Hahdénigai-hunai, mythe de création des Navajos - Quatrième Monde

Publié le 30 Mars 2019

 

Mary Weelwright et  Hasteen Klah

Mary Wheelwright Cabot (1878-1958) appartenait à une famille aisée de Boston, sans formation anthropologique, qui s'intéressait particulièrement à la religion indigène. En 1926, elle rencontre Hasteen Klath (1867 - 1937), un chaman Navajo renommé. Elle a travaillé avec lui pendant plusieurs années, enregistrant des récits de cérémonies, des prières et des chants.

Ainsi, parmi d'autres réalisations, dont un musée à Santa Fe, au Nouveau-Mexique, l'œuvre Mythes de la création Navajo est née. L'histoire de l'apparition (Hahdénigai-hunai).

A partir de l'édition de 1942 (Santa Fe), nous traduisons et reproduisons les chapitres traitant du Premier au Quart Monde, à la Première Mort et aux Premiers Mouvements de la Création. Ainsi que le Glossaire du Mythe de la Création, auquel nous avons ajouté d'autres termes mythiques et cérémoniels auxquels il est fait référence sur ce site.

https://pueblosoriginarios.com/textos/navajo/mito.php

Hahjeénah


La sauterelle a traversé la croûte, la boue et l'eau. L'eau couvrait complètement le Quatrième Monde, sur lequel volait un grand oiseau blanc : Chees-téhi-lakái, portant des flèches, qui quand il l'aperçut, se précipita pour la tuer. Et pour lui montrer son pouvoir, il prit une de ses flèches, l'avala, puis la sortit à nouveau, lui demandant si elle pouvait faire quelque chose de tel, pour lui montrer qu'elle était assez grande et puissante pour vivre dans le Quatrième Monde. La sauterelle, flottant sur l'eau, les jambes croisées, répondit : "Oui, je peux le faire, regarde" et elle lui perça le cœur avec une flèche, et quand elle la ressortit de nouveau, elle dit : "Tu peux le faire ? Chees-téhi-lakái, effrayé, s'envola vers l'est et on ne le revit jamais.

Un grand oiseau bleu vint du sud, et pour tester la puissance de la sauterelle, il lui enfonça deux fois une flèche dans la gorge, elle répondit en croisant deux fois une flèche dans son cœur, l'oiseau vola de nouveau vers le sud.

Puis vint un oiseau jaune de l'ouest et un oiseau blanc du nord, qui lui ont percé la gorge trois et quatre fois respectivement, dans les deux cas la sauterelle les a vaincus, leur transperçant le cœur le même nombre de fois que les oiseaux défiants, qui sont revenus dans leur lieu d'origine. La sauterelle a gagné le concours du pouvoir avec les grands oiseaux de ce monde.

Pendant ce temps, les gens, toujours dans le gros bambou, étaient très nerveux, s'agitant dans les airs, et ne sachant pas ce qui arrivait à la sauterelle. Elle leur a dit qu'elle avait eu de la difficulté à s'éllever dans le monde supérieur, sur l'eau et l'épreuve de force qu'elle avait eu avec les grands oiseaux. Elle a appelé les habitants de Lukatsó ses petits-enfants.

Bégochiddy a demandé à tous les chefs et capitaines : "Qui montera dans le Quatrième Monde ? Personne ne voulait y aller, alors il a décidé d'y aller lui-même, il s'est élevé sur un tas de boue au milieu de l'eau.

À l'est, il vit un grand nuage blanc, puis il créa un rayon arc-en-ciel pour l'atteindre. Quand il arriva, il trouva Háshje-áltye, le grand dieu de Yeh-bechái, qui était heureux de le voir, et lui dit : "Comment va mon petit-fils ? J'ai ce monde et de grands pouvoirs. Les grands oiseaux ont essayé de réclamer ce monde, mais je les ai vaincus et maintenant ils sont mes serviteurs. Ils étaient très heureux ensemble, puis Bégochiddy retourna sur le tas de boue au centre du monde.

Vers le sud, il aperçut un nuage bleu porteur de pluie, il était là dans l'arc-en-ciel et trouva Begánaskiddy (Ganaskidi), le porteur de semences, qui l'accueillit, ils connurent un temps heureux ensemble, après quoi, il retourna dans son tas de boue.

Puis, à l'aide de l'arc-en-ciel, il atteignit le nuage jaune de l'ouest, où il rencontra Háshje-hogáhn, avec qui il eut des relations sexuelles - il les avait aussi eues avec les deux dieux précédents -, puis il retourna au centre de la terre en courant sur l'eau.

Au nord il y avait un nuage blanc transportant la pluie, Bégochiddy est arrivé là dans l'arc-en-ciel et a rencontré une autre Begánaskiddy, avec laquelle il a effectué la même routine.

Pendant ce temps, à Lukatsó (le grand bambou), les gens se balançaient encore avec une grande inquiétude.

