Chili- Communiqué de la communauté Mapuche Juan Paillalef pour la Lonko Juana Paillalef

Publié le 28 Juillet 2018

COMMUNIQUE PUBLIC  COMMUNAUTE JUAN PAILLALEF 

A nos autorités Mapuche, à toutes les communautés du territoire du Wallmapu, à l'opinion publique nationale et internationale.

La communauté Juan Paillalef face à la grande persécution et à l'attaque contre le peuple Mapuche et en particulier contre notre Lonko Juana Calfunao Paillalef et ses enfants, sa famille et Lof nous voulons exprimer notre répudiation maximale des énormes irrégularités avec lesquelles notre Lonko est criminalisée.

Pour clarifier que le 15 septembre 2016, les forces de police de l'État chilien ont rendu illégale l'entrée sur la route de notre communauté dans le seul but d'escorter la machinerie qui entre sur le territoire mapuche, par des routes non reconnues par notre communauté, cherchant à profiter aux plus riches et aux plus puissants de la région, qui n'ont que l'intention de continuer à exploiter et à dévaster notre territoire, dans ce contexte, notre autorité mapuche a exercé son droit ancestral légitime de défense et de protection du territoire.

La Lonko Juana Calfunao, à la date indiquée, était en convalescence, avec son pied et sa main fracturée, à l'aide de béquilles, produit d'arrestations antérieures où les carabineros exerçaient une violence excessive, d'attaques qu'elle a subies par les forces répressives des carabineros et où les responsables de ces actes n'ont jamais été punis, d'autant plus que les dénonciations et procès correspondants n'ont jamais fait l'objet d'une enquête, à part pour son fils Waiquilaf Cadin Calfunao qui a subi à plusieurs reprises des attaques violentes de la part de policiers, il y a des preuves de coups et de balles, qui n'ont conduit aucun policier en procès, et encore moins à une condamnation, l'impunité pour les abus policiers est quelque chose dont notre communauté a dû s'occuper depuis des années.

Malgré tous les antécédents de persécution contre la lonko et sa communauté, l'Etat chilien, à travers le pouvoir judiciaire néfaste et corrompu, insiste pour criminaliser notre lutte pour la défense du territoire, à tel point que le 17 juillet 2018, dans une décision de première instance, elle a été condamnée à cinq ans de prison, l'accusant de blessures graves sur un policier (petit doigt cassé), mais les mauvais traitements reçus par notre autorité n'ont jamais été considérés comme pertinents, montrant clairement l'incroyable partialité raciste des tribunaux de Temuco.

Face à cette résolution aberrante, notre Lonko a été directe et emphatique en soulignant qu'elle ignore cette condamnation injuste, que cela n'a rien à voir avec notre droit ancestral mapuche et qu'elle n'obéit qu'à une persécution raciste et de classe des riches et puissants de cette région, pour laquelle elle n'accepte en aucun cas la prison et ne sera pas emprisonnée un jour.

De même, la communauté Juan Paillalef soutient pleinement la décision de notre lonko, puisque sous notre vision Mapuche, elle n'a jamais commis de crime, mais plutôt, ses actions sont en accord avec nos principes Mapuche dans la défense du territoire et de la dignité, qui sont liés au mode de vie du peuple Mapuche, pour lesquels nous croyons fermement que cette condamnation absurde et injuste doit être révoquée.

Nous exigeons une attention maximale à cette affaire, dans laquelle la Convention 169 n'a pas été examinée, et que l'État chilien a signée et ratifiée, et qui est méconnu  aujourd'hui dans ce procès inéquitable, qui prévaudra dans l'appel du verdict dans les dix jours, sinon nous irons devant les tribunaux internationaux où il y a une mesure de précaution qui indique la sauvegarde de l'intégrité physique et psychologique de la Lonko Juana Calfunao et des membres de sa communauté, que l'État s'est engagé à protéger, selon la Commission Interaméricaine des Droits Humains : MC-46-14 du 26 octobre 2015, nous n'accepterons donc pas l'incarcération de notre Lonko.

C'est pourquoi nous appelons nos frères mapuches et non mapuches à manifester leur soutien à notre autorité ancestrale, à s'opposer à tout type d'action de persécution politique, policière ou judiciaire qui cherche à emprisonner la juste demande mapuche, nous demandons un soutien sous toutes ses formes, nous appelons à la solidarité et à être présents en cour lors de l'examen de cette affaire.

