Bolivie : Les Indiens exigent une loi pour défendre les peuples indigènes isolés de l'Amazonie

Publié le 7 Octobre 2018

traduction d'un article de décembre 2011

Indiens Toromona de Bolivie

Erbol, le 11 décembre 2011 - Les indigènes de l'Amazonie bolivienne ont demandé à l'Assemblée législative d'approuver une loi qui défend les droits des peuples isolés qui sont en voie d'extinction.

Telle est la principale conclusion de la "Première Rencontre pour la défense des peuples indigènes isolés, en premier contact et très vulnérables en Amazonie et dans le grand Chaco", un événement qui a eu lieu cette semaine dans la ville de Cobija.

L'approche vise des processus de contrôle, de démarcation et de protection territoriale.

Des représentants du Vice-Ministère de la justice indigène et paysanne, de la Confédération des Peuples Indigènes de l'Orient Bolivien (CIDOB), du Centre Indigène de la Région Amazonienne de Bolivie, du Centre des Peuples Indigènes du Pando, de l'INRA, des Nations Unies, du Bureau Régional de Riberalta, entre autres organisations, ont participé à la réunion tenue dans le nord du pays.

Les stagiaires ont analysé la situation actuelle des peuples indigèness qui vivent dans un état de vulnérabilité et leur relation avec les dispositions juridiques établies dans la Constitution politique de l'État.

Il a été mentionné que les nations indigènes et les peuples menacés d'extinction, volontairement isolés et sans contact, seront protégés et respectés dans leur mode de vie individuel et collectif, et qu'ils ont le droit de rester dans cet état, à la délimitation et à la consolidation légales du territoire qu'ils occupent et habitent.

Les organisations ont mis l'accent sur le projet de loi promu par le Vice-Ministère de la justice indigène et des paysans indigènes sur cette question.

Ce qui est recherché en tout état de cause, c'est la défense de leurs droits, violés en même temps par les bûcherons, les colons, les trafiquants de drogue, les marchands, les mineurs, les pétroliers et autres et la paralysie des grands travaux d'infrastructure au profit des projets d'extraction.

Le peuple Toromona 


Enfin, ils ont exhorté les forces armées, le Service national des aires protégées, à protéger les frontières et les zones où vivent les peuples indigènes.

Dans le cas du peuple indigène toromona actuellement menacés par le trafic international de drogues, une commission dirigée par le Ministère de la justice a été créée pour systématiser l'information, réaliser des études et déposer des plaintes concernant la situation des peuples indigènes et la protection de leurs territoires.

Isabel Ortega Ventura, Vice-Ministre de la justice pour les agriculteurs indigènes, a déclaré que le projet de loi sur la protection des nations indigènes et des peuples indigènes menacés d'extinction, volontairement isolés et sans contact, vise à établir des mécanismes de prévention et de protection des nations indigènes et des peuples indigènes, qui sont en danger d'extinction, volontairement isolés et sans contact.

Le droit à la vie, à la santé et au territoire est également garanti par la tenue d'ateliers de consultation et de socialisation dans tout le pays.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 11 décembre 2011

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Bolivie, #Peuples originaires, #Toromona, #Peuples isolés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article