Bégochiddy, debout sur le tas de boue au centre du monde, vit Háshje-áltye, les deux Begánaskiddy et Háshje-hogáhn, debout avec de l'eau jusqu'à la poitrine, à l'est, le sud, l'ouest et le nord du monde. Il les salua en agitant la main vers chaque dieu à tour de rôle, ils se levèrent pour l'accueillir à la surface de l'eau. Puis Háshje-áltye prit son bâton et poussa lentement l'eau vers l'est, Begánaskiddy la pressa vers le sud, Háshje-hogáhn poussa plus fort vers l'ouest, et vers le nord l'autre Begánaskiddy pressa fort. La terre tremblait, l'eau coulait dans toutes les directions formant des rivières. Il n'y avait rien à la surface que l'eau avait recouvert, seulement des bois pétrifiés et des quartiers, l'eau entourait maintenant la terre formant l'océan. Là où l'eau était née, il y avait des bêtes qui avaient vécu sous sa surface, quand Bégochiddy les a survolées, elles sont devenues des rochers.

En soufflant la boue pour former une croûte, Bégochiddy regarda vers l'est, et vit de loin quelques figures, s'approcha et rencontra les dieux : Yeh, au visage bleu, Háshje-baka, hommes et Háshje-ba-áhd, femmes ; six garçons et six filles. Dans le sud, l'ouest et le nord il y avait les mêmes dieux, tous étaient beaux.

Bégochiddy retourna au Lukatsó, les gens - très excités - étaient très heureux, maintenant ils s'appelaient Sechai (grand-parent). Il leur a dit qu'il y avait beaucoup de gens en haut et que le monde était bon. Il a envoyé le Balaireau voir le monde, quand il est arrivé au trou, il n'a pas essayé de sauter l'écorce, il l'a traversée, c'est pourquoi ses jambes sont noires.

Bégochiddy demanda comment sécher la terre humide, et il envoya dans le Quatrième Monde  Iknee-lakái (Tonnerre Blanc), de la Montagne Blanche, ainsi que Niholtso-lakái (Cyclone Blanc) et N'dlohe-lakai (Grêle Blanche), et des cyclones noir, bleu et jaune.

Quand la grêle, le tonnerre et les cyclones ont frappé le bois pétrifié et les colonnes dépassant de la boue, tout s'est brisé en morceaux. Puis les cyclones ont asséché la boue. Il envoya également Nastol-dísse (tourbillons de vent) pour couper les roches et y faire des trous, et cinq petits tourbillons pour ramollir les petites pierres.

Après les tempêtes, tout est parti dans le Troisième-Monde d'où ils venaient, le Lukatsó a repris sa croissance. Les gens ont approché le nouveau monde dirigé par des fourmis, le peuple des Dindes ont été les derniers à en sortir.

Bégochiddy a sorti le Lukatsó par l'épi au sommet, le jetant par le trou, c'est pourquoi le bambou n'a plus d'épi. Le quatrième monde s'appelle Hahjeénah.

L'eau du Troisième-Monde a commencé à monter par le trou, après les gens. Bégochiddy l'a vu et a demandé : "Pourquoi l'eau monte-t-elle sans cesse ?", il a soufflé et soufflé dans le trou, mais n'a pas pu l'arrêter, craignant qu'il inonde le nouveau monde.

Au Conseil des Chefs, tout le monde était inquiet et effrayé et chacun demandait à l'autre : "Qui a fait le mal et causé tous ces ennuis ? Bégochiddy a dit : "Si aucun d'entre vous ne sait qu'il a mal agi, je crois que Etsáy-hashkéh (l'Homme Coyote) en est peut-être la cause". Il s'approcha de l'homme Coyote , ouvrit sa robe blanche et montra le bébé qu'il avait volé. Il avait l'air bizarre, ses mains étaient jaunes. Bégochiddy s'est emparé du bébé, Etsáy-hashkéh ne voulait pas le laisser partir, alors quand il l'a laissé tomber, il l'a jeté dans le monde inférieur en disant : "C'est ce qui a été la cause du problème". Le bébé est tombé sur le front d'un monstre d'eau qui était au fond du trou, il l'a pris et submergé avec lui ; l'eau a cessé de monter vers le Quatrième Monde, et est toujours restée à ce niveau.

Il n'y avait pas de feu dans ce nouveau monde, les gens en avaient besoin, mais ils ne savaient pas comment l'éteindre. La seule personne qui l'avait était Háshjéshjin, mais il est resté loin du reste de la population. De la fumée était vue dans l'horizon lointain, Etsáy-hashkéh (l'homme coyote) s'approcha pour voir ce qu'il produisait, trouva Háshjéshjin et Dóntso ("mouche à tête blanche") endormis, autour d'eux dans les quatre directions il y avait des roches de la rivière  brûlant comme du bois,  il en a pris et s'est précipité vers les gens pour les distribuer.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article