Lettre du mouvement de femmes du Kurdistan (Komalen Jinen Kurdistan) à María de Jésus Patricio Martínez, porte-parole du conseil national indigène de gouvernement

Publié le 20 Juin 2017

Très belles, sages et révolutionnaires paroles des femmes kurdes en résistance.

Vive l'autonomie et l'unité des femmes en lutte dans le monde !!

Nous voulons exprimer que nous considérons très importante et précieuse la candidature de la compañera Marichuy comme représentante des peuples niés, des femmes réduites en esclavage et des milliers d'années de sagesse ancestrale que la modernité capitaliste veut faire disparaître.

extraits du texte ci-dessous

Nous sommes le peuple frère des montagnes qui a surgi des mêmes eaux profondes. Même depuis nos différentes langues nous partageons les mêmes rêves, nous tombons amoureux de la même utopie et nous résistons en l'honneur du même amour.

 

Pour la compañera María de Jésus Patricio Martínez, représentante de la volonté du peuple indigène du Mexique et du Congrès National Indigène.

En premier lieu, nous voulons envoyer à notre soeur mexicaine notre respect le plus sincère et des saluts révolutionnaires des montagnes du Kurdistan jusqu'aux cordillères de la Sierra Madre au-delà des océans. Malgré les rivières, les montagnes, les déserts, les vallées, les cañons et les mers qui nous séparent, nous sommes des frères et des soeurs indigènes, sans qu'importe dans quelle partie du monde nous sommes. Notre lutte, notre résistance contre l'occupation et le colonialisme, notre rêve pour une vie libre est commun et dans ce sens, en tant que Mouvement de libération du Kurdistan, nous déclarons que nous considérons la lutte pour l'autodétermination, l'auto-administration et l'auto-défense des peuples autochtones du Mexique organisée dans le Congrès National Indigène (CNI) comme notre propre lutte et nous la soutenons établis dans les principes de solidarité révolutionnaire.

Les peuples autochtones sont les veines par lesquelles les valeurs principales culturelles et sociales de l'humanité viennent en transmettant depuis les premiers moments de la socialisation à nos jours. Sans doute aucun peuple n'est supérieur à l'autre, mais dans un moment dans lequel la modernité capitaliste essaie de détruire toute valeur commune, les peuples autochtones sont l'abri du tissu social de toute l'humanité. Les milliers d'années de mémoire collective resurgissent dans nos chansons, dans nos rituels, nos prières, nos tatouages, nos danses et nos traditions. Par conséquent, la lutte pour l' identité propre contre les tentatives de la modernité capitaliste de gommer les racines et la mémoire de nos peuples, se transforme en la plus précieuse des résistances. En Amérique Latine comme au Kurdistan, nous les femmes nous sommes à la tête de cette résistance. Dans nos pays, qui ont été les berceaux de milliers d'années de culture de la déesse mère, la femme et la vie, la femme et la liberté, la femme et la terre, la femme et la nature sont inextricablement liées entre elles.

Au Kurdistan nous exprimons cette réalité dans notre devise “Jin Jiyan Azadî“ qui signifie “Femme Vie Liberté”. Le corps et l'âme de la femme sont le reflet de l'univers sur la terre. Pendant la Révolution Néolithique, il y a des milliers d'années les femmes ont été à travers de leur organisation sociale à la tête de tous les changements qu'elles ont rendu possibles de la culture de la terre et du commencement d'une vie sédentaire en harmonie avec la nature. C'est la raison pour laquelle la civilisation patriarcale de l'état, qui s'est produite à la façon d'une contre-révolution basée sur la domination, l'exploitation et l'occupation, a réduit en premier lieu les femmes en esclavage. Parallèlement à la domination des femmes la domination de la nature s'est accélérée. C'était à travers l'oppression de la première nature qu'est advenue la deuxième, en transformant les deux avec les pinces que la modernité capitaliste a fortement utilisées pour presser la société historique et ainsi pouvoir la détruire. L'actuelle domination exercée contre nos peuples est le résultat de cette mentalité. Par conséquent, la résistance légitime surgie derrière l'autonomie, l'autodétermination et l'auto-défense, représente la plus grande lutte pour la liberté qui puisse être exercée.

