Mexique- Marcela de Jesús, communicatrice criblée de balles à Ometepec se trouve dans un état grave - SSA de Guerrero

Publié le 4 Juin 2017

Ville de México I Desinformémonos I Après avoir été criblée de balles par deux individus qui l'ont attaquée quand elle sortait de son travail comme communicatrice dans la station d'émission appartenant au Système Gouvernemental de Radio et de Télévision du Guerrero à Ometepec le matin du samedi 3 juin, Marcela de Jésus Natalia a été emmenée d'urgence à l'hôpital de la localité, pour tout de suite être déplacée en hélicoptère au port d'Acapulco où elle a été déposée à l'Hôpital militaire pour faire les premières évaluations.

Le journal El Sur du Guerrero informe à travers un bulletin d'information du ministère de l'état de Guerrero. Marcela a été transférée dans un autre hôpital : "L'appareil est descendu à l'hôpital militaire de l'avenue Ruiz Cortines où les examens nécessaires lui sont pratiqués. A 13h40, le titulaire de la SSA. Dr Carlos de la Peña a informé qu'après avoir terminé l'évaluation médicale il a déterminé de ne pas intervenir chirurgicalement sur la señora Marcela de Jesús Natalia, puisque la balle n'a pas affecté les parties vitales du cerveau et elle devrait récupérer. Son état, cependant, est considéré comme grave".

Le bulletin du gouvernement de Guerrero remarque que le cas a été notifié à la Coordination Nationale du Mécanisme pour la Protection des Défenseurs des Droits de l'homme et des Journalistes, pour que la speakerine soit incorporée au Mécanisme précité; de la même manière, il a été porté à la connaissance du Ministère public Spécial pour l'Attention des Délits commis contre la Liberté d'expression du Ministère public général de la République.

Son fils, Saúl Salinas de Jésus demande sur les réseaux sociaux et au journal local Le Faro de la Costa Chica, que l'on trouve le responsable (s) de l'attaque de sa mère et qu'on lui applique tout le poids de la loi : "Bonjour aux habitants et aux membres de ce journal, je suis fils de Marcela de Jésus et je m'adresse au président municipal et au gouverneur de l'organisme, je ne demande pas, j'exige l'investigation de ce fait si lâche et que l'on trouve le responsable ou les responsables de ce fait et qu'ils soient punis par tout le poids de la loi, je fais les voeux auxquels cela succède et non seulement avec le fait du sang de ma mère mais avec tous ceux qui ont été lâchement criblés."

Marcela de Jésus Natalia, 54 ans, ex-présidente du DIF dans son Xochistlahuaca natal, travaille depuis 15 ans au RTG Ometepec où elle transmettait dans la langue amuzga.

Traduction carolita d'un article paru dans Desinformémonos le 4 juin 2017 : 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Mexique, #Amuzgo, #Répression

Repost 0
Commenter cet article