Les Sentinelles (peuple isolé Andamanais)

Publié le 24 Novembre 2018

Les sentinelles sont la tribu la plus isolée du monde et ont attiré l'attention de millions de personnes. Ils vivent sur leur propre petite île boisée appelée North Sentinel, de la taille de Manhattan. Ils continuent de résister à tout contact avec des étrangers, attaquant quiconque s'approche.

Au lendemain du tsunami de 2004, ce Sentinelle a été photographié en train de tirer des flèches sur l'hélicoptère survolant l'île habitée par sa tribu© Indian Coastguard/Survival



En novembre 2018, John Allen Chau, un homme américain, a été assassiné par des membres de la tribu sentinelle.

En 2006, deux pêcheurs indiens, qui avaient amarré leur bateau près de  North Sentinel  pour dormir après s'être faufilés dans les eaux autour de l'île, ont été tués lorsque leur bateau s'est détaché et s'est échoué. Les braconniers sont connus pour pêcher illégalement dans les eaux entourant l'île, attraper des tortues et plonger pour les homards et les concombres de mer.

Ce peuple indigène a clairement fait savoir qu'il ne voulait pas de contact. C'est une sage décision. Les tribus voisines ont été anéanties après la colonisation britannique de leurs îles, et il ne sont pas immunisés contre les maladies courantes telles que la grippe et la rougeole, qui décimeraient leur population.

 

 

L'île de North Sentinel, foyer des sentinelles, vue d'en haut.

© Survival

Presque tout ce que nous savons sur les Sentinelles provient d'observations faites à partir de bateaux amarrés au-delà de ce que les flèches atteignent depuis le rivage et pendant de brèves périodes où les Sentinelles ont permis aux autorités de s'approcher suffisamment pour leur donner des noix de coco. Ils ne savent même pas comment ils s'appellent.

Les Sentinelles chassent et se rassemblent dans la jungle et pêchent dans les eaux côtières. Contrairement à la tribu Jarawa voisine, ils construisent des bateaux (canoës très étroits, décrits comme "trop étroits pour y mettre deux pieds"). Ils ne peuvent être utilisés que dans les eaux peu profondes car ils sont dirigés et propulsés par une espèce de perche.

On croit que les Sentinelles vivent dans trois petites collectivités. Ils ont deux types de maisons différents : de longues cabanes communes avec plusieurs foyers pour différentes familles, et des abris plus temporaires, sans murs latéraux, qui peuvent parfois être vus sur la plage, avec un espace pour une famille nucléaire.

Les femmes portent des ficelles attachées autour de la taille, du cou et de la tête. Les hommes portent également des colliers et des serre-têtes, mais avec des ceintures plus larges. Les hommes portent des lances, des arcs et des flèches.

Les Sentinelles sont en excellente santé, contrairement à leurs tribus voisines des Andaman dont les terres ont été détruites.


Les sentinelles sont en excellente santé, contrairement à leurs tribus voisines des Andaman dont les terres ont été détruites.
Survival International

Bien qu'ils soient souvent décrits dans les médias comme étant à "l'âge de pierre", il est clair que ce n'est pas vrai. Il n'y a aucune raison de croire que les sentinelles ont vécu de la même façon pendant les milliers d'années qu'ils ont probablement vécu sur les îles Andaman. Leur mode de vie aura changé et ils se seront adaptés de nombreuses fois, comme toutes les sociétés. Par exemple, ils utilisent maintenant du métal qui a été emporté par les eaux ou récupéré sur des navires coulés sur les récifs de l'île. Ils aiguisent le fer et l'utilisent pour les pointes de flèches.

De loin, il est évident que les insulaires Sentinelles sont en très bonne santé et prospères, ce qui contraste fortement avec les tribus Andamanaises auxquelles les Britanniques ont tenté d'apporter "la civilisation". Les gens que vous voyez sur les rives de North Sentinel ont l'air fiers, forts et en santé, et les observateurs ont toujours vu de nombreux enfants et des femmes enceintes.

Les Sentinelles ont attiré l'attention de la communauté internationale à la suite du tsunami asiatique de 2004, lorsqu'un des membres de la tribu a été photographié sur une plage, tirant des flèches sur un hélicoptère qui vérifiait s'ils étaient en sécurité.

Les Sentinelles (peuple isolé Andamanais)

Des sentinelles montent la garde sur une plage de l'île.
Christian Caron - Creative Commons A-NC-SA

À la fin du XIXe siècle, M.V. Portman, l'officier britannique responsable des Andamanais, débarque, accompagné d'une grande équipe, sur l'île de Sentinel del Norte dans l'espoir de contacter les Sentinelles. L'équipe comprenait des pisteurs de tribus Andamanaises qui avaient déjà eu des contacts avec les Britanniques, des officiers et des condamnés.

