Cheval indien, l’horreur des pensionnats autochtones

Publié le 13 Avril 2018

Dans Cheval indien, un jeune Anichinabé est arraché à sa famille et placé dans un pensionnat, un épisode qui lui laissera des séquelles à vie. Pour une rare fois, un film de fiction canadien se penche sur l'horreur des écoles résidentielles autochtones. Un sujet délicat que le réalisateur et l'équipe de production ont tenu à traiter avec un respect des traditions et des cultures autochtones.

Un texte de Laurence Niosi

Quand il a pris connaissance du scénario, le réalisateur Stephen Campanelli, comme plusieurs Canadiens, connaissait très peu l’histoire des pensionnats, cet outil d’assimilation des Autochtones et pièce maîtresse de leur génocide culturel, selon la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

« Ça m’a frappé si fort. En tant que Canadiens, nous avons une si bonne réputation à l’international, et d’apprendre cela… », raconte le Montréalais d’origine, longtemps expatrié à Los Angeles pour travailler sur des productions américaines.

la suite ; 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Canada, #Peuples originaires, #Pensionnats autochtones, #Ojibwé

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article