Puerto Rico, puerto pobre

Publié le 3 Octobre 2017

Puerto Rico, puerto pobre (Porto-Rico, port misère)

Il est tard à mon âge pour un début
et cependant voici mon sentiment :
ici je m'apprête, une fois comme tant d'autres,
à chanter ou à mourir : et je commence ici.
Et nulle force ne pourra me faire taire
sauf le temps avec sa triste grandeur
et son alliée : la morte et sa charrue
pour l'agriculture des os.
J'ai choisi un thème chaleureux,
avec du sang, des palmiers et du silence ;
il s'agit d'une île encerclée
par des eaux nombreuses et des morts infinis :
là-bas grandit la douleur de ceux qui espèrent
et un fleuve de lamentations saigne,
c'est une pauvre île emprisonnée,
les jours cendrés vont et viennent,
la lumière s'envole et revient aux palmiers,
la nuit voyage sur son navire noir
et là-bas reste, là-bas se trouve l'emprisonnée,
l'île encerclée par la souffrance.
Et, en elle saigne notre sang
parce qu'une griffe d'or la sépare
de ses amours et de sa parenté.

Pablo Neruda ( Chanson de geste)

Porto Rico est dans le chaos. La dévastation causée par l'ouragan Maria, catégorie 5 et avant cela, l'ouragan Irma, catégorie 4, les a soumis à l'anarchie en très peu de temps après la catastrophe.

Une grande majorité de ses moins de 4 millions d'habitants n'a ni nourriture ni eau. Il n' y a pas non plus d'électricité dans presque toutes les îles, la grande île, Vieques et Culebra, où les gens attendent toujours l'aide du gouvernement central.

Mais peut-être le véritable but de "Maria", avec toute la puissance de son intensité destructrice, a-t-il été de révéler l'épais bandage des yeux, encore ajusté comme un écran solaire confortable sur le visage d'une myopie sociale.

La condition coloniale est soulignée comme un boomerang de découragement et d'impossibilité, quand les gens désespérés crient à l'aide.

Les approvisionnements n'ont pas pu atteindre les ports à cause de l'archaïque loi Jones . Une législation américaine controversée qui ne permet pas aux navires étrangers d'accoster à Porto Rico et qui rend l'aide internationale difficile. Porto Rico est un territoire sous les pouvoirs pléniers du Congrès des États-Unis.

Le président des États-Unis a également dit que ce n'est pas ce qui se passe au Texas, ni en Floride, les grands États de la nation blessés par le climat. Mais Porto Rico est là, plein de dettes au milieu de l'océan, comme un naufragé.

Le navire-hôpital américain met environ 9 jours pour atteindre San Juan depuis la Virginie. Le commandant de la marine Mike Kafka a déclaré au Washington Post:"Le bateau pourra quitter Norfolk dans les quatre prochains jours, mais il faudra encore cinq jours pour arriver à Porto Rico."

Alors que les médecins cubains ont leur hôpital de campagne prêt à être là en moins de trois heures, sauvant des vies.

Il pourrait y avoir une certaine fausse fierté à ne pas accepter de l'aide. Cette vaine fierté, celle de ne pas céder, de ne pas raisonner, d'être inhumain,  celle qui tue.

Donc, pour toutes les preuves juridiques, les Portoricains sont considérés comme des Américains de deuxième ordre,  si cela doit nuire aux autres, alors ils devront attendre et résister.

Peut-être que lorsque la marine américaine s' y est lancée en 1898 contre la ville de San Juan ou dans la première escarmouche entre les Américains, les troupes espagnoles et portoricaines à Guánica, personne n'imaginait qu'elles feraient un jour partie du débat politique à Washington.

Depuis 1952, la création du Commonwealth (ELA) a oublié de transférer des pouvoirs souverains au peuple. Il est donc très difficile, comme aujourd'hui, de résoudre des problèmes internes sans intervention américaine. Y compris les pouvoirs que les gouvernements souverains utilisent pour mettre en œuvre leurs lois et faire respecter l'ordre public.

Etant donnée la situation, le statut colonial de Porto Rico n'est peut-être pas seulement une question intérieure américaine. C'est pourquoi la Résolution 1514 (XV) - qui est en vigueur depuis 1960 - est approuvée chaque année par le Comité des Nations Unies sur la décolonisation en faveur de l'autodétermination et de l'indépendance de Porto Rico, avec cinq siècles de colonialisme, les 119 dernières années sous la domination des États-Unis.

La résolution, dit le New Day, le quotidien le plus largement diffusé à Porto Rico, a été signée par consensus en juillet 2017, déclarant que le référendum du 11 juin de cette année " a été suivi par moins de 23% des électeurs " et n'était pas " conçu pour promouvoir la décolonisation conformément à la résolution 1514 (XV) de l'Assemblée générale des Nations Unies ". Les États-Unis n'avaient pas d'observateur à la session.

En réponse à la crise, il y a un an, un conseil de contrôle fiscal des États-Unis a été imposé, repoussant Porto Rico dans le précipice et encaissant plus de 300 millions de dollars pour ses "services".

Mais l'ouragan néolibéral est arrivé il y a un moment. Faillite, plus de 70 milliards de dollars de dettes. Privatisation, vente du pays et exode.

Les coupes sociales, l'appauvrissement, l'asphyxie. Un drame qui, jusqu à aujourd'hui, a été plutôt confus ou caché par les grands médias.

Les journalistes d'investigation ont additionné plus de 200 morts depuis l'ouragan Maria. Certains en raison d'un manque de soins médicaux, d'oxygène ou parce qu'ils ont été expulsés des hôpitaux. À la fin de ce travail, nous avons appris que la loi Jones sera exemptée pendant 10 jours. Moins de poids sur la conscience du gouvernement qu'il ne l'a imposé, mais ce n'est qu'un "pansement" sur la blessure du peuple portoricain.

J'ai suivi les réseaux sociaux, et ils feraient mieux de parler. C'est un peuple frère, blessé et désespéré.

En tant qu'observateur de leurs réflexions, je comprends l'importance de recueillir des témoignages sur la catastrophe et la résistance de votre peuple.

Voir l'interprétation d'Illapu du Poème de Pablo Neruda, mis en musique par José Miguel Márquez et chanté par le groupe sur l'album "De Libertad y Amor", dont vous trouverez en début d'article la version française.

traduction carolita d'un article paru dans Cubadebate le 1er octobre 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde, #Fragments de Neruda, #Ouragan, #Porto Rico, #ABYA YALA

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article