Le chant de la hulotte

Publié le 8 Octobre 2017

Par Caisare — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22982287

Par Caisare — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22982287

Ce soir
Si tu entends dans la nuit
Qui a revêtu son manteau de ténèbres
Le chant de la hulotte
Triste et lancinant
Comme pour appeler les étoiles du ciel
Leur offrant le gîte et le couvert
Récite dans ta tête le poème du chat-huant
Celui qui a pris sa plume entre ses serres
Et a gravé dans le tronc du vieux chêne
Le portulan de nos vies

Caressant la pierre du logis vieux de tous ses ans
Où il attendait patiemment le retour de l'homme
Le sang de la pierre a trouvé écho dans le chant du rapace
Et dans sa sombre attitude
Le couchant a glissé son cil aux bulles de rosées précises
Tombant dans la marmite du temps

Petite
Ebouriffée
Sourcils doucement froncés
Pas une petite proie
Fugitive
Et aux abois
Qui ne passe à travers le tamis des yeux
Fentes asiatiques clignant d’un air entendu
Œil rond grand ouvert
Pour y laisser entrer la lune et ses points d’interrogation

Elle chante et son chant précieux
Est comme un présage du ciel
Entre fusion et étoile pressée
Il y a une vie nocturne
Dans la musique de l’ombre caressée d’où
Surgit une silhouette habile
Qui lance pour briser son chant un ké-vit
Alerte et puissant
Qui signifie que la chasse à débutée.

Carole Radureau (08/10/2017)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Les oiseaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un vrai souffle poétique dans ce poème. Tant dans le fond que dans le rythme et dans les sonorités. Très abouti, moi je suis bluffée...et jalouse! :))
C
oh ! c'est vrai ?
Tu peux très bien en faire autant, même bien mieux, j'te connais...(te conozco)