Les oiseaux de La Fontaine : L'Aigle, la Laie et la Chatte

Publié le 31 Mars 2018

Illustration Aractingy

Que ne sait point ourdir une langue traîtresse
Par sa pernicieuse adresse !
Des malheurs qui sont sortis
De la boîte de Pandore,
Celui qu'à meilleur droit tout l'univers abhorre,
C'est la fourbe, à mon avis

Image Chauveau

Premier recueil des Fables de La Fontaine, 6e fable du livre III.

Première édition 1668.

On ne peut plus faire confiance à personne, la fourberie est maîtresse.

Gustave Doré

Gustave Doré

L'Aigle avait ses Petits au haut d'un arbre creux,
La Laie au pied, la Chatte entre les deux ;
Et sans s'incommoder, moyennant ce partage,
Mères et Nourrissons faisaient leur tripotage.
La Chatte détruisit par sa fourbe l'accord.
Elle grimpa chez l'Aigle, et lui dit : Notre mort
(Au moins de nos enfants, car c'est tout un aux mères)
Ne tardera possible guères.
Voyez-vous à nos pieds fouir incessamment
Cette maudite Laie, et creuser une mine ?
C'est pour déraciner le chêne assurément,
Et de nos Nourrissons attirer la ruine.

la suite et des explications de mots :

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/aiglaichat.htm

Les oiseaux de La Fontaine : L'Aigle, la Laie et la Chatte

Illustration Delierre

 

 

 

Jean-Baptiste Oudry

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime, #Les oiseaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Rien de plus juste et de plus en plus, dirais-je.
Très sympas tes illustrations, judicieusement choisies.
C
La mauvaise langue et la fourberie ont de beaux jours devant elles.....
En parlant de fourberie, je crois que la pièce les fourberies de Scapin est ma pièce préférée de Molière parce qu'au collège, je l'avais super bien récitée sans trac et mon prof de français me donnait la réplique, je me souviens que cela avait été un bon moment où je m'étais sentie contente de moi.