Ome Lexu (Homme Lapin), super-héros qui encourage les langues indigènes

Publié le 30 Novembre 2018

Universidad Autónoma De Querétaro

Dans le but de faire connaître et de rendre plus visibles les diverses langues indigènes du Mexique, des étudiants du Laboratoire d'Education Interculturelle et de Médiation (LEMI) de la Faculté de Philosophie (FFi) de l'Université Autonome de Querétaro (UAQ) ont développé une bande dessinée de personnages dont les histoires et aventures sont écrites en zapotèque.

David Eduardo Vicente Jiménez, originaire de San Blas Atempa, de l'Isthme de Tehuantepec à Oaxaca et membre de l'équipe LEMI, il a indiqué que tout est né de la traduction de bandes dessinées de super héros célèbres -comme Spider-Man-, ainsi que de la campagne "Dilo en tu lengua /Dis-le dans ta langue", qui a invité les gens à interpréter les noms des personnages en Otomí, Purepecha, Tepehuano, Zapotec et Triqui, promu également par des étudiants de l'UAQ.

"Cette nouvelle proposition consiste à créer des personnages originaux et à ne plus se baser sur ceux qui existent, c'est la proposition de l'Ome Lexu (Homme Lapin) qui est une bande dessinée récente et l'idée est de s'étendre à plus de langues et pas seulement au zapotèque", a ajouté Vicente Jiménez.

L'histoire de l'Ome Lexu (l'homme lapin) - dont les pouvoirs sont la vitesse et la force - se déroule dans l'isthme de Tehuantepec et raconte la lutte de l'isthme de Tehuantepec contre les lézards géants qui sortent de terre et détruisent tout sur leur passage, il reçoit donc l'aide des Ome Be'dxe (Homme Jaguar ) et Ome Gueu' (Homme Coyote ), autres héros qui participent à cette série et il a pour but de continuer avec ce projet en développant l'histoire des ces personnages.

Les illustrations de ce projet ont été réalisées par Alfonso Islas Suárez et Alonso Hernández Gallegos, étudiants en arts visuels de la Faculté des beaux-arts de l'UAQ.

"Nous voulons que les enfants qui parlent ces langues retrouvent leur culture, mais en utilisant des éléments représentatifs qu'ils voient tous les jours, c'est pourquoi nous avons cherché comment cela pourrait être, et il nous est venu à l'esprit d'utiliser des super-héros ", explique Vicente Jiménez, qui étudie actuellement une maîtrise en études amérindiennes et en éducation bilingue à FFi.

traduction carolita d'un article paru sur Desinformémonos le 28 novembres 2018

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article