Pérou/Colombie : Le peuple Kukama ou Cocama

Publié le 25 Juillet 2018

 

image

Peuple autochtone de l’amazonie péruvienne et une petite partie de l’amazonie colombienne, de famille linguistique tupi guaraní. Les Kukama vivent sur les rives des rivières Ucayali et Huallaga , ainsi que sur l’île de Ronda, sur le fleuve Amazone en Colombie. Ils sont étroitement liés aux Cocamillas dont ils représentaient 2 groupes qui se sont distingués vers 1619 suite à la séparation d’avec le peuple Omagua. Il y avait les Cocamas et les Cocamillas.

Population : 10.705 personnes

Autodésignation : inikana "nous mêmes"

Pérou

Loreto – province de Alto Amazonas – districts de Lagunas, de Santa Cruz.

Loreto- province de Loreto – districts de Nauta et de Parinari.

Loreto – province de Requena – district de Maquia.

Loreto – province d’Ucayali – district de Padre Marquez.

Ucayali- province Coronel Portillo- districts d’Ipari et de Yarinacocha.

Il y a 36 communautés

Colombie

Les Cocama représentent un petit groupe de 285 personnes connues sous le même nom qu’au Pérou.

 

 

Langue : tupi guaraní, moins de 2000 locuteurs, langue en danger.

Ils vivent de l’agriculture, les cultures principales sont le manioc doux, le maïs, le riz, les haricots, les bananes plantain. Ils vendent leur excédent sur les marchés ainsi que du poisson et de l’artisanat. Ils travaillent aussi dans le bois, élèvent des volailles.

Sur les Omaguas

Les Omaguas ou Karijona (ou encore Têtes plates) étaient un groupe ethnique sud-américain du Maraénon et de l’Aamazonas au Pérou et la région frontalière du Brésil.

A l’époque de la conquête ils représentaient l’un des groupes les plus importants de l’Amazonie.

Ils ont de nos jours été absorbés presque totalement par la population métisse. Selon les recherches d’un anthropologue bavarois, Helmut Schindler, en 1970 il ne restait que 150 personnes.

Au Pérou sont recensés une centaine de locuteurs d’omagua à Iquitos et au Brésil la langue semble éteinte.

Ci-dessous à propos du peuple Kukama, deux traductions pour en savoir beaucoup plus sur leur mode de vie, leur actualité ainsi que des liens d’articles du blog.

Les ancêtres disent qu'il y a de nombreuses années, un jeune homme pêchait dans la rivière. Quand soudain, une présence a attiré son attention. Il pensait que c'était peut-être une vision, jusqu'à ce qu'il voit quelque chose qu'il ne pouvait pas croire de près : c'était une femme boa qui remontait à la surface ! Mais lui, loin d'avoir peur, est tombé amoureux de sa beauté ! Ils ne pouvaient pas se séparer de tout l'après-midi, jusqu'à ce que le jeune homme ose lui demander de sortir de la rivière. Elle, très triste, lui dit : "Je suis Ipira Mama. Je ne peux pas sortir ! A moins que tu ne puisses me sortir de l'eau et me mettre sur le sol ". Et quand elle a dit ces mots, le courant a commencé à la tirer ! Le garçon, désespéré, l'embrassa. Il n'allait pas la laisser partir ! Alors qu'elle luttait contre le courant, elle se transformait en différents animaux de la rivière. Finalement, de toutes ses forces, il a réussi à faire sortir sa bien-aimée ! Mais, une fois dehors, elle est devenue un boa géant menaçant. Cependant, le jeune homme n'a pas perdu confiance et a continué à la regarder avec amour. C'est alors que le boa a décidé de libérer sa bien-aimée de l'intérieur. Et ainsi, ils ont pu vivre ensemble pour toujours en donnant naissance au peuple Kukama. Un peuple qui respecte et aime la nature. Traduction carolita du texte espagnol de la vidéo

Cocama- Cocamilla

 

 

image

 

Famille linguistique : tupi-guarani

Population

10.705 personnes, 5606 hommes, 5099 femmes

36 communautés

Ce groupe de 10 705 personnes enregistrées constitue 4,47 % de la population indigène totale. On estime que le dernier recensement n'a pas permis de recueillir suffisamment d'informations sur la population de ce groupe indigène, principalement en raison de la difficulté d'identifier leurs établissements, dont beaucoup cachent leur véritable origine ethnique.

