Cosmovision Chibcha -Nemqueteba, héros civilisateur

Publié le 12 Mars 2019

Le mythe suivant sur Nemqueteba est tiré du livre Colombia : Mitos y Leyendas de l'auteur Luis María Sánchez. L'histoire raconte ce qui suit :

Bien des années après que Bachué eut donné naissance à la race humaine, un vieil homme monté sur un animal inconnu apparut sur le plateau oriental où vivaient les Chibchas.
L'étrange personnage inculquait le respect et était vénérable par tous les moyens ; il avait des cheveux longs et abondants et sa barbe, extraordinairement blanche, arrivait souveraine et imposante jusqu'à la taille ; un manteau blanc, élégamment relevé par ses pointes à l'épaule gauche, lui servait de robe ; ses pieds étaient nus.
Le peuple Chibcha était ignorant jusqu'alors, et le vieil homme bienveillant est venu avec la mission de les instruire : il leur a appris à cultiver la terre, à tisser et à teindre des couvertures, à fabriquer de beaux objets en argile, y compris des pots et des cruches pour cuisiner, à travailler l'or et à faire de précieuses œuvres qui serviraient de décoration, et surtout, à vivre en harmonie et à distinguer le bon du mauvais. Les vertus se pratiquaient avec son exemple et la vie spirituelle germait avec ses enseignements.
Les chefs savaient comment gouverner et gérer les leurs et ceux-là, comment adorer le dieu soleil, en un mot, les chibchas ont appris du patriarche Nemqueteba toutes les lois : spirituelle, gouvernementale, harmonie et travail.
Toutes les régions ont été visitées par lui et toutes ont été suivies par une foule extatique apprenant ses enseignements.
Un jour, le vieil homme vertueux disparut sans laisser la moindre trace : Nemqueteba savait qu'il devait aller dans d'autres endroits lointains pour continuer ses discussions et sa prédication.
Une profonde tristesse s'empara des Chibchas quand ils ne virent plus le protecteur et le vénéré maître, et quand ils découvrirent, avec le temps, la trace d'un de ses pieds gravée sur un rocher, ils se rendirent sur la route par laquelle qu'ils nommèrent du nom de Sugamuxi  - le disparu.
Les Chibchas pleurèrent son absence définitive, lui rendirent hommage et lui offrirent des sacrifices et, à côté de Bachué et Bochica, l'intronisèrent comme un dieu. Pour une raison ou une autre, ils s'étaient souvenus que dans l'une de ses discussions, il avait annoncé son départ, ainsi que son retour pour les consoler et leur apprendre quelque chose de nouveau.

traduction carolita du site mitos latinoamerica

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article