On ne peut pas pardonner la douleur de nos morts ou le sourire cynique des promotions électorales: Marichuy

Publié le 26 Janvier 2018

"Nous ne pouvons pas pardonner la douleur pour nos morts, la faim de nos enfants, la destruction de la Terre Mère, ni ne pouvons pardonner leur sourire cynique dans les promotions électorales" a prononcé María de Jesús Patricio Martínez, Marichuy, porte-parole du Conseil Indigène de gouvernement (CIG), lors d'un événement à l'Hémicycle de Juárez, Mexico.

Elle a déclaré que si l'oubli l'emporte, les peuples indigènes et les minorités sociales seront condamnés à disparaître, et a averti que "la guerre sera pire contre les travailleurs, les peuples indigènes, les femmes et les enfants."

Elle a expliqué que "le temps est venu pour ceux d'en bas" par la somme des "douleurs" dans les communautés qu'elle a visitées lors de sa tournée dans le pays et qui ont manifesté leur "dignité et leur espérance devant le capitalisme".

"Nous ne sommes pas dans la ruée du mauvais gouvernement, mais dans l'urgence de la lutte pour la vie et contre la mort", a ajouté Marichuy à propos des signatures pour atteindre les 800.000 nécessaires pour s'inscrire comme candidat indépendant à la présidence.

Avant la présentation de Marichuy mercredi dernier, plusieurs groupes ont dénoncé les problèmes dans les différents états du pays, tels que le nombre élevé de féminicides, le manque d'actions gouvernementales pour faire face à la crise générée par les tremblements de terre des 7 et 19 septembre et les morts et disparitions aux mains des forces armées, de la police et du crime organisé.

La proposition du CIG s'adresse aux secteurs indigènes et non indigènes et constitue un appel à l'organisation autonome pour faire face aux impositions qui impliquent dépossessions, violences et destructions de la nature.

traduction carolita d'un article paru dans Desinforméonos le 25 janvier 2018 :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #CIG, #Marichuy

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article