Monde autochtone 2017 : La Nouvelle-Calédonie

Publié le 9 Décembre 2017

femmes Kanak- Par  CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=681195

Stéphanie Graff

La Nouvelle-Calédonie est un archipel de 18 575 km2 dans le Pacifique Sud. L'île principale, Grande Terre mesure 400 km de long et 50 km de large.

Outre la Grande Terre, elle est composée des îles Belep au nord, des îles Loyauté (Ouvéa, Lifou, Tiga, Maré ou Iaai, Drehu, Tokanod et Nengone dans les langues autochtones respectives) à l'est, l'Île des Pins (Kunié Ou Kwênyii en langue indigène) au sud-est et les îles inhabitées de Chesterfield, Huon et Surprise, les récifs Bellone, l'île Walpole, les îles Astrolabe, Matthew et Fearn ou Hunter.

Grande Terre est très accidentée, avec une chaîne de montagnes centrale avec des pics atteignant bien au-dessus de 1.600 m. La Nouvelle-Calédonie est également composée de sa zone économique exclusive (ZEE) de 1 740 000 km2, trois fois la superficie de la France. Nouvelle-Calédonie est à 18 000 km de la France.

Selon le recensement de 2014, la population de la Nouvelle-Calédonie s'élève à 268 767 habitants, soit 39% de kanak, 27% d'Européens, principalement français, 8% de Wallisiens et Futuniens et près de 15% de résidents d'autres origines (Tahiti, Indonésie, Vanuatu, Vietnam, autres Origine asiatique).

32% de la population est âgée de moins de 20 ans. Depuis la prise en charge en 1853, la Nouvelle-Calédonie est sous la domination française, mais a été en processus de décolonisation depuis la signature des Accords de Matignon-Oudinot en 19884 et réaffirmée par la signature de l'Accord de Nouméa en 1998.

Ces accords prévoient un référendum qui sera organisé entre 2014 et 2018, qui définira l'avenir institutionnel du pays et le transfert par l'État français certains de ses pouvoirs souverains (à définir) à la Nouvelle-Calédonie. Ce processus de décolonisation est le fruit d'une lutte nationaliste kanak pour l'indépendance qui a commencé dans les années 1970. Cette lutte était basée sur le droit du peuple kanak à l'autodétermination et à l'indépendance et à sa volonté de se libérer du système colonial imposé par la France depuis 1853.

Les Accords de MatignonOudinot ont divisé le pays en trois provinces (Nord, Sud et Îles) A créé une agence chargée du développement rural et foncier (ADRAF), une agence qui développerait la culture kanak (ADCK) et de nouvelles institutions basées sur "la coutume", comme le Conseil coutumier devenu Sénat coutumier en 1998, les domaines coutumiers et leurs conseils respectifs.

Ceux-ci ont été réaffirmés par l'Accord de Nouméa, lequel dans son Préambule reconnaît en outre l'antériorité des Kanak en Nouvelle-Calédonie: "il faut maintenant créer la base d'une citoyenneté calédonienne qui permette aux Premières personnes et aux hommes et aux femmes vivant en Nouvelle-Calédonie de devenir une seule communauté humaine embrassant un destin commun ". Malheureusement, cela pourrait bien s'avérer difficile à réaliser en raison des différences culturelles et socioéconomiques profondément enracinées entre les différentes communautés vivant à Kanaky / Nouvelle-Calédonie.

 

LIRE LE RAPPORT

 

Thèmes qui y sont abordés

Événements marquant en 2016

Droit de vote, autodétermination et autochtonie

Missions des Nations Unies en Nouvelle-Calédonie

 

image

Rédigé par caroleone

Publié dans #Nouvelle Calédonie, #Peuples originaires

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article