Ayotzinapa : De nouvelles informations confirment la nécessité d'enquêter sur le rôle de l'armée dans l'affaire

Publié le 20 Mars 2019

Mexico, 13 mars 2019. Les vidéos diffusées aujourd'hui dans le cadre de l'émission radiophonique "Ciro Gómez Leyva por la Mañana", qui montrent des images de la relation présumée entre l'un des 43 étudiants de l'école normale disparus à Iguala et l'armée, confirment que la SEDENA n'a pas fourni et n'a pas remis toutes les informations dont elle dispose sur le cas Iguala et son contexte. Les vidéos et les informations qu'elles contenaient étaient jusqu'à présent inconnues des organisations représentant les familles et ont été diffusées à l'insu et sans le consentement de la mère de la famille filmée, deux jours seulement après l'annonce du nouveau mécanisme de suivi de la Commission internationale.

Les vidéos parues aujourd'hui :

 

1. Elles confirment que l'armée dispose d'informations supplémentaires sur le fait que plus de quatre ans et demi après les événements n'a pas été communiqué au bureau du procureur général de la République (PGR), et encore moins aux familles et à leurs représentants légaux, le matériel révélé aujourd'hui ayant été enregistré dans les installations militaires et provenant d'un enregistrement du personnel militaire. En ce sens, nous soulignons que le colonel qui apparaît dans le matériel n'a fait aucune déclaration dans l'affaire et l'échantillon de sang prélevé par le personnel militaire sur la mère de l'étudiant Julio César López Patolzin, n'est pas dans les dossiers du PGR, ce qui suggère l'existence possible d'une enquête parallèle dans le domaine militaire.

2. Elles confirment que le Secrétariat de la Défense Nationale (SEDENA) pratique l'infiltration dans l'Ecole Normale Rurale d'Ayotzinapa "Raúl Isidro Burgos", parce que dans la vidéo on  reconnaît apparemment une relation entre l'étudiant Julio César López Patolzin et l'armée pour le travail de renseignement. En reconnaissance de ce lien, la SEDENA aurait fourni une aide quelconque à la famille de l'étudiant à l'insu des autorités civiles ou des représentants des familles. Pour les organisations, il est fondamental de souligner que la confirmation éventuelle de ce lien ne délègitime en rien la demande des proches de Julio César de savoir où se trouve leur fils.
 
3. Elles confirment que les forces armées ont dissimulé des informations pertinentes au Groupe Interdisciplinaire d'Experts Indépendants (GIEI), à la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) et même à la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH), ces vidéos n'ayant jamais été fournies à ces organismes. Il faut se rappeler le refus, au cours des six dernières années, d'autoriser les experts à mener des entretiens directs avec des éléments militaires et la résistance militaire à remettre des documents de renseignement complets. A cet égard, la SEDENA a même fourni des informations déformées à la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH), indiquant que Julio César López Patolzin "avait l'autorisation d'étudier dans des institutions éducatives civiles", ce qui ne se reflète pas dans la vidéo car elle signale une relation de travail active à des fins de renseignement. Dans ce contexte, les documents d'aujourd'hui confirment la nécessité urgente d'une enquête approfondie sur le rôle des forces armées dans les événements de cette nouvelle étape.
 
Pour les familles et leurs représentants, il est indéniable que toutes les pièces doivent déjà fournir, sans prétexte ni retard, toutes les informations en leur pouvoir qui sont pertinentes pour la clarification complète de la localisation des 43 étudiants, conformément au décret présidentiel ordonnant l'établissement des conditions matérielles, Elle est signée, entre autres, par le Président de la République, le Secrétaire à l'Intérieur, le Secrétaire à la Défense Nationale et le Secrétaire à la Marine.

*Oficio de la Sedena entregado a la CNDH: https://bit.ly/2EXI4AM

traduction carolita d'un article paru le 13 mars 2019 sur le site Tlachinollan.org

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Los desaparecidos, #Ayotzinapa, #Mexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article