Chiapas - Les personnes oubliées du séisme

Publié le 24 Septembre 2017

Le tremblement de terre au Chiapas est une tragédie rurale et de la pauvreté . Il a laissé les gens vivant  en condition de  pauvreté, en extrême pauvreté et ceux qui vivent dans l'extrême pauvreté,  il les a laissés sans avoir la possibilité de nommer leur situation.

La population vulnérable en soi, il les a placées dans une plus grande vulnérabilité: femmes, personnes âgées, filles et garçons.

Les conditions de violence contre les femmes augmentent lorsqu'elles doivent vivre dans des conditions de promiscuité, comme c'est le cas dans la plupart des communautés des municipalités touchées. La perte d'espaces intimes - que ce soit dans un refuge ou dans la maison d'un parent - rend les femmes plus vulnérables. Il y a quelques jours, a été rapporté la situation dans certaines communautés affectées des municipalités de Jiquipilas et de Cintalapa, dans chaque maison qui restait debout, il y avait au moins quatre familles qui y vivaient.

Le travail domestique des femmes, en particulier dans les zones rurales, augmente. Celles qui souffrent le plus de la perte des quelques biens domestiques sont celles qui doivent maintenant faire deux fois plus de travail qu'auparavant pour préparer la nourriture, s'occuper des enfants, soigner les malades et les personnes âgées. Tout est compliqué parce qu'elles n'ont pas assez d'espace pour le faire, elles continuent à dormir dans des campements faits de morceaux de plastique et de tissu, ou dans des endroits surpeuplés. Il suffit d'atteindre un jour une des communautés pour prendre conscience de la situation.

Les conditions de pauvreté et de vulnérabilité des populations rurales sont encore plus contradictoires en période de catastrophes naturelles. Elles ont peu d'informations sur la manière de réagir en cas de catastrophe, et il leur est difficile de prendre des dispositions avec les différents niveaux de gouvernement pour accéder aux programmes institutionnels, soit en raison de leur analphabétisme, de leur éloignement des lieux où elles vivent, soit de leur manque de ressources financières pour se déplacer.

La dispersion de la population se répercute à nouveau sur la population du Chiapas. L'éloignement des communautés, y compris d'une famille à l'autre, rend l'aide humanitaire plus difficile à atteindre, la situation que vivent les victimes au Chiapas n'est pas mesurée parce que les médias ne l'ont pas atteinte et que le gouvernement semble le faire en commun.

Dans une interview avec le réseau national, le Président Enrique Peña Nieto a parlé des maisons perdues dans certaines communautés d'Oaxaca et du Chiapas comme de "petites maisons qui étaient déjà dégradées et très humbles", comme si leur perte était une chose mineure pour ceux  pour qui cal signifiait tout leur héritage.

Le panorama semble plutôt défavorable, et c'est précisément le cas dans des situations de crise où les populations les plus vulnérables ont parfois réussi à avancer ou du moins à devenir visibles.

Quelle est la tâche de nos concitoyens dans cette situation? Rendre visible la situation de ces communautés et ejidos, ne pas perdre la mémoire et continuer à se souvenir que ces personnes avant et après le tremblement de terre sont dans des conditions vulnérables, vérifier que leurs droits ne sont pas violés, influencer d'où nous sommes et avec les outils que nous avons pour qu'ils ne soient pas floutés de la carte de la reconstruction, que nous ne les oublions pas nous-mêmes après la ferveur humanitaire.

traduction carolita d'un article paru dans chiapas paralelo le 21 septembre 2017 : 

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article