Les estimations prérecensement de la population de Cocama-Cocamilla indiquaient un minimum de 15 000 à un maximum de 28 000 personnes (Varese, 1972 ; Uriarte, 1976 ; Chirif et Mora, 1977 ; et Wise et Ribeiro, 1978).

La population moyenne des établissements cocama-cocamillas est de 297 personnes. Le taux de masculinité est de 109,9.

Le tableau de la structure de la population selon l'âge et le sexe montre une population très jeune : 51,9% ont moins de 15 ans. Les plus de 64 ans représentent 2,3 % de la population totale. Le taux brut de mortalité est de 9,81.

 

 

SYNTHÈSE HISTORIQUE :

D'après les archives archéologiques de Lathrap, les cocamas et les cocamillas se sont séparés des omaguas vers le 14ème siècle, après quoi ils sont entrés par la rivière Ucayali et s'y sont installés. En 1557, ils ont été découverts par l'expédition de Juan Salinas de Loyola. Vers 1619, les cocamas - ainsi séparés des omaguas - ont été divisés en deux groupes : les cocamas eux-mêmes et les cocamillas. En 1641, ces derniers commencent à être évangélisés par le Père Cueva. En 1644, ils ont souffert d'une première épidémie et ont fui la mission avec les Jeberos. Malgré leur résistance, ils furent réduits de force dans un village près de la rivière Shichinahua avec les Cocamas jusqu'en 1649, quand un nouveau missionnaire, le Père Bartolomé Pérez, fonda le village de Santa María de Huallaga comme mission Cocamilla. En 1651, ce missionnaire fut remplacé par le Père Santa Cruz, sous la direction duquel les cocamillas intervenaient dans la réduction des natifs Paranapura, Muniche et Mayoruna entre 1652 et 1653.

Pendant cette période, une situation stable a été atteinte dans les missions et les cocamillas - avec les cocamas - étaient responsables du transport fluvial des missionnaires et des produits des missions. Cependant, en 1655, une centaine de cocamillas ont été recrutés pour une tentative ratée de dominer par les armes les Shuar jíbaros du fleuve Santiago, une aventure dans laquelle plusieurs sont morts, ce qui coïncidera avec une épidémie qui a balayé la population de Huallaga, tuant de nombreux membres de ce groupe ethnique. Mécontents et de moins en moins nombreux, les cocamillas s'enfuirent en 1662 lorsque le Père Santa Cruz se noya, et une rébellion commença, à laquelle participèrent également les cocamas et les chipeoa. Le P. Maxano, alors missionnaire des Cocamas, essaya de réduire à nouveau ces populations par la force et, en 1663, entra dans la région avec une force de 200 natifs amis et quelques soldats espagnols, ils pendirent  cocama et 4 chipeos et fouettant les autres.

Vers mai 1666, en réponse à ces actions, une armée composée de cocamas, de cocamillas, de chipeos et de maparinas tua les pères Figueroa et Maxano et attaqua la mission Jeberos où ils tuèrent 44 membres de ce groupe, pour leur participation à la pendaison de leurs chefs. Face à ces événements, en août 1666, les Espagnols de Borja et Moyobamba ont envoyé une armée de 200 natifs et 20 espagnols accompagnés du Père Lucero qui s'est engagé dans la bataille en tuant et pendant 200 rebelles. Beaucoup d'autres ont été emmenés à Moyobamba, où ils ont été jugés à Borja. Ce serait la dernière grande rébellion des cocamillas.

image

Après la catastrophe militaire, les maladies ont continué et, en 1680, une épidémie de variole a balayé les cocamillas de Santa María del Huallaga. Quand l'épidémie a pris fin en 1681, il n'y avait plus assez de cocamillas pour fonder un village, alors en 1682 ils ont été transférés à Lagunas où ils ont établi un quartier dans une mission composée de cocamas, chipeos et panos (Mapartua). En 1682, les missions organisèrent des milices natives pour contrer les intrusions des colons portugais qui, chaque année, avançaient plus en amont pour capturer les esclaves.

En 1768, les Jésuites ont été expulsés, la plupart des réductions ont été éteintes et les indigènes ont perdu ce genre d'amortisseur dans leurs relations avec les Espagnols. En 1777, afin d'empêcher l'avance portugaise en amont, le gouvernement militaire de la province de Mainas a été établi et Francisco Requena a été envoyé comme gouverneur et chef militaire. Sous cette administration, les natifs, y compris les cocamillas, travaillaient sous la contrainte militaire comme esclaves des fonctionnaires du gouvernement.

