Maritza Quiroz : Première dirigeante sociale assassinée en 2019 en Colombie

Publié le 9 Janvier 2019

L'histoire se répète : au petit matin du 6 janvier, des inconnus et des hommes armés ont fait irruption dans une ferme du village de San Isidro, une zone rurale de Bonda dans la ville de Santa Marta, où se trouvait la leader sociale Maritza Quiroz Leiva, et l'ont assassinée froidement, bien que la Cour constitutionnelle ait demandé une protection pour sa vie.

Maritza Isabel Quiroz Leiva, leader paysanne, faisait partie de la Table ronde sur la participation des victimes dans le district de la capitale de Magdalena, où elle a revendiqué des terres et a été victime à plusieurs reprises du conflit armé, ce qui l'a forcée à subir le déplacement forcé et le drame du meurtre de son mari à Palmor, Magdalena.

Les armes ont éteint la lumière de la première dirigeante sociale assassinée dans les premiers jours de 2019. Quiroz est une femme dont on se souviendra pour son activisme social au nom de la paysannerie rurale dans le département de Magdalena. Elle était mère de quatre enfants et est la sixième victime des statistiques sur les meurtres de dirigeants sociaux cette année.

Maritza Quiroz Leyva a participé activement à la signature du pacte municipal à Santa Marta et il y a quelques jours à la Régionale qui a eu lieu à Valledupar les 19 et 20 décembre et implique la zone de la Serranía del Perijá et la Sierra Nevada. Tout cela est lié aux programmes de développement à approche territoriale -PDET- qui figurent dans les Accords de paix.

Les Caraïbes colombiennes ont été le théâtre d'agressions violentes contre cette population qui mène divers processus sociaux pour la défense des droits humains et du territoire. Depuis le 24 novembre 2016, date de signature de l'accord de paix, et juillet 2018, selon Federico Giraldo, chercheur au Cinep, le Centre de Recherche et d'Education, 31 dirigeants ont été assassinés dans la région des Caraïbes.

Face à ce scénario d'assassinat de dirigeants sociaux, plusieurs voix questionnent le gouvernement de Duque et s'accordent à dire qu'il a agi avec une indifférence délibérée, sans aborder structurellement cette situation qui s'est aggravée depuis la signature des accords de paix.

traduction carolita d'un article paru sur le site Desinformémonos le 8 janvier 2018

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #Féminicides, #Afrodescendants

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article