Argentine - Communiqué de la résistance mapuche devant la disparition de l'anarchiste Santiago Maldonado

Publié le 13 Août 2017

Résistance Ancestrale Mapuche 

* Santiago Maldonado “le Lechu”, compañero anarchiste en défense du peuple mapuche, disparaît aux mains de la Gendarmerie argentine

Le 1er août 2017 les forces répressives de l'État argentin ont arrêté avec une violence brutale le Lof de Résistance Mapuche de Cushamen, province de Chubut, dans le sud du pays et proche de la frontière chilienne. Ce territoire, à l'origine au peuple mapuche, leur a été arraché par le gouvernement pour le mettre à la disposition du capitalisme et de la dévastation. Et ainsi continuer avec le harcèlement et la spoliation à laquelle la population indigène est confrontée depuis la formation des états argentins et chiliens (les frontières, de plus, qui ne correspondent pas avec le territoire ancestral indigène et par lesquelles ils ne peuvent pas se déplacer librement).

La spoliation qui a commencée il y a longtemps avant, depuis ce qu'ils appellent  découverte“ de l'Amérique : début d'un massacre colonisateur qui n'a jamais fini et qui sans critique et aucune responsabilité continue de s'apprendre comme une réussite dans les écoles de l'État espagnol.

Tout type de dévastation leur sert de négoce : l'abattage forestier, l'extraction de pétrole, les centrales hydroélectriques, les hectares infinis de cultures transgéniques, ou comme dans ce cas : l'exploitation animale, puisque ces terres, se les ai appropriées l'entreprise italienne Benetton (Compagnie de Tierras del Sud Argentin) et dans celles-ci ils exploitent cent mille brebis pour la production de laine.

La Gendarmerie est entrée dans la communauté en lançant des balles de plomb et des balles de gomme, en agressant les gens et en brûlant leurs biens. Quelques personnes ont traversé la rivière pour s'échapper et quelques personnes déclarent avoir vu comment ils collaient et emportaient quelqu'un dans une camionnette.

Depuis ce temps-là rien n'est connu de Santiago Maldonado. Dans aucun des commissariats de la région son admission est enregistrée et le ministre de sécurité de la nation, Patricia Bullrich, est resté cinq jours en disant que son lieu n'est pas connu et que la Gendarmerie n'est pas impliquée.

Cette effraction n'est pas un cas isolé : cela est arrivé dans le même Lof en janvier dernier et cela fait partie de l'ordinaire du peuple mapuche et de toutes les communautés indigènes, qui résistent et affrontent chaque jour le harcèlement physique et psychologique de la part des forces de l'état. Et ceci veut dire comme quotidien : balles de plomb, destruction de leurs maisons et de biens, agression physique et verbale, intimidation, processus illégaux d'espionnage et montages politiques et policiers pour justifier l'emprisonnement de leurs membres les plus actifs. C'est le cas de Facundo Jones Huala, lonko mapuche arrêté en juin, emprisonné à Esquel et en grève de la faim actuellement.

Peu de temps après, une manifestation exigeant la liberté de Facundo dans laquelle il y a eu neuf détenus dans la ville d'Esquel, a consisté en ce que la Gendarmerie est intervenue au Lof de résistance Cushamen et ils ont séquestré Santiago.

Le même chef du cabinet de sécurité de l'état, Pablo Nocetti, déclare coordonner les actions répressives contre les membres de la Résistance Ancestrale Mapuche (RAM). De plus il avalise les interventions violentes et les effractions illégales dans les communautés.

Le RAM est un groupe de résistance mapuche qui lutte pour récupérer la vie sur le territoire originairement habité par son peuple. Pouvoir donner, ainsi, une continuité à son existence que par tous les moyens les états veulent détruire. Parce que cette existence ne se fie pas à ses normes et n'admet pas la soumission.

Ce vendredi 11 une manifestation est convoquée au niveau national en Argentine, toute démonstration de solidarité depuis ce côté de l'Atlantique est important.

S'il vous plaît diffusez tout votre possible et tenez-vous au courant des convocations possibles.

Basta l'impunité policière et le terrorisme de l'état
Pour la fin du harcèlement de la lutte mapuche et des peuples originaires
Pour la liberté de Facundo Jones Huala
Boycott de Benetton
Nous exigeons le retour de Santiago Maldonado

Traduction carolita d'un communiqué paru sur le site Contrainfo le 10 août 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Mapuche, #Argentine

Repost 0
Commenter cet article