Argentine : La compagnie minière du scandale de la décharge de la Escombrera dans les Paradise Papers

Publié le 10 Novembre 2017

Il s'agit de Glencore, qui à San Juan fait l'objet d'une enquête de la justice fédérale pour avoir permis à la chilienne Los Pelambres de jeter ses déchets dans la montagne Calingastina pendant des années. La firme est apparue dans l'enquête qui scandalise le monde entier pour avoir mis en place un réseau offshore pour exploiter Alumbrera à Catamarca.

Glencore a été placé sous les projecteurs du système judiciaire fédéral de San Juan pour son inaction suspecte dans le déversement des déchets miniers de Los Pelambres, la compagnie chilienne qui a traversé la frontière pendant des années pour déverser ses gravats et ses pneus dans la haute cordillères calingastina. Aujourd'hui, cela revient de nouveau aux nouvelles: elle est apparue dans l'enquête journalistique internationale scandaleuse intitulée Paradise Papers.

Selon La Nación, membre du Consortium de Journalistes d'investigation, Glencore a mis en place des réseaux dans les paradis fiscaux des Bermudes et des îles Caïmans pour exploiter la mine catamarqueña Alumbrera.

Elle y a créé six sociétés qui regroupent ses activités en Argentine, où elle a dû faire face à des défis juridiques et sociaux en raison de la prétendue évasion fiscale et des déficiences de sa politique environnementale dans l'exploitation aurifère de Catamarca.

La multinationale a acheté 50% de cette société minière, dans la province de Catamarca, pour près de 3 milliards de dollars en 2013, pour extraire l'or et le cuivre, une des plus importantes entreprises qu'elle a dans le pays, bien que la société a annoncé ce dimanche qu'elle cessera ses activités en Juin 2018.

Selon ce qui a émergé des documents Paradise Papers, Glencore a fait cet achat à 50 % grâce à l'intermédiation du premier réseau de sociétés offshore: Glencore SA Holdings Limited (Bermudes) et Glencore South America Limited (Îles Caïmans). Les 50 % restants sont détenus par les sociétés canadiennes Goldcorp Inc. et Yamana Gold, avec 37,5 % et 12,5 % respectivement.

Le ministère public de Tucumán a dénoncé La Alumbrera pour la prétendue dissimulation de profits en 2010. Cinq ans plus tard, Glencore a déclaré qu'il avait payé près de 525 millions de dollars en Argentine. Mais selon Resource Project, une base de données open-source de projets pétroliers, gaziers et miniers qui s'appuie sur des données officielles, les paiements de Glencore PLC  aux gouvernements provinciaux et nationaux à la fin de 2015 et 2016  ont à peine dépassé US$ 45 millions en redevances et taxes.

Dans le même ordre d'idées, le Secrétariat de la mine de Catamarca a également accusé Glencore de ne pas s'être conformé au paiement de la totalité des redevances pour l'exploitation de la mine, comme indiqué dans le Journal officiel de cette province le 6 mai 2016. La société a rejeté la plainte et le processus entamé pour fraude fiscale alléguée n'est pas encore terminé.

traduction d'un article paru dans OCMAL le 7 novembre 2017 : 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article