le même auteur aux moments des premiers contacts pacifiques avec la société non autochtone, entre 1930 et 1940, ils ont été démographiquement détruits et la population a été réduite de moitié. Frank citant Ritter (1984) souligne qu'à l'heure actuelle, il doit y avoir environ 1300 cashibos avec une population croissante à un taux annuel de 4% (1994:152).

En 1993, 1661 personnes au total étaient enregistrées comme membres de ce groupe autochtone, soit 0,69 % de la population autochtone enregistrée. Les estimations de population antérieures à ce recensement situaient entre 1000 et 2250 les limites minimales et maximales de la population Cashibo-Cacataibo (Wise et Ribeiro, 1978). Les établissements de ce groupe ont une population moyenne de 277 personnes.

La population masculine est nettement prédominante, en particulier dans les groupes d'âge de plus de 20 ans, avec un indice de masculinité élevé (116,6) ; comme dans les autres groupes autochtones, la majorité de la population est jeune : 44,8% a moins de 15 ans et seulement 1,6% a plus de 64 ans. Le taux brut de mortalité est de 39,74.

Histoire


Selon Frank, les cashibos ou uni descendent des soi-disant "carapachos", contactés pour la première fois par des missionnaires franciscains entre 1727 et 1736 dans la Pampa del Sacramento, en raison d'un processus d'endogenèse très tardif, produit des relations de ces missionnaires avec les groupes Pano de la région.

Tout au long du XVIIIe siècle, face à l'offre d'outils métalliques des Franciscains, les groupes Shipibo, Conibo et Setebo se sont réunis en un seul groupe pour avoir accès à ces biens. De même, afin d'éviter leur dispersion et leur distribution à d'autres groupes Pano dans la région de Pampa del Sacramento, ils les qualifient de cannibales et leur font continuellement la guerre pour les tenir à distance. Le résultat est la définition des Cashibo comme un groupe Pano séparé des autres mentionnés et relégué dans les territoires les plus pauvres de la région.

La persécution des Cashibos par les autres groupes panaméricains s'est développée de la fin du XVIIIe siècle jusqu'à la deuxième décennie de ce siècle, les maintenant comme un groupe isolé. Le seul changement à cette situation est que pendant le boom du caoutchouc, les agresseurs n'étaient pas seulement indigènes aux groupes Shipibo et Conibo, mais aussi les esclavagistes blancs et métis, avides de main-d'œuvre bon marché.

Vers la fin de la période du caoutchouc, les Cashibos ont finalement été contactés par un garçon du groupe volé aux mains de sa famille et élevé par un propriétaire métis d'une hacienda dans la région, un indigène qui a assumé un fort leadership parmi la plupart du groupe.

C'est à peu près à la même époque qu'ils ont commencé à établir des relations pacifiques avec les patrons de la ville de Puerto Inca. En 1930, les Cashibos travaillaient pour un producteur d'or. En 1946, les premiers missionnaires du SIL arrivèrent dans la région, et entre la cinquième et la sixième décennie, ce groupe missionnaire ouvrit plusieurs écoles et forma des enseignants bilingues.

Entre la septième et la huitième décennie, les établissements cashibos étaient couverts par la Loi sur les communautés autochtones. Au cours des dernières décennies, la culture illégale de la coca et la présence active d'éléments subversifs ont représenté un risque très élevé pour la stabilité des communautés situées dans les bassins des rivières Aguaytía et San Alejandro.

Activités économiques

Tous les cashibos sont dédiés à l'horticulture sur brûlis, la chasse, la pêche et la cueillette. L'élevage de volailles, de petits animaux et de bovins a été introduit dans ce groupe depuis les années 1970. Ceux qui vivent sur les rives de l'Aguaytía vendent occasionnellement des bananes, de la viande salée et des poulets aux camionneurs.

Au cours des dernières décennies, ils ont été impliqués dans la production d'or dans les lavoirs, en utilisant la technologie artisanale, et dans la production de médicaments végétaux, tels que la sangre de grado (sand du dragon).


Education


Trente et un pour cent de la population âgée de cinq ans et plus est considérée comme instruite et 66 % de la population âgée de cinq ans et plus fréquente l'enseignement primaire. Vingt pour cent d'entre eux n'ont aucune éducation et seulement un pour cent ont réussi à poursuivre des études supérieures non universitaires, tandis que seulement neuf pour cent ont accès à l'enseignement secondaire.

La prédominance des enseignants métis est marquée, en particulier dans les écoles secondaires, où seul un enseignant sur six est autochtone. Dans les écoles primaires, la proportion d'enseignants autochtones et métis est de 50 %. Deux écoles secondaires ont été signalées pour les six communautés existantes.

Situation de vulnérabilité

Parce qu'ils sont situés dans une zone où convergent une diversité de pressions exogènes - trafic de stupéfiants, colonisation, violence politique et exploitation des hydrocarbures - ainsi qu'en raison du faible volume démographique de ce groupe, on peut affirmer qu'il se trouve dans une situation de grande vulnérabilité.

traduction carolita du site peruecologico.com

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Peuples originaires, #Cashibo Cacataibo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :