Culture Rapanui - Ahu Vinapú

Publié le 16 Mars 2019

Culture Rapanui - Ahu Vinapú
Par Jorge Morales Piderit — Travail personnel, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17547414

Par Jorge Morales Piderit — Travail personnel, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17547414

La zone du Vinapú est une zone de cérémonie où se trouvent les restes de 3 plates-formes, Ahu Tahira à gauche, Ahu Tahira à droite, Ahu Vinapu à droite et un tiers d'entre eux, dont il n'y a presque pas de restes et qui est resté dans la zone où ont été installés les réservoirs de carburant de l'île.


Signalisation du site :

Complexe archéologique qui comprend deux grands ahu d'une grande monumentalité. Comme d'autres centres cérémoniels, tous les moai ont été démolis aux 18e et 19e siècles.

Dans l'ahu principal, aussi appelé Vinapú I ou Tahira, on peut admirer l'une des plus belles œuvres d'architecture insulaire, avec des blocs de pierre qui pèsent plusieurs tonnes et sont ajustés non seulement avec une grande précision mais aussi avec art. De plus, le mur est orienté astronomiquement.

Devant l'autre ahu, Vinapú II, il y a une statue féminine sculptée dans des scories rouges, qui à l'origine avait deux têtes, elle servait de pilier funéraire sur lequel était installé un cadre pour sécher les corps.

 

Les blocs de basalte polis sur son mur du fond s'emboîtent parfaitement les uns dans les autres, certains les comparent donc à ceux de Cuzco. En réalité, ils sont plus anciens dans le temps et leur structure n'est pas constituée de blocs solides, mais de grandes dalles, qui contiennent un remplissage de pierres.

Colonne monolithique rouge à deux têtes, c'est un moai féminin avec des bras, des mains minces, de petits seins et un nombril prononcé. Elle avait autrefois deux têtes en forme de Y, sur lesquelles reposait une plaque de bois où les corps des morts étaient séchés avant d'être enterrés. Sur la photo, l'archéologue William Mulloy.

traduction carolita du site Peublos originarios.com

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article