"Ne continuez pas à menacer la vie et les biens naturels du Mexique", exigent les Ikoots en Oaxaca.

Publié le 22 Juin 2018

Ville de México/Desinformémonos -Le peuple Ikoot de San Mateo del Mar, dans l'Oaxaca, a exigé que le gouvernement mexicain et les entreprises nationales et transnationales " n'attaquent plus la vie et les biens naturels des cultures mexicaines, fondamentalement la privatisation du liquide mystique vital qui est l'eau de tous et pour tous ", après que le gouvernement fédéral a pris des décrets pour lever l'interdiction de quelque 300 bassins d'eau dans le pays.

Les Ikoots ont appelé à ce que ne soient pas approuvées " plus de réformes constitutionnelles privatisantes et génocidaires ", ainsi qu'au respect des droits humains et des droits des peuples indigènes établis dans les articles 1 et 2 de la Constitution et dans les dispositions de la Convention 169 de l'Organisation internationale du Travail.

De même, le peuple indigène ikoot a réaffirmé sa position contre les projets d'extraction en Oaxaca, comme le projet éolien à San Mateo del Mar (Wüx Leam) et Barra Santa Teresa. "C'est pourquoi, depuis 2007, nous avons rejoint la Résistance des Peuples et Communautés Indigènes de l'ISTMO ", ont-ils ajouté.

Le 15 juin, il a été annoncé que l'eau sera concédée à l'industrie minière, le fractionnement et l'extraction d'hydrocarbures pour les 50 prochaines années, après que les décrets de réserves d'eau publiés le 5 juin par le gouvernement fédéral ont conduit à la levée de l'interdiction de délivrer des permis pour l'extraction du liquide dans 300 bassins du pays.

De cette façon, l'eau peut être utilisée pour un "usage domestique et urbain public" par les gouvernements locaux, qui accordent des services d'eau potable à des entreprises privées comme celles de Veracruz, Puebla ou Saltillo.

traduction carolita d'un article paru sur Desinformémonos le 21 juin 2018

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Mexique, #Ikoot, #L'eau, #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article