Cosmovision Aymara - Pachamama , déesse protectrice

Publié le 31 Janvier 2019

Aimara est le nom donné à un peuple amérindien qui habitait ancestralement le plateau andin du lac Titicaca depuis l'époque précolombienne, divisant sa population entre la Bolivie occidentale, le sud du Pérou et le nord du Chili. Ils faisaient partie de l'Empire Inca. Le mythe de la Pachamama a été recueilli et adapté à partir du site Wikipédia, basé sur de multiples sources. 

La Pachamama est la Terre dans un sens profond et métaphysique ; c'est le fond, mais pas la terre ou la terre géologique, tout comme le ciel chrétien n'est pas le ciel cosmographique. La Pachamama est tout, elle explique tout et bien qu'elle ne soit pas localisée, elle est particulièrement localisée dans certains lieux naturels (yeux d'eau - sources, pentes, collines) ou construits (trous, apachetas - espèces de bornes, constituées généralement de petits monticules de pierres-). Cependant, c'est une divinité, immédiate et quotidienne, qui agit directement et par la présence et avec qui il y a un dialogue permanent, soit en demandant quelque chose, soit en s'excusant pour une faute commise.

La Pachamama n'est pas une divinité proprement créatrice, mais elle est protectrice ; elle abrite les hommes, rend la vie possible et favorise la fécondité et la fertilité. En échange de cette aide et de cette protection, certains bergers sont obligés d'offrir à la Pachamama une partie de ce qu'ils reçoivent, non seulement à des heures et des lieux prédéterminés pour le rituel mais, surtout, dans tous les événements culturellement significatifs, ce qui configure une sorte de réciprocité. Mais elle est aussi considérée avec un visage négatif : la Pachamama a souvent faim et si elle n'est pas nourrie avec les offrandes ou si elle est incidemment offensée, elle provoque des maladies.
Certains villages faisaient des offrandes en son honneur, sacrifiant des auquenidos (sortes de lamas) pour verser leur sang. Entre autres objets, ils offraient des feuilles de coca, des coquillages de mullu et surtout le foetus de lama, selon une croyance pour fertiliser la terre sans jamais manquer la récolte.
Avec l'arrivée des Espagnols et la persécution des religions indigènes, la Pachamama commença à être invoquée plusieurs fois comme la Vierge Marie.
La Pachamama, ainsi que les divinités Mallku et Amaru, forment la trilogie de la perception aymara de la société - la nature ; et leurs cultes sont les plus anciennes formes de célébration que les Aymaras font encore de nos jours.

Rédigé par caroleone

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article