Nous au Kurdistan avons développé notre propre défense contre les forces capitalistes modernistes et les attaques des états colonialistes qui occupent notre sol, illuminées par les expériences de lutte des peuples autochtones de l'Amérique Latine. Nous voulons qu'ils sachent que nous recevons une inspiration spéciale et constante de leurs expériences d'autonomie, de bon gouvernement et de communalisme. Nous espérons que nos expériences et réussites dans la lutte représentent de la même façon des sources d'inspiration aussi pour vous. L'une des plus grandes conquêtes de notre mouvement est l'égalité de participation et la représentation des femmes. C'était le résultat de grands sacrifices et de luttes intenses réalisées par les femmes, comme nous obtenons finalement notre participation de la même façon dans toutes les instances de prise de décision. Non comme individus, mais comme représentantes de la volonté organisée et collective du Mouvement de libération des Femmes du Kurdistan, c'est que nous prenons notre lieu dans chaque aspect de la lutte. Avec notre système de coprésidence, établi depuis en bas vers le haut, nous représentons la volonté des femmes dans chaque décision et nous développons une politique démocratique contre les formes centralistes et patriarcales de la politique traditionnelle. Mais pour cela il a été nécessaire de nous transformer en force organisée. Etre organisées est le critère le plus important pour obtenir le triomphe. À mesure que nous sommes organisées, nous sommes capables de résister contre le système colonialiste et dominant et de construire notre propre alternative de gouvernement. Dans ce sens, l'organisation est notre plus grande arme d'auto-défense. Dans le passé beaucoup de peuples et mouvements n'ont pas pu atteindre les résultats espérés parce qu'ils n'ont pas été suffisamment organisés. Il n'a pas été possible de transformer quelques moments historiques en grandes victoires précisément par ce manque d'organisation. Peut-être que n'a pas été comprise en profondeur la signification et l'importance de ce fait, mais aujourd'hui nous sommes dans une autre étape. Nous nous affrontons au devoir de multiplier nos efforts pour augmenter les niveaux d'organisation devant cette nouvelle occasion de triomphe – à un moment dans lequel le système capitaliste moderniste recommence à traverser une crise profonde dans ses aspects les plus déterminants. L'histoire nous demande cela. Vous en tant que Congrès National Indigène avez pu reconnaître cette réalité, après avoir déclaré les élections présidentielles au Mexique comme une instance clef dans un processus qui débouchera sur l'augmentation de ses niveaux d'organisation. 

En tant que Mouvement de libération de Femmes du Kurdistan nous voulons exprimer notre soutien à cette décision, basées sur la conviction de ce que cet objectif sera accompli et porté à un niveau beaucoup plus haut à partir de ces élections et les stratégies développées à tels effets. Notre leader Abdullah Öcalan qui se trouve encore emprisonné sous les conditions les plus sévères d'isolement par l'état colonialiste turc dès 1999 a fait une analyse très importante en ce qui concerne cela à la fin du XXe siècle. Notre leader Apo, a prévu que le XXIe siècle serait le siècle de la libération des femmes, si en tant que telles, nous étions capables de grandir et de déterminer nos manières et mécanismes d'organisation. La raison de cette conclusion a été la crise évidente structurelle du système patriarcal, qui a été basé sur notre esclavage. Le système patriarcal cherche à surpasser cette crise en augmentant ses attaques contre les femmes jusqu'à les porter au niveau d'une guerre systématique. Après avoir rassemblé ses attaques contre les femmes du monde entier avec différents moyens et méthodes, le système essaie de tronquer le chemin vers la libération que nous avons commencé. Les assassinats de femmes  ont atteint le niveau de génocide dans votre pays et les assassinats de femmes en Amérique Latine sont les indicateurs les plus concrets de cette réalité.

Nous voulons que vous sachiez que nous considérons toutes les femmes et leaders des peuples autochtones qui ont été assassinées par les bras qui opèrent depuis le système dominant, comme nos propres martyres et nous luttons aussi pour faire une réalité des mêmes rêves et de l'espoir. Pour nous les martyrs ne meurent pas. Nous prenons par eux la force et ils renaissent dans chaque lutte que nous commençons. Dans ce contexte, la décision du peuple indigène mexicain de déclarer une compañera comme représentante de sa volonté et d'en faire sa candidate pour les prochaines élections présidentielles, est très significative. Dans ce sens la compañera Marichuy n'est pas la seule  voix des indigènes du Mexique, mais en même temps de toutes les femmes du monde. Nous voulons exprimer que nous considérons très importante et précieuse la candidature de la compañera Marichuy comme représentante des peuples niés, des femmes réduites en esclavage et des milliers d'années de sagesse ancestrale que la modernité capitaliste veut faire disparaître.

En tant que Mouvement de libération des Femmes du Kurdistan nous déclarons tout notre soutien, et solidarité à la compañera et au Congrès National Indigène, non seulement en ce moment d'articulation électorale, mais dans toute la lutte que leur Mouvement porte en avant. Nous savons que n'est pas éminent en soi le résultat des élections, puisque c'est seulement l'un des chemins que les peuples autochtones du Mexique se sont donnés dans ce processus et dans ce moment particulier de la lutte. Dans ce sens la victoire est déjà acquise. Parce que le système capitaliste moderniste se nourrit de la division des forces et de la désorganisation des peuples et des sociétés qu'il veut dominer; mais vous avez déjà construit le terrain pour le succès en formant votre unité organisée. Désormais il est important de ne pas perdre de vue cet objectif, qui n'est nul autre que de grandir dans une organisation. Son triomphe sera notre triomphe. Notre lutte est sa lutte. Nous sommes le peuple frère des montagnes qui a surgi des mêmes eaux profondes. Même depuis nos différentes langues nous partageons les mêmes rêves, nous tombons amoureux de la même utopie et nous résistons en l'honneur du même amour. Nous vous envoyons d'ici toute la force nécessaire dans cette nouvelle étape, nous vous saluons de nos sentiments révolutionnaires les plus authentiques et nous vous embrassons avec toute notre solidarité et camaraderie.

Vive la fraternité des Peuples!

Vive l'Internationalisme Révolutionnaire!

Femme Vie Liberté! Jin Jiyan Azadi

Coordination du Mouvement de Femmes du Kurdistan Komalên Jinên Kurdistan (KJK)
Le 7 Juin 2017

Traduction carolita du site du CNI : 

Repost 0
Commenter cet article