12 octobre ? Jour de la race, du racisme ou de l'holocauste des Aborigènes ?

Publié le 13 Octobre 2017

Par:Ollantay Itzamná

En Amérique Latine et en Espagne, des entités publiques et privées célèbrent le 12 octobre avec diverses manifestations culturelles, comme la Journée de la Race et/ou la Journée de l'Hispanité.

Les origines de cette date sont dues au premier accueil fraternel que nos ancêtres aborigènes, sur les côtes de l'actuelle République Dominicaine, firent aux premiers Européens/espagnols en octobre 1492. Cette hospitalité a été trahie par le pillage, la maladie, la dépossession, l'esclavage et le génocide. Oui. Génocide. En moins d'un siècle et demi, les "invités" chrétiens ont violemment massacré près de 70 millions de nos grands-parents pour prendre possession de nos biens communs. C'était et c'est le premier holocauste humain au nom d'un Dieu inconnu et du paradis de civilisation promis qui n'est jamais venu.

La nature officielle des Espagnols actuels, et les automates politiques et culturels qui rachètent l'holocauste colonial sur les terres actuelles d'Abya Yala, font la promotion du souvenir du 12 octobre comme le Jour de l'Hispanité ou Jour de la Race dans le but de nous garder endormis et colonisés, soumis à leurs intérêts.

Le 12 octobre n'est pas un jour de la race, parce que l'anthropologie occidentale elle-même a trop prouvé que les races humaines n'existent pas. Il n' y a qu'une seule espèce humaine. Et celui qui dit le contraire n'est rien de plus qu'un voleur et un pillard qui tente de justifier la dépossession et l'esclavage contemporain.

Le 12 octobre n'est pas non plus le Jour de l'Hispanité, car en réalité, la catégorie culturelle de " l'hispanicité " était et est un mirage. Sur ce territoire qui s'appelle aujourd'hui l'Espagne, les Basques et les Catalans sont offensés s'ils sont appelés Espagnols. L'Espagne en tant qu'unité culturelle n'existe pas. Cette langue dans laquelle nous essayons de communiquer n'est pas l'espagnol, mais le castillan. Alors, c'est quoi l'hispanité? Un concept vide et détesté, comme l'actuelle monarchie madrilène.

Le 12 octobre est la Journée de l'Holocauste de nos grands-parents. C'est la Journée du racisme endémique qui a justifié l'humiliation et la dépossession commises par les missionnaires du Dieu inconnu. Et les actes abominables ne sont pas célébrés. Beaucoup moins sont reconnaissants. Mais, oui, c'est une leçon que nous ne devons jamais suivre.

Alors pourquoi le 12 octobre a-t-il été établi comme Journée de la Race ou de l'Hispanité ? Ils l'ont établi pour essayer de purifier et apaiser leur conscience assoiffée de sang qui ne les laissera jamais en paix. Tenter de consolider et de maintenir leur prétendue supériorité biologique et culturelle sur les autres peuples. Une société qui vit de la violence et du pillage, consommatrice, qui dévore au-delà de la capacité régénératrice de la Terre Mère, peut être considérée comme civilisation? Sur ces territoires et sur d'autres territoires d'Abya Yala, vivons-nous mieux ou moins bien cinq siècles après avoir confessé la foi chrétienne? Qui jouit du paradis terrestre proclamé depuis plus de 2000 ans sur la planète? Et le Dieu inconnu ne garde que le silence complice... Les envoyés de Dieu s'approprièrent la terre, les rivières, les forêts, les plages, les mines et les gisements d'hydrocarbures. Ils nous ont seulement laissé la croix et la Bible qui ne font pas de miracles.

Ceux d'entre nous qui ont le privilège de porter dans notre identité une partie de l'ensemble des civilisations autochtones millénaires d'Abya Yala ont la responsabilité historique de nommer la réalité historique et factice avec la vérité qui correspond. Mais, pour cela, il ne suffit pas de désapprendre ou de soupçonner les mensonges des génocides imposés comme vérités. Il est nécessaire de faire le chemin vers l'intérieur (métanoïa, diraient les ascètes), de nous défigurer et de nous reconfigurer psychologiquement, mentalement et spirituellement. Ce n'est qu'ainsi qu'Abya Yala qui fleurit rendra possible le printemps multicolore tant attendu sur la Terre Mère.

traduction carolita d'un article paru dans Prensa comunitaria le 12 octobre 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Décolonisation, #12 octobre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article