Canada : La Première Nation Siksika

Publié le 17 Juillet 2017

By Moxy - Own work Michelle Caron, CC BY-SA 3.0, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=38202041

Peuple autochtone des Grandes Plaines vivant de nos jours au Canada, qui fait partie de la confédération des Pieds-Noirs.

En 2016, 7320 membres vivent dans une réserve de l'Alberta.

La réserve Siksika 146

C'est la plus petite tribu de la confédération des Pieds-Noirs.

La nation est dirigée par un chef et 12 conseillers élus démocratiquement par les membres de la nation et pour un mandat de 3 ans.

Langue : pied noir de la famille des langues algonquiennes, très proche de celle des Piikani et des Gens-du-Sang ou Kainai, autres nations de la confédération des Pieds-Noirs.

Dans leur langue siksika veut dire "pieds-noirs".

Leur territoire d'origine se situait autour des rivières Battle, Saskatchewan nord et Red Deer, ce qui fait qu'ils étaient dans la zone la plus septentrionale de la confédération.

Avant la colonisation, c'était un peuple de guerriers qui pratiquait la chasse aux bisons.

La société de guerriers était régie par des règles strictes et entraînait souvent des conflits avec leurs rivaux Cris et Assiniboines.

Au XVIIIe siècle, la population était de 18.000 personnes, le nombre chute considérablement en raison de l'introduction de maladies infectieuses par les blancs.

By Daderot - Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32820843

La culture religieuse est bien enracinée et transmise de génération en génération par la tradition orale.

Elle repose sur les huttes à sudation, la danse du soleil, l'utilisation de bourses sacrées, des moyens de purification du corps et de l'esprit.

Il existe des lieux sacrés de la nation Siksika, il s'agit des sites archéologiques Head Smashed in Buffalo Jump (précipice à bisons inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'unesco), de Writing-on-Stone et Badger-Two medicine.

précipice à bison head-smashed - Par Ken Thomas — KenThomas.us(personal website of photographer), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3601374

writing on stone- Par Matthias Süßen — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=28622408

By Beinecke Library - Thunder Tipi of Cream Antelope. 847, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9029871

By Beinecke Library - Thunder Tipi of Cream Antelope. 847, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9029871

crowfoot- By Hall, Sydney Prior (1842-1922) - Library and Archives Canada, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24737587

En 1877 le légendaire chef des Siksikas Crowfoot négocie la paix, signe la traité numéro 7 avec d'autres Premières Nations. Le peuple sera contraint d'occuper une réserve à Blackfoot crossing, de devenir des agriculteurs ou des éleveurs, ou encore de vendre leur force de travail dans des mines de charbon sur la réserve.

La vie dans la réserve porte un coup fatal au mode de vie traditionnel des Siksikas.

Ils ont beaucoup de mal à survivre car l'abandon de leur mode de vie de chasseurs est compromis par l'interdiction de la chasse.

En 1883/1884 c'est un hiver de grande famine.

En 1910 ils vendent une partie de leur réserve sous la pression du gouvernement fédéral et des promoteurs.

Les terres sont détenues en fiducie par le gouvernement qui gère la construction de nouvelles habitations, de l'équipement agricole, du paiement des intérêts, de l'approvisionnement en denrées alimentaires.

Il aurait été préférable de conserver leurs possessions pour y conduire des activités économiques au lieu de recevoir des intérêts en paiement de l'argent obtenu en fiducie. A présent ils militent pour l'autonomie et l'autodétermination ainsi que pour un traitement équitable de la part du gouvernement.

La société de gestion du traité numéro 7 conseille les nations signataires et défend leurs intérêts.

Elle formule plusieurs revendications territoriales et la reconnaissance des droits ancestraux dont le droit à l'autodétermination et à l'autonomie gouvernementale.

La nation Siksika gère des services axés sur la tradition, des écoles, des maisons de santé, des services spécialisés dans la gestion territoriale et l'exploitation des ressources.

Ci-dessous des tenues traditionnelles : 

By Daderot - Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32893787

By Daderot - Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32869346

By Daderot - Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32869358

By Daderot - Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32869357

Revendications territoriales

Les Siksikas étaient opposés au gouvernement fédéral du Canada au sujet d'une réclamation territoriale suite à la déposession en 1910 d'une bande de 466 km2 de leur réserve pour la vendre aux colons. 50 km2 de cette bande avaient été transférés au chemin de fer Canadien pacifique pour y construire le barrage Bessano sur la rivière Bow. Cette opération est jugée illégale par les Siksikas mais non pou le gouvernement.

En 1991, une entente est signée pour une somme de 4.9 millions de dollars pour les droits sur les minéraux perdus à cause de la construction du barrage.

En 2010 un siècle plus tard, le gouvernement du Canada et de l'état de l'Alberta s'entendent avec la nation Siksika pour le paiement de 50 millions de dollarsn de nouveaux droits sur l'eau pour la bande. La somme devant être investie dans un fond d'investissement pour servir aux besoins de la nation (éducation, social, santé).

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Canada, #Siksika

Repost 0
Commenter cet article