11 septembre 1973 - Chili - Tres versos para una historia (Trois vers pour une histoire)

Publié le 11 Septembre 2017

Le groupe Illapu avec "Trois vers pour une histoire", chanson qui consiste en 3 textes unis, nous offre certainement l'un des plus importants témoignages musicaux de cette époque sombre et cruelle puisqu'elle reflète la douleur vive de ceux qui ont dû grandir sans un père, une mère, un frère, une soeur, un époux, une épouse et qui pour la plupart n'ont pas su ou jamais su ce qu'il leur était arrivé, du moins avec certitude.

1. L'histoire de Manuel ((Andrés Márquez)

Ici vivait un homme hier
Aujourd'hui vit seul sont fils Manuel
Il cherche son père il veut savoir
Où leurs pleurs peuvent brûler.

Il avait cinq ans ce jour-là
Sa mère a dit qu'il était en voyage
Rien n'a changé dans cette chambre
Sur le lit un œillet gît.

À chaque nuit et à chaque aube
Il court jusqu'à sa chambre en le cherchant
Sa mère dit fils Manuel
Peut-être demain, ayons la foi.

Il a grandi en rêvant de voir un jour
L'un de ses contes du crépuscule
Sa mère a dit alors Manuel
Seule la vérité importe .

II. Pour toujours l'Amour.
(Osvaldo Torres)

Depuis cette cellule où la haine a confiné
le sourire, mon aimée
je saigne abondamment dans l'absence de tes mains
et je m'endors, avec ton Univers
qui est une force et une vie dans l'espoir des enfants
qui sont restés
Mais si je meurs dans le malheur de ne te plus te voir
Lève-toi, recueille-moi
Le sacrifice de la chair n'a pas été vain
Lève-toi, recueille-moi
Le sacrifice de la chair n'a pas été vain
Pour toujours l'amour
Pour toujours.

III. Je suis une Partie de Cette Histoire.
(Roberto Márquez et Patricio Valdivia)

Vous me cherchez
Et ne me trouvez pas
Mais je suis ici
Je suis comme vous
Je n'ai pas disparu
Je suis un reflet vif
J'écoute des trains pressés
Et les cris des vendeurs
Vous me cherchez
Et ne me trouvez pas
Mais je suis ici
Je ne suis jamais parti
Juan a terminé l'école
Et bien qu'il soit très tard
Il cherchera la vérité
Vous et lui, vous me trouverez

Tu vois je suis ici
D'où je ne suis jamais parti
Je suis ici
Et parfois je chante
Je peux te voir seule en train de danser.
Pour que personne ne perde la mémoire
Parce que je suis une partie de cette histoire
Mes enfants sont mon demain mon demain, mon demain.

ILLAPU traduction carolita

I. La Historia de Manuel.
(Andrés Márquez)

Aquí vivía un hombre ayer
Hoy vive sólo su hijo Manuel
Busca a su padre quiere saber
Adónde puede su llanto arder.
Tenía cinco años el día aquel
Su madre dijo de viaje fue
Nada ha cambiado del cuarto aquél
Sobre la cama yace un clavel.
A cada noche y amanecer
Corre hasta su cuarto buscándole
Su madre dice hijo Manuel
Tal vez mañana, tengamos fe.
Creció soñando el día ver
El de su cuento de anochecer
Su madre entonces dijo Manuel
Sólo lo cierto lo ha de traer.

II. Hasta Siempre Amor.
(Osvaldo Torres)

Desde esta celda donde el odio ha confinado
la sonrisa, amada mía
yo me desangro en la ausencia de tus manos
y me duermo, con tu Universo
que es fuerza y vida en la esperanza de los hijos
que quedaron
Pero si muero en la desdicha de no verte más
Levántate, recógeme
No ha sido en vano el sacrificio de la carne
Levántate, recógeme
No ha sido en vano el sacrificio de la carne
Hasta siempre amor
Hasta siempre.

III. Soy Parte de Esta Historia.
(Roberto Márquez y Patricio Valdivia)

Usted me busca
Y no me encuentra
Pero yo estoy aquí
Soy como usted
No he desaparecido
Yo soy reflejo vivo
Escucho trenes de prisa
Y gritos de vendedores
Usted me busca
Y no me encuentra
Pero yo estoy aquí
Jamás me fui
Juan terminó la escuela
Y aunque muy tarde sea
Irá buscando la verdad
Usted y él, me encontrarán

Ves yo estoy aquí
Donde jamás me fui
Estoy aquí
Y a veces canto
Te puedo ver sola bailando.
Para que nadie pierda la memoria
Porque soy parte de esta historia
Están mis hijos, mi mañana Mi mañana, mi mañana.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde, #Chili, #Devoir de mémoire, #Los desaparecidos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article