Le Griffon a pâli et la lune est fière

Publié le 26 Juin 2017

J’ai oublié ma feuille de menthe
Découpée entre deux étoiles d’or
J’ai décidé avec zèle le nopal
Entre figue et figue
Il a rebattu ses raquettes
Dans un battement d’ailes
Les cartes de la vie se sont dévoilées
Le Griffon a pâli et la lune est fière
Il est beau ton ciel de lit tout ourlé de silex et de menthe pouliot
La grande Ourse aimerait butiner ton miel
La petite Ourse est triste sans ta couverture de lin et de bleuet
Dans un iris deux yeux pour ta nuit
Dans une opale une bouche froide et douce
Dans un charbon ta chevelure de soie et de vie
Dans un pétale la rose- soie de ton front
Il est l’heure de s’attabler au dé
De boire la liqueur d’obsidienne
Le moment est venu de fermer sur la topaze de l’absence
Le volet tendre qui luit comme une luciole
Je suis venue te dire que l’hirondelle a faim
Que le coucou a perdu sa chanson
Je suis venue te bercer au chant d’un poème
Si farfelu qu’il t’entraîne avec lui
Le tourbillon des mots
Le tournoyant volant de brume des vers inachevés
Le roucoulement d’un noyau de lune
Irisé par le son des comètes
La profusion d’alevins dans la joie qui se fête
C’est la pieuvre qui sourit à la canopée
C’est le singe hurleur qui s’étouffe de rire
En écoutant le chant des sirènes
Je suis venue parce que je suis venue
Un édredon aux trois ours
Et je te lirais la comptine des fleurs
Le poème des petits enfants qui ont oublié que la page se tourne
Le petit couple qui s’aimait en enjambant les hautes herbes
Te souviens-tu comme le jaune du genêt à déteint sur ta bouche
Te souviens-tu comme le beurre du bouton d’or luit fort dans le noir
Je te raconterais les mille et un poèmes de l’orient et du coquelicot
La soie conquise et la force des sentiments
Dans un soupir de calendula je glisserais ma façon de penser
Et dans le dédale aux encres violettes et noir profond
Je dessinerais un rayon de miel de pissenlit
Avec tous ses rayons qui brillent
Et puis, qui brillent
Une bouche édentée qui rit
Et puis, qui rit
Et un sourire aussi beau que l’espoir
Fendu d’un coup de sabre (tu sais Maïakovski)
D’ici jusqu’à la Patagonie
C’est beau la Patagonie
Dis, tu viens, tu viens
Les glaces fondent et les pingüinos se meurent
Les Alakalufs ont fini de réciter les paroles de la mer
Et vogue sur les flots terribles
La chanson désespérée du climat qu’on égorge
Ton sourire est un rire qui s’ébat dans la neige jaune des genêts d’Espagne
Ton sourire est une fleur qui s’abat sur la vérité
Je puiserais au plus profond de la tourbe blonde
Le jour la nuit et le lendemain
Aux forceps du granite au cœur de la colombe
Tu verras demain sera un jour où le soleil se tord
De son rire jaune et cru
Demain sera une nuit où la lune se gonfle
De vertu capricieuse et d’attente lumineuse
Dans l’opale et dans le soufre
Dans l’obsidienne et dans la malachite
Je lirais l’avenir sans troubler un seul marc
Les pieds bien ancrés dans la terre végétale
La tête dans les nuages
Le cœur dans sa maison
J’irais poétiser bien plus haut que les âmes
Cimes envolées espoirs féconds comptes ronds
Si dans ma main jamais ne s’endort la promesse des anges
Si dans ma tête ne s’endort la muse vagabonde
Si mes jambes mon dos ma structure ne sentent pas le vent tourner
J’écrirais jusqu’à l’aube qui voit s’aimer les mustangs dans le pré
J’écrirais jusqu’à la naissance du poulain d’airain
Et dans le cri de la Grande Hulotte
Je décrypterais le message de la terre
Vive comme la truite fario
Je t’écrirais jusqu’à la fin des temps.

Carole Radureau (26/06/2017)



Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

almanito 26/06/2017 18:34

Très beau, très inspiré par de grandes références et j'aime aussi toutes ces images et ces couleurs qui attisent très agréablement l'imaginaire. Bravo amiga :)

caroleone 27/06/2017 12:33

Merci à toi, je trouve quand même que c'est spécial, ça part dans tous les sens mais c'est un écrit spontané. Sûrement que tout ce que je lis en ce moment, qui est très éclectique entre dans cette façon d'écrire. Quand la boulimie de lecture me prend, il faut assurer derrière, c'est qu'à vrai dire cela faisait des années que je n'avais pas connu ça. J'ai une case qui s'est rouverte.