Poésie amérindienne : Margarita León

Publié le 8 Février 2019

Nous poursuivons avec la série Xochitlájtoli, une exposition de poésie en langues indigènes, coordonnée par Martín Tonalmeyotl. A cette occasion, c'est au tour de la poétesse Margarita León. Elle appartient à la culture Otomí d'Hidalgo, sa langue maternelle est le hñähñu de la vallée du Mezquital. Psychologue pédagogique, Master en psychologie cognitive et apprentissage de l'Université Autonome de Madrid et FLACSO Argentine. Elle est spécialisée en lecture et écriture de l'Université de Buenos Aires. Elle a participé à différents récitals au Mexique et à l'étranger. Elle a publié des récits et des articles sur la poésie originaire. Elle a conçu et enseigne l'atelier original de création poétique dans les langues Hñähñu, Tepehua et Nahuatl dans les communautés de son état. Elle a présenté à la Foire Internationale du Livre du Palacio de Minería 2015, le livre : Palabra que Ilumina. Elle a reçu une bourse du Fonds national pour la culture et les arts 2014-2015.

traduction carolita

https://circulodepoesia.com/2017/06/xochitlajtoli-margarita-leon/

SEI

Regards prometteurs
parmi les vergers de maguey
les épines de mesquite
qui sillonnent les pleurs.

Parole de biznaga
dignité de fer
pensée de miroir,
qui perfore mon sourire
point de croix qui brode les paroles.

Doigts de maïs
qui reprisent mes jours
suffocants de maguey fermenté.

Notre espoir d'hier,
rêve flétri
d'années sans existence,
essence qui meurt et renaît
tous les matins
une mort lente et hésitante,
dépouillée du passé
fils d'épis de maïs qui lient
nos mains

oubliant le futur.

SEI



Ya handa ko ya noya raki re paha
mbo ya hai ska pot´ i ya u´ada
b´ini ge na ra t´ähi da otsi ma dumui.

Noya gu ya pe
Ga nguent´i
ri nzaki gu ra boja
gi heki ma nthede
kora pont´ i gi jat´ i ya noya.

Ya saha gu ra detha
ya t´afi da boni na
ya u´ada pa da poni ra sei.

Gi punt´ i ya pa bi thogi da
u´ i ge da ma ko ya jeya
gi du ha ya hotho xui,
gi bui manak´ i ge gi nangi.

Di ne gi ma ha ra hai
habu ha ya xingri
ri bui in majuani
ma y´ehu

pumfri njo’o ya xudi.

Margarita León traduction de l'espagnol carolita

TSIBI

Ya despi habu b’edi ya da
xa huet’i nzo mui,
ya saha ge ri foke ya tagi y’e
ri pengi punts’i nu’a hinda t’ot’e
nkuka ya t’enipa dige’a ra pigi tagi
ya xui sehe ko ra fuoti.

Tsoge ri despi
Ha made nunadäy’e

FUEGO

Brasas en lugar de ojos
extinguidas, estómago ardiente,
dedos que revientan gotas de lluvia,
se vuelven quimeras,
saborea las horas del gotero
noches con principio.

Ceguera progresiva del recuerdo
enciende tus brasas,
en medio de este aguacero.


FEU

Des braises au lieu d'yeux
éteintes, estomac ardent,
des doigts qui font éclater les gouttes de pluie,
deviennent des chimères,
savourent les heures du compte-gouttes
des nuits qui commencent.

Cécité progressive de la mémoire
allumez vos braises,
au milieu de cette pluie diluvienne.

Margarita León traduction de l'espagnol carolita

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article