Cosmovision Barí - La création du monde

Publié le 21 Février 2019

Les Barí vivent à la frontière avec le Venezuela, dans la chaîne des Motilones, département du Norte de Santander, Colombie. Ils habitent une région de forêt tropicale humide dans le bassin de la rivière Catatumbo. Leur population est estimée à 3 617 personnes. Leur langue appartient à la famille linguistique Chibcha. Le mythe décrit ci-dessous est tiré de l'ouvrage El sol babea jugo de piña dans lequel l'auteur Miguel Rocha Vivas compile des mythes des départements de l'Atlantique, du Magdalena et de la Serranía del Perijá. L'ouvrage fait partie de la bibliothèque de base des peuples autochtones de Colombie, du ministère de la Culture. C'est Triana et Mendoza qui ont recueilli cette narration. L'histoire raconte ce qui suit :

On dit qu'avant que la terre était sombre, sans ordre. Tout était chaos et rien n'avait de forme précise. Puis de la région où se trouve aujourd'hui caché le soleil est venu Sabaseba avec sa famille. Ils y vivaient.
Sabaseba, avec beaucoup de curiosité et de patience, a travaillé à la modélisation de la terre.
jusqu'à ce qu'on lui donne un ordre. C'est ainsi que la terre a obtenu sa forme actuelle : plate et avec un sens pour que courent les eaux et que puissent l'habiter et la partager les animaux, les gens et les forêts.

Quand Sabaseba a ordonné la terre, la vie a commencé : la pluie est tombée et les nuages traversèrent les cieux, et le tonnerre retentit ; on voyait déjà l'arc-en-ciel remplissant l'air de couleur. Et il fit jour avec le soleil et avec la nuit vint la lune.
Ce dieu Sabaseba travaillait beaucoup, tout comme un barí, et quand il avait faim, il coupait des ananas. Du premier ananas qui a coupé est un sorti un homme barí , du deuxième une femme : Barira et du un enfant : Basurita.
Tous étaient heureux. Ces premières personnes ont aidé Sabaseba à son travail de réparer et de ranger le monde.
Ils ont également enseigné aux barí l'art et l'artisanat : la pêche, à chasser, à construire une hutte,à tisser les paniers, à fabriquer les hamacs et les vêtements.
Les animaux, les autres personnes qui ne sont pas barí et beaucoup d'autres êtres qui
ce ne sont ni des hommes ni des animaux, ce sont des dieux et des esprits bons et mauvais, ils sont issus des cendres d'une vieille femme qui a tué son petit-fils, l'a rôti et l'a mangé.
Puis les parents du garçon l'ont tuée et brûlée ont dispersé ces cendres. D'eux sont nés les blancs, les noirs, les yuko-yukpa, les guajiros et de nombreux esprits.
Enfin, Sabaseba a donné aux barí des règles de respect entre eux et les règles de conduite.

traduction carolita du site mitos latinoamerica

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article