Communiqué Ayotzinapa : le Président de la République est tenu de faire preuve de volonté politique devant la nouvelle Commission d'enquête.

Publié le 9 Juin 2018

*Les proches des étudiants célèbrent le courage des magistrats et remercient la CIDH d'avoir ouvert la voie à la vérité.

Ville de México, 07 juin 2017. Face à la sentence inattaquable d'un tribunal collégial fédéral, qui a ordonné le réexamen du cas Iguala et la création d'une commission d'enquête spéciale, les mères et les pères des étudiants disparus de l'école normale rurale d'Ayotzinapa ont exigé du chef de l'exécutif fédéral un signe qu'il se conformerait aux ordres des magistrats.

"Les 43 parents nous savons parfaitement que c'est le même gouvernement qui ne nous a pas donné de réponse depuis quatre ans, mais c'est l'occasion pour le président d'avoir un peu de dignité et de soutenir la nouvelle commission ", a déclaré M. Mario Gonzalez, qui a rappelé que la sentence est obligatoire et a accusé l'attitude ambiguë de la PGR lorsqu'il a déclaré qu'il ne partage pas les critères du tribunal.

Lors d'une conférence de presse, les familles ont souligné que la décision du tribunal national soutient ce qu'elles maintiennent depuis près de quatre ans et les rapports présentés par les organisations internationales. "Le GIEI l'a dit et ils l'ont nié, l'ONU l'a dit et ils les ont maltraité, maintenant un tribunal mexicain le dit avec courage : la théorie de la décharge est enterrée ", a dit Mme María Elena Guerrero.

Les représentants légaux des étudiants ont précisé que la commission ordonnée par le tribunal collégial est un mécanisme d'enquête extraordinaire qui n'enlève pas au PGR le pouvoir d'enquêter, mais établit la participation des victimes, de la CNDH et des organisations internationales comme des contrôles externes pour donner des conditions d'indépendance et d'impartialité, compte tenu de l'accumulation d'irrégularités dans l'affaire. Ils ont également rappelé que le non-respect de l'ordonnance du tribunal pourrait entraîner une responsabilité pénale pour les autorités qui ne s'y conforment pas.

"La Commission est une bonne occasion pour les experts du GIEI de revenir, c'est ce que nous voulons, parce qu'ils ont découvert des anomalies et ont laissé des lignes d'investigation qui n'ont pas été remplies ", a exigé Mme Blanca Nava. Les représentants légaux ont souligné que la décision établit que la CNDH et les victimes ont le pouvoir de nommer les membres de la commission et que le GIEI est expressément recommandé.

Face aux doutes soulevés dans l'opinion publique, le juriste Humberto Guerrero, du Fundar Centro de Análisisis e Investigación, a souligné que la commission spéciale d'enquête est pleinement fondée en droit international, " qui fait également partie de notre cadre juridique ". C'est faux qu'il est illégal d'ordonner sa création.

À une question explicite, les familles ont indiqué que la libération possible de personnes qui ont participé à des faits par violation du processus dû est le produit des défauts de la PGR et peut affecter leur droit à la vérité, donc ils ont demandé à cette instance d'adopter des mesures pour que ne soit pas perdue l'information que ces personnes-ci peuvent avoir.

Les familles ont souligné la coïncidence entre le rapport de la CIDH - qui a montré un manque de profondeur et de résultats, ainsi que la lenteur de l'enquête officielle - et la décision de justice "dévastatrice", qui a souligné que l'enquête du PGR manque d'impartialité, d'indépendance et d'autonomie, n'a pas été efficace et a biaisé en faveur d'une théorie de l'affaire sans prise de position.

"Connaître la vérité est notre droit, comme la CIDH l'a dit hier. L'État est tenu de le garantir. Nous sommes reconnaissants à la commissaire Esmeralda, au commissaire Vargas et à tous les commissaires de nous accompagner dans notre voyage", a conclu Mme Cristina Bautista.

traduction carolita d'un communiqué paru sur le siteTlachinollan.org le 7 juin 218

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Ayotzinapa, #Los desaparecidos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article