Poésie pour petits castors

Par Sara Menon — http://blog.illustraciencia.cat/2015/04/alnus-glutinosa-and-betula-pendula-with.html, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=45563951

Parce que les berceuses, ce n'est pas que pour les enfants,

parce que les marionnettes, aussi, ne sont pas que pour les enfants,

alors, la poésie se prépare pour les enfants, donc

il faudra s'habituer à la voir débarquer,

avec ses petits mots, avec ses petites douceurs, avec tout son coeur.

Il faut que je vous explique pourquoi j'ai choisi ce nom de petits castors pour désigner mes petits enfants, dont Millah est la première de tous et de toutes .

C'est réfléchi évidemment.

Et un clin d'oeil à mon surnom indigène, le seul que j'ai, précieusement gardé, comme un  trésor,

parce que son symbolisme me touche.

Un jour une lectrice amérindienne m'a donné le surnom de Kinta, me disant que ce nom-ci, dans la langue Choctaw (peuple premier des EU) veut dire castor parce que, comme le castor, je construis ou plutôt je bâtis, ici, sur ce blog un travail pour les peuples originaires.

Alors, pendant tout le temps que Millah peaufinait la douceur de son sourire, dans son cocon, j'ai pensé à tout ceci que j'écrirais quand elle serait née, pour elle et pour les autres à venir, parce que j'aimerais, avec mon espoir d'abuela, que mes petits castors construisent aussi, un jour, après moi, la suite de ce que j'ai construit, tout comme, je construis, à ma façon, avec les bases solides de mes abuelos, ce travail pour l'homme, pour la planète, pour l'égalité, la justice et un monde meilleur. Un monde meilleur pour l'épanouissement des petites graines, un monde d'utopie où la faire grandir c'est aussi vivre.

Maintenant, vous savez.

Mamita, la grand-mère/abuela des petits castors

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :