Au Honduras, attentat contre Bertha Zuniga (la fille de Bertá Cacerés) et des membres de la coordination du COPINH

Publié le 2 Juillet 2017

Dans la nuit du 30 juin à 2h36 du matin la compañera Bertha Zúniga à son retour de la communauté de Cancire dans la Municipalité de Santiago Puringla ,dans le département de La Paz, accompagnée des membres de la coordination générale du COPINH Sotero Chavarría et Asunción Martínez ont été attaqués par 4 hommes à deux occasions.

Dans la première, 3 hommes armés de machettes, postés à côté d'une voiture Toyota Tacoma Noire de plaques PCH 1886, en travers du  chemin de la communauté de Cancire à San Antonio ont menacé les personnes qui étaient dans la voiture du COPINH en ondoyant les machettes dans une position d'attaque. Grâce à l'habileté du conducteur ils n'ont pas pu arrêter ni donner des coups de machette sur la voiture, cependant, le quatrième homme, le conducteur de la voiture Tacoma a jeté une pierre qui a frappé la partie en haut de la fenêtre du conducteur du COPINH.

Dans la deuxième occasion la même voiture, seulement avec le conducteur, a commencé une poursuite par le même chemin de la voiture du COPINH en la dépassant de façon dangereuse, voulant heurter la voiture où était transporté le comité général du COPINH et la jeter dans le précipice. Après cela la voiture noire s'est mise en face de la voiture du COPINH, en essayant de la freiner pendant 10 minutes. Heureusement le conducteur du COPINH a pu prendre une déviation, aller par un autre chemin et éviter de plus grands incidents.

Le COPINH dénonce que cet incident a à voir avec les ambitions des membres des communautés de Lomas de San Antonio y Las Delicias, soutenus par l'ingérence d'une agence étrangère de l'USAID, pour voler une source d'eau aux communautés de San Antonio (l'autre), Cancire, Higuito et Cedrito. On peut remarquer que ces communautés qui cherchent à voler les sources d'eau ont été affectées par le barrage Hydroélectrique Zazagua, qui a laissé leurs sources d'eau, sèches.
Nous exigeons que les autorités enquêtent et punissent ces agressions. C'est la responsabilité de l'État du Honduras de protéger l'intégrité physique des membres du COPINH et de prendre toutes les mesures nécessaires pour que l'organisation réalise son travail en défense des droits des communautés Lencas et de leurs territoires.
Nous faisons appel à la communauté internationale pour qu'elle soit attentive et demande la protection des personnes membres du COPINH aux autorités honduriennes.

Traduction carolita du site du COPINH du 1er juillet 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Honduras, #Lencas

Repost 0
Commenter cet article