Guatemala : Commémoration des 35 ans du massacre de Los Erres en 1982

Publié le 13 Décembre 2017

Par: Elmer Ponce.

Las Cruces Petén, le 7 décembre 2017, les survivants et les proches du massacre de Las Cruces Petén, ont commémoré le 35e anniversaire de ce massacre atroce qui a eu lieu le 7 décembre 1982, sous la dictature du général José Efraín Ríos Montt, dans le contexte du conflit interne que le Guatemala a connu pendant 36 ans.

Les familles se sont rassemblées dans le cimetière de la Municipalité de Las Cruces pour se rappeler et commémorer les plus de 200 victimes, dont des hommes, des femmes, des enfants, des anciens et des anciennes âgés, qui ont été massacrés à cette époque par un bataillon des forces spéciales kaibil de l'armée guatémaltèque.

L'activité a commencé à 8h30 heures avec des chants religieux, avec les familles qui entendirent la voix d'un groupe musical de l'église catholique, puis élevèrent une prière, une minute de silence et plus tard plusieurs parents, comme Don Saúl Arévalo, Rodimiro Martínez, rappelèrent les luttes qui furent menées pour offrir un enterrement digne à toutes les victimes qui restèrent longtemps au fond d'un puits dans la parcelle appelée Las Dos Erres, aujourd'hui, cette finca appartient à un particulier, puissant propriétaire terrien de la région.

Des témoignages de certains proches qui ont montré la douleur qui est vive encore pour ce massacre et ils ont réclamé à l'Etat, la justice, parce que jusqu' à présent beaucoup de ceux qui sont impliqués dans ce crime sont encore des fugitifs de la justice.

C'est la première année où les familles se sont réunies dans une maison construite spécialement pour commémorer la mémoire des victimes, cette maison a été construite par l'État guatémaltèque pour compenser, par le biais du Programme National d'Indemnisation (PNR), les demandes et les luttes constantes des parents pour que soit construite, aujourd'hui la dénommée "Maison de la Réflexion" en mémoire des massacrés de cette parcelle.

De plus, les membres de la famille sont accompagnés par la psychologue Adelita Soza, du Département de la Santé, Petén Sur Occidente, qui fait partie depuis deux ans de l'accompagnement psychosocial, et les familles des victimes de la répression de Las Dos Erres ont pu commencer à parler de ce sujet, qui suscite encore une certaine sensation de remords dans la société guatémaltèque.

Le général José Efraín Ríos Montt, qui est actuellement confronté au procès pour génocide dans la région Ixil, devra faire face à la justice guatémaltèque pour le massacre perpétré dans le complot de Las Dos Erres, en raison de ce procès criminel, plusieurs spécialistes de l'armée sont en prison dont ceux qui ont formé la patrouille de Kaibiles qui a perpétré ce massacre en 1982.

Traduction carolita d'un article paru dans Prensa Comunitaria le 12 décembre 2017 :

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article