Etats-Unis : La nation Luiseño

Publié le 13 Octobre 2017

image

Peuple autochtone des EU qui vivait dans la région côtière du sud de la Californie dans l'actuel comté de Los Angeles jusqu'à par la partie nord du comté de San Diego.

Autodésignation : Payomkawichum = les gens de l'ouest

Le nom Luiseño leur a été donné par les espagnols en raison de la proximité de la mission San Luis Rey de Francia fondée en 1798.

 

lake henshaw - By User:Perdelsky - Own work by the original uploader, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37417527

Aujourd'hui les descendants vivent dans 6 tribus reconnues au niveau fédéral :

La Jolla band de Luiseño indians

Pala band of Luiseño indians

Pauma band of Luiseño indians

Pechanga band of Luiseño indians

Rincon band of Luiseño indians

Soboba band of Luiseño indians

Population : 2500 personnes

Langue : luiseño du sous-groupe cupan de la division takic des langues uto-aztèques

30 à 40 locuteurs dans certains groupes indépendants. Des membres étudient la langue et des documents de préservation sont compilés, des chanteurs chantent en langue luiseño.

Le peuple avant les premiers contacts comptait environ 1400 personnes.

Ils rencontrent les blancs en 1796 avec l'expédition de Gaspar de Portola et la fondation de la mission de San Diego. Peu de temps après sont construites les missions de San Luis Rey de Francia et San Juan Capistrano.

 

mission san diego de alcala - Par Dmadeo — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4537189

De nombreux Luiseño deviennent des "indiens missionnaires" et nombreux meurent à cette période des épidémies importées et de meurtres, de mauvais traitements.

Avec l'arrivée du Mexique en Californie en 1834, les amérindiens se révoltent contre leur exploitation qui continue dans les ranchos mexicains.

Ils réussissent à maintenir leur subsistance traditionnelle avec l'ajout de l'agriculture du blé et du maïs, le procédé d'irrigation, les vergers et l'élevage.

Les EU créent une réserve pour eux en 1875.

Au cours des 19e/20e siècles ils se battent pour conserver leurs terres et leurs traditions. Ils résistent aux écoles gouvernementales conçues pour "assimiler" leurs enfants.

En 1895 un Luiseño brûle l'école et tue le professeur à Pachanga.

Ils rejettent la réorganisation des indiens 'IRA' en 1934 mais ils sont finalement forcés au bout du compte de quitter leurs terres prospères et leurs vergers qui sont pris par les blancs.

image

Mode de vie

Ils avaient des cérémonies autour de la chasse, le cycle de vie, le contrôle du temps, la guerre et la paix. Certaines cérémonies comportaient la quête de visions avec l'aide d'une boisson préparée à partir de datura (jimsonweed).

Il y avait environ 50 tribus de clans patrilinéaires vivant dans des villages autonomes et semi-permanents dirigés par un chef héréditaire. Chaque groupe avait son propre espace de ressources alimentaires ainsi que d'autres ressources comme les matières premières, les sites sacrés) qui pouvaient appartenir individuellement ou collectivement.

Le chef supervisait les activités de chasse, le rassemblement pour les récoltes , la guerre aidé d'un assistant, des chamans, du conseil.

Les femmes âgées enseignaient l'artisanat aux enfants, les hommes âgées s'occupaient des affaires des cérémonies.

Il y avait des tabous alimentaires et des rituels : rituel de puberté soulignant la conduite correcte, les chants, les danses, l'apprentissage des chants pour les garçons.

Ils vivaient dans des maisons de forme conique, semi enterrées, couvertes de roseaux et d'écorces. Il y avait des maisons de sudation semi-enterrées également.

Ressources alimentaires

Ils récoltaient 6 espèces de glands différentes, c'était leur aliment de base, les groupes côtiers venaient récolter les glands à l'intérieur des terres.

Ils pêchaient le long de la côte du poisson, chassaient des mammifères marins, collectaient des crustacés et des mollusques. Ils construisaient des canots pour pêcher sur l'océan.

Ils récoltaient une grande variété de graines, de noix, de baies, de racines, de bulbes, de champignons, de fruits de cactus, de fruits.

Les graines étaient séchées, broyées, cuites dans de la pâte.

mortiers dans village de temeku

Ils chassaient du petit gibier, des cerfs, des antilopes, des volailles avec des arcs et des flèches, un jet de bâton, des pièges.

Le thé, le tabac et le datura étaient utilisés de façon médicale et cérémonielle.

Le brûlis servaient à contrôler les terres pour en augmenter le rendement en leur permettant de se régénérer.

L'artisanat

 

 

Par Daderot — Travail personnel, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37628089

Ils fabriquaient des paniers enroulés, des filets, des outils de meulage, des ustensiles de cuisine, des instruments de musique.

Ils importaient des bols de stéatite de l'île de Santa Catalina, de l'obsidienne des voisins du nord et de l'est.

Ils confectionnaient des peintures de sable.

La guerre était justifiée par une invasion, ils se battaient pour acquérir du territoire.

image

De nos jours, la culture traditionnelle est sauvegardée surtout à travers la langue, les chansons, les jeux, les danses.

Le peuple est relativement instruit.

Les réserves comportent des bibliothèques, des programmes culturels.

Leurs préoccupations contemporaines sont le droit à l'eau, malgré la victoire dans une affaire judiciaire en 1985.

Ils résistent à l'intrusion du gouvernement dans leur vie et leur indépendance politique.

Sources : wikipedia, when-what-how.com

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Californie, #Luiseño

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article