Ils ont trouvé des communautés et des routes récemment abandonnées, mais les Sentinelles n'étaient pas visibles. Quelques jours plus tard, ils ont rencontré un couple de personnes âgées et des enfants qui ont été emmenés "pour la science" à Port Blair, la capitale de l'île. Comme prévu, ils sont tombés malades et les adultes sont morts. Les enfants ont été ramenés sur l'île avec une série de cadeaux.

On ne sait pas combien de Sentinelles sont tombées malades à la suite de cette "science", mais il est probable que les enfants ont transmis les maladies et que cela aurait des conséquences dévastatrices. C'est une pure conjecture, mais cette expérience pourrait-elle être la cause de l'hostilité continue des Sentinelles et de leur rejet des étrangers ?

Dans les années 1970, les autorités indiennes se rendirent occasionnellement à Sentinel du nord pour tenter de gagner l'amitié de la tribu. Ils étaient généralement organisés à la demande de dirigeants en quête d'aventure. Dans l'une de ces expéditions, ils ont laissé deux cochons et une poupée sur le rivage. Les Sentinelles ont chassé les cochons avec leurs lances et les ont enterrés avec la poupée. Ces visites sont devenues plus régulières dans les années 1980 ; les équipes ont tenté de débarquer à des endroits hors de portée des flèches et ont laissé des cadeaux comme des noix de coco, des bananes et des morceaux de fer. Parfois, les sSentinelles semblaient faire des gestes amicaux ; d'autres fois, ils  emportaient les cadeaux dans la jungle et lançaient des flèches sur le groupe pour tenter d'établir le contact.

Les sentinelles recueillent des noix de coco pendant une courte période de temps au cours de laquelle ils acceptent des cadeaux.
Survival International

Apparemment, il semble y avoir eu une percée en 1991. Lorsque les officiels arrivèrent à Sentinel du nord, la tribu leur fit signe d'apporter les cadeaux, puis, pour la première fois, ils s'approchèrent sans leurs armes. Ils sont même allés dans l'eau et se sont rendus sur les bateaux pour ramasser d'autres noix de coco. Cependant, ce contact amical n'a pas duré longtemps ; bien que les voyages pour transporter des cadeaux se soient poursuivis pendant quelques années, les rencontres n'ont pas toujours été amicales. Parfois les Sentinelles pointaient leurs flèches vers le groupe en essayant d'entrer en contact, et une fois ils ont attaqué un bateau en bois avec leurs azuelas (haches de pierre pour couper du bois). Personne ne sait pourquoi les Sentinelles sont d'abord partis et ont ensuite retrouvé leur hostilité à l'égard des missions de contact, ni si ils sont morts de maladies contagieuses au cours de ces visites.

En 1996, les missions régulières de dons ont été interrompues. De nombreux fonctionnaires ont commencé à s'interroger sur la logique d'essayer de contacter un peuple en bonne santé et heureux, qui a vécu de façon prospère et indépendante pendant plus de 55.000 ans. Les contacts amicaux n'ont eu que des conséquences dévastatrices pour les Andamanais Un contact prolongé avec les Sentinelles aurait presque certainement eu des conséquences tragiques.

Dans les années qui ont suivi, seules des visites occasionnelles ont été effectuées, toujours avec des réponses différentes. Au lendemain du tsunami de 2004, les responsables ont effectué deux visites pour constater de loin que la tribu semblait en bonne santé et ne souffrait d'aucune façon. Puis ils ont déclaré qu'ils ne tenteraient pas de nouveaux contacts avec les sentinelles.

Leur isolement extrême les rend très vulnérables aux maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés, ce qui signifie que le contact aurait très probablement des conséquences désastreuses pour eux.

Après une campagne menée par Survival et des organisations locales, le gouvernement indien a abandonné son projet de contacter les Sentinelles et sa position actuelle est de ne plus tenter de contacter la tribu.

Des contrôles périodiques sont effectués, à partir de navires ancrés à une distance sûre de la côte, pour s'assurer que les Sentinelles vont bien et qu'ils n'ont pas décidé de chercher contact.

traduction carolita du site Survival en espagnol, et ci-dessous ce que l'on peut faire si l'on veut les aider sur le site de Survival en français

Agissez maintenant pour aider Les Sentinelles

Le travail de Survival pour les Sentinelles consiste à faire pression sur l’Inde pour mettre un terme au braconnage illégal dans leurs eaux et à veiller à ce que les autorités appliquent leur politique de cessation de tout contact avec eux. Votre soutien est vital pour la survie de ce peuple non contacté. Vous pouvez nous aider de différentes manières.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article