Standing rock : Deuxième série de condamnations pour une action contre un "camp masculin"

Publié le 16 Janvier 2018

A Standing Rock comme ailleurs, les chantiers temporaires amènent avec eux des travailleurs logés provisoirement dans des “Camps masculins”. Partout où ces camps existent, des femmes autochtones disparaissent, sont assassinées et/ou violées. On parle déjà depuis des années du nombre incroyable de femmes autochtones disparues ou assassinées au Canada. Bien sûr, le nombre s’accroit à proximité des chantiers, que ce soit les sables bitumineux d’Alberta, les sites de fracturation hydraulique pour le gaz de schistes, ou les chantiers de construction de pipelines. Les autorités n’y font pas grand-chose. Partout aux Etats-Unis où ce genre de chantiers s’ouvre, le même problème se pose.

Christine Prat

Par le Collectif Juridique des Protecteurs de l’Eau (WPLC)
Publié par Censored News
5 janvier 2018
Traduction Christine Prat

 

“Quand ils violent Notre Mère la Terre, ils violent aussi nos femmes.”

MANDAN, Dakota du Nord – Le deuxième groupe de procès contre une action de Standing Rock en commémoration des femmes autochtones disparues ou assassinées, s’est terminé ce jour. C’était les premiers, parmi plus de 20 Protecteurs de l’Eau devant être jugés dans les semaines à venir, pour l’action du 15 novembre 2016 contre ce qu’on appelle un “camp masculin” – des hébergements temporaires pour les travailleurs du pétrole, qui sont devenus des sanctuaires pour la violence contre les femmes, et le trafic de femmes et jeunes filles autochtones.

la suite : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Standing rock, #Peuples originaires, #Droits des femmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article