Equateur- Ingapi. Exploitation minière, abandon communautaire

Publié le 13 Juillet 2018

Ingapi est un petit village près du village de Pacto, situé à deux heures de Quito. C'est un village avec des gens humbles et de multiples modes de vie traditionnels, tels que la production de panela biologique, café, yucca, bananes, et autres, et aussi en élevant du poisson dans des fermes piscicoles au milieu de la campagne. Ainsi, en 2012, les habitants de Pacto et des environs se sont organisés pour protester contre quelque chose qui les inquiétait et continue de les inquiéter : l'exploitation minière dans la région, plus précisément les 2394 hectares accordés à la Compagnie Minière Nationale (Enami-EP).

Soixante-quinze pour cent des habitants des communautés rejettent l'exploitation minière en raison de l'impact négatif important qu'elle a sur la flore et la faune de la précieuse forêt de transition entre la sierra et la selva, ce qui fait que le sol est riche en minéraux, dont l'or, le principal minerai extrait par l'exploitation minière. Dans la communauté d'Ingapi, la plupart des ménages sont approvisionnés en eau courante et éliminent leurs déchets dans des fosses septiques, en plus d'autres problèmes graves tels que le mauvais état des routes qui relient les petits ménages dans les montagnes au village d'Ingapi, par lequel les enfants, à partir de 5 heures du matin, marchent jusqu'à l'école, devant traverser même de petites rivières.

Pour cette raison, la compagnie minière a promis à la population de la communauté une amélioration de la santé, de l'hygiène et des infrastructures dans la zone en échange de l'exploitation minière (améliorations que l'État équatorien devrait apporter), mais la population de la communauté a refusé et a jeté la compagnie minière hors de la région.

Depuis lors, les compagnies minières ont exploité la zone clandestinement, entrant dans les zones minières en tant que touristes, mais le conflit fait toujours rage. Les résidents de la région veulent promouvoir le tourisme, montrer leur mode de vie agricole et les paysages impressionnants de la région, mais ils manquent de ressources, en particulier d'infrastructures d'accès, tandis qu'au milieu des montagnes se trouve l'hôtel Mashpi, un hôtel créé spécialement pour les touristes, avec vue sur la forêt et l'environnement communautaire. En bref, il y a un grand conflit d'intérêts touristiques et miniers contre la population indigène, qui réclame depuis des années une plus grande protection de la zone et un plus grand investissement de l'État pour améliorer la vie de tous les habitants.

traduction carolita d'un article paru sur le site 4 M le 5 juillet 2018

Rédigé par caroleone

Publié dans #Enami-EP, #pilleurs et pollueurs, #ABYA YALA, #Equateur

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article