Le maïs des tortillas au Mexique est transgénique à 90% ( Académie de l'UNAM)

Publié le 25 Septembre 2017

Bulletin de la Direction générale de la communication de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM-DGCS-607) - Au 18 septembre 2017


   " Il a été modifié fondamentalement pour résister aux ravageurs et tolérer l'herbicide glyphosate, récemment classé comme "probablement cancérigène pour l'homme".


    Les 10 millions de tonnes importées chaque année des États-Unis ne devraient être utilisées que pour l'alimentation du bétail ou les intrants industriels hautement transformés, a déclaré Elena Alvarez-Buylla.

90,4 pour cent des tortillas consommées au Mexique contiennent des séquences de maïs génétiquement modifiées, ainsi que 82 pour cent du pain grillé, de la farine, des céréales et des en-cas de ce grain, révèle une étude menée par Elena Álvarez-Buylla Roces, de l'Institut d'écologie (IE) et le Centre des Sciences de la complexité (C3) de l'UNAM.

Au Mexique, où le maïs est la source et la diversité du maïs, où chaque habitant consomme en moyenne un demi-kilogramme par jour de ce grain, l'herbicide glyphosate,"probablement cancérigène pour l'homme", a été trouvé.
Dans un article paru dans le magazine Agroécologie et Systèmes Alimentaires Durables, Álvarez-Buylla et ses collègues Emmanuel González Ortega, Alma Piñeyro Nelson, Elsa Gómez Hernández, Eduardo Monterrubio Vázquez, Marlenne Arleo, José Dávila Velderrain et Claudio Martínez Debat, ont trouvé dans l'aliment de base du régime national une présence alarmante de transgènes, c'est à dire, de gènes qui proviennent de maïs transgénique, de plantes qui ont été transformées dans les laboratoires des Etats-Unis principalement.

Ces maïs ont été fondamentalement modifiés pour résister aux ravageurs et tolérer l'herbicide glyphosate, récemment classé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme "probablement cancérigène pour l'homme".

Les scientifiques ont échantillonné pratiquement tous les aliments fabriqués principalement à partir du maïs que l'on trouve dans les supermarchés et les tortillas. Ils les comparaient aux tortillas apparemment plus artisanales, fabriquées à partir de maïs indigène et fabriquées par des personnes liées à la campagne. Ces derniers étaient positifs pour les transgènes avec une fréquence beaucoup plus faible et ne présentaient pas de glyphosate.

"Plus de 85 pour cent du maïs génétiquement modifié produit aux États-Unis tolère le glyphosate, qui est pulvérisé sur le maïs génétiquement modifié qui le tolère, pénètre dans les plantes et atteint le grain, mais nous n'avons pas pensé à le trouver dans nos tortillas et d'autres aliments à base de maïs", a-t-il dit.

"Nous ne nous attendions pas à ce que ces données soient aussi choquantes, car le maïs GM n'est pas autorisé au Mexique en plein champ, parce qu'un recours collectif est en cours qui l'empêche d'être déposé depuis 2013, date à laquelle une mesure de précaution a été appliquée qui a interdit sa plantation pendant la durée du processus légal", a-t-elle déclaré.

Si le gouvernement appuyait l'agriculture paysanne, nous aurions une campagne vigoureuse, moins d'impact environnemental pour la production alimentaire, des communautés paysannes entières produisant et commercialisant leur maïs de haute qualité à des prix équitables, et les Mexicains jouiraient d'une meilleure santé. "Il est important de retrouver la souveraineté alimentaire. Les Mexicains sont à court d'options en termes de produits de maïs sans OGM", a déclaré l'étudiante universitaire.

Les analyses d'ADN recombinant des laboratoires UNAM et UAM qui ont réalisé l'étude ont été validées par un laboratoire allemand certifié pour ces analyses et avec le plus grand prestige. Les analyses du glyphosate ont été effectuées dans ce même laboratoire européen.

Suffisance nationale


lvarez-Buylla a expliqué que le Mexique produit suffisamment de maïs pour la consommation humaine: indigène et hybride non-OGM. "En 2016, 25,7 millions de tonnes de maïs ont été produites, dont 12,3 millions de tonnes ont été vendues pour la consommation humaine, 4,2 millions de tonnes pour l'autoconsommation, 4,4 millions de tonnes pour le secteur de l'élevage et 1,5 million de tonnes pour l'exportation.

Les 10 millions de tonnes importées chaque année des États-Unis ne devraient être utilisées que pour l'alimentation du bétail ou les intrants industriels hautement transformés, mais pas pour la consommation humaine, et encore moins s'il s'agit de céréales contaminées par le glyphosate, a-t-elle dit.

Le docteur en écologie moléculaire et en génétique du développement a demandé qu'un soutien soit apporté à l'agriculture durable, agroécologique et paysanne (qui renforcerait la campagne mexicaine) afin que ce maïs indigène ou créole, de haute qualité nutritionnelle, complété par l'hybride, produit dans le nord du pays, réponde aux besoins nationaux.

traduction carolita d'un article paru dans Otros Mundos Chiapas le 21 septembre 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #pilleurs et pollueurs, #Maïs transgénique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article