Communauté Juan Paillalef, Wallmapu, 21 juillet 2018 Lof Kuraco

traduction carolita le 27/07/2018

source : Comunidad Mapuche Juan Paillalef sur fb

COMUNICADO PUBLICO COMUNIDAD JUAN PAILLALEF

A nuestras autoridades mapuche, a todas las comunidades del territorio del Wallmapu, a la opinión pública nacional e internacional.

La comunidad Juan Paillalef ante la gran persecución y arremetida hacia todo el pueblo mapuche y en particular a nuestra Lonko Juana Calfunao Paillalef y a sus hijos, familia y Lof queremos expresar nuestro máximo repudio a las tremendas irregularidades con las cuales se pretende criminalizar a nuestra Lonko.

Aclarar que con fecha 15 de septiembre del 2016 las fuerzas policiales de estado chileno hacen ingreso ilegal al camino de nuestra comunidad con el único propósito de escoltar maquinarias que introducen en el territorio mapuche, por caminos no reconocidos por nuestra comunidad, buscando beneficiar a los más ricos y poderosos de la región, quienes solo pretenden seguir explotando y devastando nuestro territorio, en este contexto nuestra autoridad mapuche ejerce su legítimo derecho ancestral de defensa y protección del territorio.

La Lonko Juana Calfunao, en la fecha señalada se encontraba convaleciente, con pie y mano fracturada, usando muletas, producto de anteriores detenciones en donde carabineros ejerció violencia desmedida, ataques que ella ha sufrido por las fuerzas represivas de carabineros y en donde nunca se ha castigado a los responsables de estos hechos, más aún, habiéndose realizado las denuncias y procesos correspondientes, nunca se ha investigado, además su hijo Waiquilaf Cadin Calfunao ha sufrido repetidamente violentos ataques por parte de carabineros, existen evidencias de golpes y balas, los cuales tampoco han llevado a ningún funcionario policial a proceso, ni mucho menos condena, la impunidad de los abusos policiales es algo con lo que nuestra comunidad ha tenido que lidiar por años.

Pese a todos los antecedentes de persecución hacia la lonko y su comunidad, el estado chileno a través del nefasto y corrupto poder judicial, insiste en criminalizar nuestra lucha en defensa del territorio, tanto es así que el día 17 de julio del 2018, en fallo de primera instancia, se ha condenado a cinco años de cárcel, acusándola de graves lesiones a un carabinero (fractura en dedo meñique), pero los maltratos recibidos por nuestra autoridad nunca se han considerado relevantes, mostrando claramente así, el increíble sesgo racista de los tribunales de Temuco.

Ante esta aberrante resolución, nuestra Lonko ha sido directa y enfática en señalar que desconoce esta injusta condena, que no tiene que ver con nuestro derecho ancestral mapuche y que solo obedece a una persecución racista y clasista de los ricos y poderosos de esta región, por lo cual ella no acepta bajo ningún termino la cárcel y no estará ni un día encarcelada.

Así mismo, la comunidad Juan Paillalef, apoya totalmente la decisión de nuestra lonko, ya que bajo nuestra visión como mapuche en ningún momento ella ha incurrido en delito alguno, más bien, su actuar se ajusta a nuestros principios mapuche en la defensa del territorio y dignidad, que se vinculan a la forma y vida del pueblo Nación Mapuche, por lo cual creemos firmemente que esta absurda e injusta condena debe ser revocada.

Requerimos máxima atención a este caso en el cual, no se ha considerado el convenio 169, que el estado chileno ha firmado y ratificado y que hoy desconoce con este este juicio injusto, que haremos prevalecer en la apelación al veredicto dentro del plazo de diez días, de lo contrario iremos a los tribunales internacionales en donde existe una medida cautelar que indica el salvaguardar la integridad física y psicológica de la Lonko Juana Calfunao y los integrantes de su comunidad, que el estado se ha comprometido a resguardar, de acuerdo a la Comisión Interamericana de Derechos Humanos: MC-46-14 del 26 octubre 2015, por tanto, no aceptaremos la encarcelación de nuestra Lonko.

Es por esto que hacemos un llamado a nuestros hermanos mapuche y no mapuche a manifestar su apoyo a nuestra autoridad ancestral, a oponerse a cualquier tipo de acción de persecución político, policial, judicial que busca encarcelar la justa demanda mapuche, pedimos apoyo en todas las formas, apelamos a la solidaridad y hacerse presente en tribunales cuando se revise este caso.

 

Comunidad Juan Paillalef, Wallmapu, 21 de julio del 2018 Lof Kuraco

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Chili, #Peuples originaires, #Mapuche, #Lonko Juana Calfunao

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article