Mexique - Appel à la Rencontre Nationale des Femmes (CNI)

Publié le 19 Juin 2018

Aux compañeras conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement

Aux compañeras Déléguées du Congrès National Indigène

Aux compañeras de la Sexta nationale et internationale.

Aux femmes qui se battent en bas et à gauche.

Les femmes rassemblées du Honduras, d'Argentine, d'Allemagne, de France, du Brésil, des États-Unis d'Amérique et du Mexique des États d'Oaxaca, de l'État du Mexique, de la ville de México, de Jalisco, Michoacán, Morelos, Veracruz, Yucatán, Chihuahuahua, Guerrero, Querétaro, Chiapas, Guanajuato, Campeche et les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement des peuples Purépecha, Tzeltal, Otomí, Binnizá, Mazahua, Chontal, Coca, Nahua, Wixárika, Raramurí et Popoluca, nous déclarons :

Nous sommes la terre, nous sommes l'air, nous sommes l'eau, nous sommes la selva, nous sommes la mer, nous sommes la rivière, nous sommes la forêt, nous sommes le désert, nous sommes la pluie, nous sommes le soleil, nous sommes la lune, nous sommes toutes nées de la terre, femmes originaires, enseignantes, travailleuses, étudiantes universitaires, paysannes, infirmières, médecins, journalistes, marchandes, migrantes, artistes, et bien d'autres activités que nous réalisons mères, grands-mères, filles, sœurs, tantes, amies, toutes humaines, femmes qui résistent et s'organisent face à la guerre que nous affrontons face au capitalisme qui génère la mort, nous dépouille et exploite nos vies.

Nous savons que ce système de mort, qui gouverne le monde, a jeté les bases du patriarcat dans tous les aspects dans lesquels nous vivons et habitons, et c'est pourquoi nous y sommes plus violées, mais c'est aussi la raison pour laquelle nous devons commencer ce cheminement pour changer le monde et en construire un ou plusieurs, où il n'y a pas de modèles d'exploitation et où il n'y a pas d'idées bien fondées qui privilégient un secteur ou un sexe par rapport aux autres, un monde où, en toute liberté, nous décidons comment nous voulons être appelées et comment nous voulons nous organiser pour que, s'il y a un gouvernement, il obéisse au peuple et à ses exigences. Et puis il y aura la justice, il y aura le respect de nos décisions, il n'y aura pas d'exploitation pour notre travail, il n'y aura pas de dépossession de nos terres et de nos corps.

Devant l'appel de la porte-parole et des conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement, nous nous sommes réunies pour commencer le long voyage que nous devons entreprendre en tant que femmes. Cette guerre frappe notre pays et le monde entier, c'est pourquoi dans cette première rencontre, nous nous sommes écoutées et les revendications sont sorties : Mort au capitalisme ! Mort au patriarcat ! Arrêt et justice pour tous les féminicides !

Nous avons commencé à discuter des nouveaux groupes de travail du CIG : Autonomie, Terre et territoire, Femmes, Jeunes et enfants, Diversité sexuelle, Personnes handicapées, Migration et personnes déplacées, Travail et exploitation, et Justice, parce que nous croyons que c'est là que se trouve la douleur de notre peuple, ses  revendications et l'espoir même qui nous encourage à entreprendre un long voyage, que nos yeux ne verront probablement pas, mais que ceux qui sont sur le chemin vivront et habiteront . Marchons donc pour construire un monde que nous n'habiterons pas, où la justice, la liberté et la démocratie existeront pour nos peuples.

NOUS CONVOQUONS

Toutes les femmes du monde et celles de notre Mexique à une RENCONTRE NATIONALE DES FEMMES, dans la communauté hñähñu de San Lorenzo Nenamicoyan, Edo de Mexico, les 28 et 29 juillet 2018.

Pour qu'en collectif et avec l'organisation d'en bas, anticapitaliste, anti-patriarcale, non partisane, nous construisions un gouvernement de femmes et d'hommes qui obéissent aux peuples organisés à partir de leurs assemblées et construisent ce monde où il y a de la place pour beaucoup de mondes, de bons systèmes de vie pour nous les femmes et les hommes et nous venant des peuples.

Commençons, compañeras, parce que le chemin est long et profond, et que le monde doit être pensé avec nous comme les femmes que nous sommes, ce nouveau monde exige notre travail, afin que nous puissions tous et toutes rompre avec ce système qui nous tue. Luttons pour la vie et renversons ce qui nous apporte la mort.

Veuillez vous inscrire en envoyant un courriel à

cniencuentronacionalmujeres@gmail.com,

la date limite d'inscription est le 20 juillet 2018. Envoi : Nom, âge, lieu d'origine, organisation, groupe ou ville à laquelle vous appartenez.

Indications sur ce qu'il faut apporter : assiette, cuillère, verre, articles pour la nuit (couvertures, sacs de couchage). La communauté est située dans une zone boisée et, en raison de la saison des pluies, elle a un climat froid.

 

Directions et comment arriver :

1. à partir du CDMX par le circuit mexicain :

 

https://www.google.com.mx/maps/dir/Ciudad+de+M%C3%A9xico,+Cd.+de+M%C3%A9xico/San+Lorenzo+Nenamicoyan,+Estado+de+M%C3%A9xico/data=!4m8!4m7!1m2!1m1!1s0x85ce0026db097507:0x54061076265ee841!1m2!1m1!1s0x85d3b3f504a176b5:0x81a76866898a6d4f!3e0?sa=X&ved=0ahUKEwjf0-fm3bXbAhVCbKwKHY_pDj4Qox0INjAA

Pour la Reconstitution Intégrale de Nos Peuples

Jamais plus un monde sans nous !

CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE

CONSEIL INDIGÈNE DE GOUVERNEMENT

 

Traduction carolita d'un article paru sur le site du CNI le 11 juin 2018

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour,
Tout cela est de bonne augure.
Aussi, ce n'est pas une révolution, c'est une Évolution pacifique qui va changer le monde.
Cela ne viendra ni de la politique des vieux gouvernements, ni de la violence des anarchistes, ni de la science des « faux-savants », mais d'une force plus puissante que toutes celles-là : de la parole de Vérité qui secoue et ranime les esprits, de la parole de la Femme qui fait vibrer la conscience des hommes.
C'est d'elle que vient la Vraie Science, qui va donner au monde une foi nouvelle.
Cordialement.