Avec l'indépendance du Pérou, les officiers de la Couronne ont fui, brisant leur monopole sur la main-d'œuvre native et entamant une compétition pour le contrôle entre les autorités politiques, les extracteurs et les commerçants. Ainsi, les cocamillas ont continué à être conducteurs de canoës, guides et gardiens d'autres natifs lors d'expéditions à la recherche d'or et de fournisseurs de nourriture pour les opérations extractives dans la vallée de Huallaga.

En 1853, des projets de colonisation de la selva à grande échelle ont été initiés, ce qui a conduit à l'émergence d'haciendas dans la région de Huallaga. Les propriétaires des mêmes haciendas ont livré aux cocamillas des marchandises en échange de leur travail dans un système de remboursement de la dette. Au début du boom du caoutchouc, la concurrence pour les travailleurs natifs s'est intensifiée avec l'émergence de gangs armés qui ont capturé de force les natifs. Après le boom, les cocamillas ont continué comme ouvriers agricoles produisant du barbasco pour les patrons.

En 1926, les écoles ont été introduites dans les petites villes et, en 1935, les principales communautés de cocamillas les possédaient déjà. Après la chute du prix du barbasco, l'effondrement des haciendas et du système des patrons a commencé. En 1968, sous le gouvernement militaire, l'établissement de bureaux de la Banque agraire dans la région a été encouragé, de même que l'exploitation pétrolière. En conséquence, les cocamillas ont augmenté leur accès au crédit pour la production agricole et sont temporairement devenus des travailleurs industriels salariés.

L'ORGANISATION SOCIALE :

Les cocamillas sont organisées en groupes patrilinéaires appelés "sang", associés à des totems ou fondateurs. Ils sont cependant associés à la transmission des noms de famille correspondant aux noms des plantes et des animaux.

La terminologie de parenté des cocamillas est de type iroquois avec fusion bifurquée et distinction de parents croisés et parallèles. Le mariage préférentiel se fait entre cousins croisés bilatéraux - avec la fille du frère de la mère et la fille de la sœur du père - ce qui prend la forme d'un échange symétrique d'échange entre deux sangs.

 

 

image

 

LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES :

Aujourd'hui, les cocotiers sont utilisés dans l'horticulture sur brûlis et la pêche. Une partie importante de l'économie de ce groupe est la pêche commerciale. Ils vendent également divers produits, tels que le riz, le manioc, les bananes, le maïs et les haricots. Ils sont également engagés dans l'extraction de bois fins. Le bétail a été introduit il y a plusieurs décennies.

L'INFRASTRUCTURE DE SERVICE :

L'éducation :

Le recensement de 1993 a enregistré 33% d'analphabétisme parmi la population âgée de cinq ans et plus, les femmes représentant 38%.

On constate également un faible niveau de scolarisation de la population : 12 % seulement ont terminé leurs études secondaires et 1,6 % seulement ont fait des études supérieures.

L'enseignement primaire est le niveau de scolarité le plus élevé pour 62 % de la population. L'enseignement bilingue n'est pas dispensé dans les écoles et 94 % des enseignants (134) ne sont pas autochtones. Dans le cas des écoles secondaires (six) et de l'Institut agricole, tous les enseignants sont métis.

Un petit nombre d'enseignants ont été observés dans les écoles secondaires des communautés de cocamillas, pas plus de trois par école.

LES ORGANISATIONS INDIGÈNES


ADECOP - Association pour le Développement et la Conservation de Pacaya
AIDECOS - Association Indigène pour le Développement et la Conservation du Samiria. 
FECONARINA - Fédération des communautés Natives du rio Nanay. 
FEDECOCA - Fédération des Communautés Cocamilla du Bajo Huallaga 
FENACU - Fédération Native Cocama de l'Ucayali
ORICOCA - Organisation Régionale Indigènes Cocama-Cocamilla


SITUATION DE VULNÉRABILITÉ :

Parce qu'ils sont dans un processus d'assimilation à la société régionale, qui a conduit à la perte de leur langue, et parce qu'ils se trouvent dans une zone où convergent divers facteurs de pression tels que la colonisation et le trafic de drogue, ce grand groupe peut être considéré comme étant dans une situation de vulnérabilité moyenne.

traduction carolita d'un article paru sur le site Peru ecologico

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Pérou, #Colombie, #Kukama, #Cocama

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :